février 25, 2021, 07:58:32 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Cri d'alarme en santé  (Lu 1366 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Cri d'alarme en santé
« le: juin 17, 2007, 10:35:50 am »
Urgences - Santé

Un cri d'alarme

Une autre chef des urgences d'un hôpital montréalais sort du placard et dénonce la précarité du système de santé.

L'urgentologue Emmanuelle Jourdenais, chef du département de médecine d'urgence du CHUM, déclare que le ministre de la Santé, Philippe Couillard, « ne comprend rien au problème » de débordement dans les hôpitaux, lui qui blâme les chefs d'urgences pour cette situation.

Dans une lettre publiée samedi dans La Presse, elle souligne qu'il est trop simpliste de lancer la pierre aux gens de l'urgence en les accusant de mauvaise gestion.

  • La réalité est beaucoup plus complexe: l'encombrement des urgences n'est que le symptôme d'une maladie multisystémique grave, très grave. Et que je souhaite encore curable. — Emmanuelle Jourdenais

Mme Jourdenais refuse de porter seule le fardeau. Elle estime que ce ne sont pas seulement les urgences qui débordent, mais les hôpitaux en général. Les établissements font partie d'un réseau qui n'arrive pas à les épauler, selon elle.

Au cours des derniers jours, le chef de l'urgence de l'hôpital Pierre-Boucher, à Longueuil, et celui de Charles LeMoyne, à Greenfield Park, ont décidé de ne pas renouveler leur mandat, épuisés et frustrés de ne voir aucune amélioration à leurs conditions de travail.

Réagissant à la publication du palmarès des urgences dans un quotidien montréalais, le ministre Couillard avait auparavant blâmé les directions pour leur inefficacité.

Continuer à se battre

Malgré son amertume, Mme Jourdonnais n'entend pas démissionner. « Je suis peut-être naïve, mais j'espère que ça va s'améliorer. Pas le choix, il va falloir que ça s'améliore. »

Mme Jourdonnais dit ne pas être fâché contre M. Couillard, mais souhaite qu'il élargisse le débat au lieu de lancer la pierre aux urgences. « Moi je vais faire mes devoirs. Je vais m'occuper d'optimiser tout ce que je peux par rapport à l'urgence, par rapport à mon hôpital. Mais ça ne m'appartient pas exclusivement, il faut que les autres personnes se mobilisent parce que sinon, on va avoir la même discussion dans un an », dit Mme Jourdenais.

« Je ne pense pas que les gens ont quitté parce qu'ils ne croient plus aux urgences. Ils sont fatigués de se battre seuls. Si je fais le même constat que mes collègues, peut-être que dans quatre ans je démissionnerai aussi, mais je pense qu'il faut faire l'exercice. Je suis volontaire pour faire l'exercice si tout le monde on le fait », ajoute-t-elle.

Au cabinet de Philippe Couillard, on assure que le ministre est bien conscient des problèmes vécus par la Dre Jourdenais et ses collègues urgentologues. L'attachée de presse du ministre, Isabelle Merrizi, a affirmé vendredi que son patron connaît bien le réseau et qu'il est prêt à rencontrer les médecins urgentologues pour régler le problème de l'engorgement des urgences.


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca

Cri d'alarme en santé
« le: juin 17, 2007, 10:35:50 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!