avril 19, 2021, 01:13:50 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Yonnel Bonaventure en campagne avec le Défi Vert de Québec  (Lu 2019 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Yonnel Bonaventure en campagne avec le Défi Vert de Québec
« le: octobre 09, 2009, 05:08:45 pm »
Si vous ne connaissiez pas Yonnel Bonaventure, il y a de bonnes chances que vous ayez récemment entendu parler de lui puisqu'il fait la lutte à Régis Labeaume pour le poste de maire, lors de l'élection municipale du 1er novembre 2009.

Voici d'ailleurs une biographie, à son sujet...



Homme d'affaires, industriel et passionné de la cause environnementale, Yonnel Bonaventure est également cofondateur du réseau Piazzetta, créé en 1989.

Né à Paris le 3 août 1953, diplômé en Génie mécanique de l'Université de Paris, c'est en 1976 que Yonnel Bonaventure immigre au Canada. Père de 3 enfants, il habite la ville de Québec depuis 31 ans.

Industriel et restaurateur, Yonnel Bonaventure se consacre à promouvoir et créer une alimentation saine. Yonnel Bonaventure est propriétaire de l'usine Piazzetta qui produit et distribue, dans plus de 20 restaurants ainsi qu'une centaine d'épiceries, des aliments de grande qualité fabriqués sans additif chimique.

Engagé à promouvoir l'environnement, la santé, le développement durable et la démocratie, Yonnel Bonaventure agit dans de nombreux organismes tels Greenpeace, Fair Vote Canada, le Mouvement pour la Démocratie Nouvelle, les AmiEs de la Terre, et l'Association Québécoise de Lutte Contre la Pollution Atmosphérique (AQLPA).

Yonnel Bonaventure a commencé la politique il y a 8 ans comme membre du Parti Vert du Canada et du Parti Vert du Québec. Il fut plusieurs fois candidat pour le Parti Vert du Canada (Lévis, Louis-Saint-Laurent et Québec) et pour le Parti Vert du Québec (Charlesbourg, Vanier et Taschereau).

Membre du Défi Vert de Québec depuis 2007, Yonnel Bonaventure, fervent défenseur de la démocratie, se présente aux élections municipales de l'automne prochain afin de proposer une sérieuse alternative pour une ville de Québec écologique, prospère et solidaire.



Afin de mieux comprendre les positions du Défi Vert de Québec, voici quelques nouvelles que ce parti politique municipal a récemment publié.

Bonne lecture!

gouvernement.qc.ca

Yonnel Bonaventure en campagne avec le Défi Vert de Québec
« le: octobre 09, 2009, 05:08:45 pm »

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Yonnel Bonaventure: Un tramway pour Québec financé à 100% par le MTQ?
« Réponse #1 le: octobre 09, 2009, 05:10:18 pm »
Un tramway pour Québec financé à 100% par le ministère du transport ?

8 OCTOBRE 2009 : Le nouveau parti municipal Défi vert de Québec déplore que le public n’ait jamais été informé . Les électeurs de Québec ont le droit de savoir.

Si le DVQ vous disait que la Ville de Québec pourrait obtenir un tramway sans fils financé à 100% par le Ministère du Transport et qu’en fait il coûterait moins cher que le remplacement des autobus et que les coûts de fonctionnement d'un tramway s’autofinanceraient, vous me répondriez que c’est trop beau pour être vrai et que les écologistes ''peltent'' des nuages. Et bien non! C’est la réalité. D’après le règlement d’attribution du Ministère des transports du Québec, celui-ci contribue à 100% du coût d’installation des infrastructures pour un tramway incluant l’achat des wagons eux-mêmes. Alors que le même règlement prévoit que l’achat d’autobus est financé à seulement 50 % par le Gouvernement du Québec.

