octobre 25, 2020, 11:44:54 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Mine Langlois: Embauche de travailleurs étrangers  (Lu 1514 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Mine Langlois: Embauche de travailleurs étrangers
« le: octobre 22, 2007, 01:06:56 pm »
Mine Langlois

Embauche de travailleurs étrangers

La minière Breakwater souhaite engager une cinquantaine d'employés provenant de la Tunisie pour travailler dans la mine Langlois à Lebel-sur-Quévillon. Une démarche que dénonce les représentants de la FTQ de l'Abitibi-Témiscamingue.

Depuis la fermeture de deux usines de la forestière Domtar, il y a environ 2 ans, près de 500 travailleurs sont sans emploi dans la région.

Le conseiller régional de la FTQ, Gilles Chapadeau, soutient que la minière devrait embaucher d'anciens travailleurs de Domtar. « On a une situation économique, pour la ville de Lebel-sur-Quévillon, c'est un désastre et maintenant on va chercher des travailleurs qui viennent de l'extérieur du pays, alors qu'il y a des travailleurs qui sont disponibles dans cette ville-là », déplore-t-il.

  • Si le député d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Yvon Lévesque, comprend le besoin de chercher de la main-d'oeuvre spécialisée, il refuse toutefois que les travailleurs de la communauté soient oubliés. « Je crois que Breakwater devrait dans le milieu où ils oeuvrent donner la formation de la même manière qu'ils vont être obligés de la donner à des travailleurs tunisiens », souligne-t-il.

Des recherches ont été effectuées dans la communauté, mais sans succès affirme le directeur général de la mine Langlois, Jean-Luc Chouinard.

« C'est des ex-employés de Breakwater, des gens qui ont plusieurs années d'expérience dans le domaine minier. C'est gens-là ont travaillé dans un contexte où il y a des procédures d'exploitation nord-américaine [qui] étaient utilisées. Donc, les introduire dans le milieu ici c'est très facile à réaliser et c'est des gens d'expérience », explique-t-il.

M. Chouinard indique que la mine Langlois tente actuellement de mettre sur pied une mine école pour notamment former des travailleurs de Lebel-sur-Quévillon qui n'ont pas d'emploi.


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca

Mine Langlois: Embauche de travailleurs étrangers
« le: octobre 22, 2007, 01:06:56 pm »

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Breakwater a la recherche de main d'oeuvre bon marché
« Réponse #1 le: octobre 22, 2007, 01:19:35 pm »
Au moment où Saïd Jaziri est retourné dans son pays d'origine, la Tunisie, voilà qu'une compagnie minière de l'Abitibi-Témiscamingue va jusque dans ce pays d'Afrique pour trouver une cinquantaine d'employés prétendument qualifiés.

Bien que personne ne doute de la qualification des travailleurs tunisiens, il reste qu'il est peu probable qu'ils soient plus compétents (et intégrés) que les travailleurs locaux, à Lebel-sur-Quévillon.

Alors qu'est-ce qui pousse la compagnie minière Breakwater à recruter en Afrique plutôt qu'au Québec?

Probablement la recherche d'employés prêts à s'arracher le coeur pour des salaires de misère sans jamais oser se plaindre, principalement par peur d'être déporté dans leur pays où ça va passeblement plus mal qu'au Québec.

C'est une théorie parmi d'autres mais vu les circonstances, c'est très peu plausible que Breakwater n'ait trouvé aucun candidat intéressant pour ces 50 postes, au Québec.

La FTQ a parfaitement raison de dénoncer cette situation absurde.

On perd déjà suffisamment d'emplois, par exemple dans le secteur du vêtement, avec la délocalisation en Chine, il est hors de question que des étrangers viennent prendre nos emplois dans un domaine aussi vital que les mines.

Si une compagnie minière veut faire des affaires au Québec, qu'elle s'adapte: qu'elle offre de la formation et des salaires concurrentiels.

C'est ça le prix pour faire des affaires au Québec.

Si Breakwater ne veut pas respecter les Québécois, il reste toujours une solution très simple: partir.

Il n'auront qu'à se trouver une mine à explorer... en Tunisie, par exemple ; )

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!