Tout ce que la Ville de Québec a à faire c’est de présenter un plan mais le Maire sortant est contre l’idée d’un tramway à Québec. Il faut plus d’arguments pour le faire changer d’avis me dites-vous, alors voilà :

Tout d'abord, le tramway, c'est construire un environnement adapté aux déplacements à pied tout en consolidant les pôles commerciaux et les secteurs résidentiels existants. C'est favoriser la mixité sociale en offrant un moyen de transport abordable, efficace et névralgique aux équipements et infrastructures de la Ville. Il va sans dire que l'implantation d'un tramway à Québec permettra de contrôler l’étalement urbain en offrant un cadre de vie agréable, stimulant et moins pollué favorisant ainsi la venue de jeunes familles au centre-ville.

Un chauffeur de tramway peut transporter plus de 200 personnes confortablement et les tramways peuvent prendre ces passagers à tous les 5 minutes (ce que ne peuvent pas réaliser 5 chauffeurs des métrobus actuels qui s’auto tamponnent à n’en plus finir). De plus, le RTC reconnait que les métrobus ont atteint leur point de saturation et que d'ajouter plus d'autobus sur les lignes existantes serait contreproductif. Il faut aussi tenir compte qu’une ligne de tramway équivaut en capacité à une autoroute de 8 voies et que le tramway est 16% plus rapide qu’un autobus et que les passages seront synchronisés avec les feux de circulation. Ne pas oublier non plus les économies de coûts d’entretien de la vieille flotte d'autobus et du bitume qui supporte mal le sur poids d'autobus bondé.

Additionner les retombées économiques de l’ordre de 624 Millions $ pour le Québec dont 74 millions $ pour les services (éclairage public, aqueducs, égouts) et 51 millions $ pour le réaménagement de la voirie. Donc, création de plus de 6000 emplois durant la période de construction. Frais d’exploitation similaire au taux d’autofinancement actuel du RTC. Diviser le nombre d’usagers qui sera de l’ordre de 125000 personnes par la population active de la Ville et vous obtenez un moyen de transport utile à 31% des citoyens. De plus, si vous tenez compte de l’amélioration de la qualité de l’air, de la fluidité du trafic et de la diminution de la pollution sonore, vous obtenez des retombées directes positives pour toute la population de notre Cité. Il ne faut pas passer sous silence une augmentation de l'achalandage de près de 40% sur le circuit proposé par le RTC!

On peut aussi parler des retombées touristiques, de la vitalité commerciale accrue et des économies reliées à la productivité des employés. Les embouteillages à Québec même occasionnent des pertes de l’ordre de 50 millions $ annuellement et elles seront amoindries par un tramway. Il est deux fois et demie plus rentable pour la communauté d’investir dans le transport collectif que dans l’automobile étant donné que le Québec n'est pas manufacturier de véhicules automobiles (Chambre de commerce du Montréal métropolitain, 2004) et, de plus, le Québec fournit l’électricité pour le tramway alors que beaucoup d’incertitudes planent sur les coûts d’approvisionnement en diesel pour les autobus.

Nous avons encore toute une série d’avantages que nous aurions voulu présenter au Maire de Québec, mais étant donné que celui-ci ne veut pas débattre avec le candidat à la mairie du Défi Vert de Québec, Monsieur Yonnel Bonaventure, des enjeux importants pour notre Ville, nous demandons aux électeurs de s’informer par eux-mêmes en consultant notre programme qui détaille de l’implantation d’un tramway (www.defivert.org) . Puis du fait qu'il n'y aura pas de débat, nous demandons humblement aux médias de relayer cette information aux électeurs de Québec car nous croyons que le public a le droit de savoir. Lorsqu’on a pris connaissance des faits, refuser un tramway pour Québec, c’est refuser le développement pour notre Cité qui va étouffer sous l'immobilisme et la congestion automobile.

Lorsqu’il a prit le pouvoir en 2007, le Maire Labeaume n’a même pas voulu discuter du dossier avec le Président du Réseau de transport en commun de l’agglomération de Québec pour prendre état de ces faits. Pour faire taire ceux qu’il appelle les écoterroristes, il en est même venu à improviser l’idée de Trolleybus électriques et d'autobus articulés. Ces derniers ne règleraient en rien la situation et engendreraient des coûts d'achat d'autobus à 50% par l'administration municipale versus des tramways financés à 100% par le gouvernement provincial. Est-ce que le Maire Labeaume est au courant de ce dossier ou fait-il semblant de maîtriser la situation économique de Québec en mettant de la poudre aux yeux avec des événements touristiques très en vue et accrocheurs ? Au Défi vert de Québec nous croyons qu'il faut plus que des jeux pour diriger et développer notre Capitale nationale.

Nous savons aussi que le Maire ne présente pas de programme électoral car il ne saurait défendre sa prise de position sur le transport en commun. Peut-être est-ce même la raison pour laquelle il refuse tout débat ? En se ''peinturant'' dans un coin contre le projet de tramway, il se doit d'attendre et d'annoncer après les élections qu'il fera volte face en faveur de ce mode de transport car les résultats du rapport qu'il a commandé concernant le transport durable ne pourra qu'en venir aux mêmes conclusions: un tramway est non seulement souhaitable mais nécessaire !

Pour le Défi vert de Québec ce sera alors une victoire, mais une victoire amère car les citoyens de Québec devront retenir que le Maire Labeaume aura fait stagner la Ville pendant plus de trois ans juste pour ne pas perdre la face. Entretemps, il improvise et jongle avec des idées de trolleybus, d'autobus articulés et on ne sait trop quoi encore! Juste le temps de s'en remettre à des experts qui annonceront l'évidence même, mais qui donneront au Maire un prétexte pour s'ajuster encore une fois à la saveur du moment alors que la Ville cherche un visionnaire et non pas un gestionnaire de vox pop.

Pour nous au Défi vert de Québec, c'est dans notre nature d'appliquer les principes de précaution, d'éviter le gaspillage et de penser à l'avenir de nos enfants. Pour nous, le choix à faire est clair.

Meunier Labeaume, réveillez-vous ! Vous nous faites manquer le train !

- 30 -

Source: Sylvain Dion, candidat du Défi vert de Québec dans le District St-Louis-Sillery

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Yonnel Bonaventure: Autobus articulé versus tramway
« Réponse #2 le: octobre 09, 2009, 05:11:17 pm »
Autobus articulé versus tramway

L'Équipe Labeaume admet implicitement que Québec a besoin du tramway!

En lançant une idée de projet de trolleybus et, cette semaine, l'idée d'autobus articulés en 3 sections, M. Labeaume a pris soin de préciser que cela commence à se rapprocher du tramway. Par conséquent, l'Équipe Labeaume admet implicitement que Québec a besoin du tramway.

Le Défi vert de Québec est conscient que la Ville a besoin d'augmenter sa flotte d'autobus si nous n'investissons pas dans un tramway car nous avons déjà des autobus articulés de 2 sections qui ne répondent plus à la demande sans cesse croissante. Advenant que 200 places ne suffisent pas dans cinq ou dix ans, le tramway offre la possibilité d'ajouter des wagons ou d'accélérer la fréquence. Avec un autobus articulé, pouvons nous ajouter une 4ième ou une 5ième section? Un autobus articulé permet-il d'augmenter la fréquence alors que les autobus actuels s'autotamponnent ? Il faut aussi tenir compte que nos rues sont étroites et qu'un tramway prend moins d'espace en largeur car guidé par ses rails.

Lorsque M. Labeaume prétend que c'est équivalent au tramway, il induit la population lourdement en erreur. Une erreur qui pourrait nous être extrêmement coûteuse. Est-ce un manque de connaissance du dossier de sa part ou est-il mal conseillé?

La solution qu'il nous propose n'est pas subventionnée de la même manière par les autres paliers de gouvernement. Les coûts d'achat d'autobus sont subventionnés à 50% alors que le tramway est un projet structurant pour une ville et il est subventionné à 100%, incluant les infrastructures (réf. Programme d'aide gouvernementale au transport collectif des personnes du MTQ). En plus, un tramway génère des revenus, directement en taxes pour la Ville de Québec, puisque c'est une infrastructure permanente qui en augmentant la valeur foncière des immeubles à proximité, permet d'autofinancer en partie son entretien. De plus, une ville avec un tramway est très appréciée des touristes. Nous ne pouvons que nous étonner de constater que l'Équipe de M. Labeaume semble ignorer ces "détails" qui représentent des conséquences de plusieurs centaines de millions de dollars pour les contribuables de la Ville de Québec. Le tramway est définitivement éco économique!

Il est dommage de voir un gestionnaire improviser des solutions lorsqu'il s'agit d'investissements ayant d'énormes conséquences à long terme autant sur le budget de fonctionnement que sur le bien-être et la qualité de vie des citoyens. Le candidat à la Mairie, M. Yonnel Bonaventure en conclu "M. Labeaume est arrivé il y a deux ans en affirmant qu'il ne voulait rien savoir du tramway et qu'il refusait de rencontrer le RTC. S'il persiste dans cette attitude, il passera à l'histoire comme étant le Maire qui a manqué sa chance de hisser Québec au niveau des grandes villes internationales en matière de transport en commun! Imaginez s'il avait été le Maire de Montréal à une certaine époque et contre la construction du métro!"

Confier un mandat au Défi vert de Québec, c'est se doter d'une administration bien informée pour protéger les intérêts des contribuables. Le DVQ est présentement le seul parti d'opposition présentant un nombre suffisant de candidats (19) pour y parvenir.

-30-

Le DVQ tient à rappeler les médias qu'ils sont conviés jeudi matin 08h30 à la Station Métrobus de l'Université Laval pour une conférence de presse concernant l'ensemble du dossier du transport pour la Ville de Québec.

Source : Luc Côté candidat dans le District Robert-Giffard

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Yonnel Bonaventure: Les quartiers verts
« Réponse #3 le: octobre 09, 2009, 05:12:23 pm »
Des quartiers anciens arrimés aux nouveaux quartiers verts

Québec, le 02 octobre 2009 - Des quartiers anciens arrimés aux nouveaux quartiers verts - Le DVQ est favorable à l’idée d’implanter deux nouveaux éco-quartiers dans les secteurs d’Estimauville et Pointe-aux-Lièvres.

Non seulement une telle initiative permettrait d’ajouter de nouveaux logements à proximité du Centre-Ville et ainsi favoriser une densification de la Ville, mais elle diminuerait la pression sur la ceinture verte de Québec. Par ailleurs, bien que le maire Labeaume parle de construire ces éco-quartiers selon des normes basées sur le développement durable, le DVQ s’interroge à savoir comment planifie-t-il encadrer la réalisation de ces projets et quelles seront les normes environnementales imposées aux promoteurs?

De beaux projets qui soulèvent toutefois plusieurs questions sans réponses. Tout d’abord, le maire Labeaume semble vouloir encore une fois laisser le champ libre aux promoteurs en ce qui a trait aux développements de ces secteurs. Selon le DVQ, l’implantation de tels projets demande un leadership fort de Québec pouvant coordonner les différents acteurs impliqués. Ingénieur, architectes, urbanistes et promoteurs doivent travailler en synergie tout en ayant des objectifs communs. Seule la Ville peut assumer un tel leadership répondant aux besoins de sa population et aux spécificités des secteurs convoités.

De plus, vouloir construire une tour de 33 étages en bordure du fleuve « coiffée d’un phare distinctif » peut sembler une idée intéressante de prime abord. Cependant, il ne faudrait pas que Québec cherche à vouloir imiter les îles artificielles de Dubaï. Un tel projet a un impact certain sur le paysage et engendre des coûts environnementaux importants. Sachant que cette tour sera entourée de plus de 1000 logements, quels seront les impacts de ce nouveau développement sur les quartiers limitrophes, le réseau routier, le transport en commun et le service de collecte des matières résiduelles? Récemment, le Maire Labeaume a refusé d’appuyer l’implantation d’un tramway à Québec et la tenue d’un référendum populaire sur l’implantation d’une cité verte sur l’actuel site des Soeurs du Bon Pasteur. Changera-t-il son fusil d’épaule une fois les élections terminées?

En terminant, le DVQ croit que les anciens quartiers de la Ville doivent eux aussi s’arrimer aux nouvelles politiques vertes des éco-quartiers. Québec doit également mettre en place des politiques dites vertes partout sur son territoire. « Nous applaudissons la construction de ces quartiers verts, par contre, il faut poser des gestes concrets en matière de protection de l’environnement aux anciens quartiers de la Ville où habite la majeure partie des citoyens » affirme Jean-Christian Roy aménagiste et candidat dans St-Sacrement-Belvédère.

C’est pourquoi le DVQ préconise que la Ville de Québec adopte des mesures concrètes en matière d’aménagement du territoire sur tout son territoire diminuant ainsi son bilan négatif face à l’environnement. À titre d’exemples, il serait facile d’imposer rapidement des toits verts à toutes les nouvelles constructions municipales et commerciales, de créer des pistes cyclables sécuritaires desservant les points de service essentiels de la Ville, de favoriser le transport en commun adapté et d’offrir des programmes d’aide et de support aux citoyens pour que ceux-ci puissent poser des gestes simples, mais combien importants, en matière de recyclage, de compostage et de rénovation domiciliaire.

- 30 -

Source : Jean-Christian Roy

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Yonnel Bonaventure: Les vrais enjeux concernant l'incinérateur
« Réponse #4 le: octobre 09, 2009, 05:13:28 pm »
Les vrais enjeux concernant l'incinérateur

Le Maire sortant M. Régis Labeaume refuse de parler de l’incinérateur malgré son intention de dépenser 60 millions $ dans les prochaines années pour rallonger la durée de vie de cet équipement.

Yonnel Bonaventure déclare : "Je crois que M. Labeaume attaque l’opposition et plus personnellement Mme Anne Beaulieu afin d’éviter de parler des vrais enjeux concernant l'incinérateur." Pour sa part Richard Domm, le Chef du DVQ, prône depuis les années 1990s la fermeture de l’incinérateur et son remplacement par une série de solutions à moyen et long terme.

En évitant le sujet et en traitant avec mépris ceux qui questionne son projet d'investissement de 60 millions $, nous pouvons penser que M. Labeaume ne se préoccupe pas des conséquences sur la santé des citoyens de la Ville de Québec lorsqu'il s'agit des dioxines, des furanes et autres polluants que l'incinérateur dégage. Il faut savoir que l’incinérateur est situé en plein cœur du quartier Limoilou et qu'il est la troisième source en importance de dioxines et de furanes au Canada, aux États-Unis et au Mexique, toutes installations industrielles confondues. Les dioxines et les furanes sont hautement cancérigènes!

En attendant la fermeture définitive de l'incinérateur, le Défi vert de Québec propose de faire du 30 septembre prochain : le jour municipal de réflexion sur la réduction des déchets à la source. Cette journée a été choisie symboliquement lorsque nous avons su que l'incinérateur serait possiblement fermé le 30 septembre pour un entretien et que des citoyens voulaient profiter de cette journée pour respirer plus librement.

Le DVQ préconise d’abord la réduction des déchets à la source. Il s'agit principalement de rendre accessible le programme de compostage à tous les foyers et à toutes les entreprises de la Ville de Québec. Les déchets alimentaires et végétaux humides diminuent grandement l’efficacité de l’incinérateur puisqu’ils brûlent mal. Le DVQ préconise aussi d’améliorer l’efficacité de la récupération et des centres de tris, d'améliorer la qualité des matériaux recyclés pour en augmenter la valeur économique. Le DVQ veut aussi inciter les entreprises à diminuer substantiellement les matériaux d’emballages comme cela se fait avec succès en Allemagne.

Toute ces mesures se révéleront rentables à long terme, autant pour le bien être des citoyens que sur le plan économique mais c'est aujourd'hui qu'il faut aborder ces questions et non pas faire diversion comme le fait le Maire sortant en essayant de miner la crédibilité de ceux qui posent les vraies questions.

Source : Luc Côté candidat du Défi vert de Québec dans le District Robert Giffard

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!