février 19, 2020, 01:34:03 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: FCEI (1998) - Regard sur la PME - Québec  (Lu 547 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
FCEI (1998) - Regard sur la PME - Québec
« le: octobre 10, 2009, 01:32:29 pm »
Regard sur la PME - Québec


Corinne Pohlmann, analyste de recherche, octobre 1998



La majorité des entreprises du Québec sont très petites

La plupart des entreprises qui ont des salariés sont très petites. Environ 77 pour cent emploient moins de cinq personnes et 96 pour cent de toutes les entreprises ont moins de 50 employés - ce chiffre étant d'ordinaire la limite la plus courante pour définir les petites entreprises. Les entreprises comptant plus de 50 employés représentent moins de quatre pour cent de la population des entreprises du Québec.

Source: Statistique Canada, Registre des entreprises (1997) et estimations calculées d'après les Variations de l'emploi, Division des petites entreprises et des enquêtes spéciales (1997).



Les petites entreprises représentent une majorité de l'emploi total

En 1995, les PME représentaient près de 62 pour cent de l'emploi total du secteur privé, en hausse par rapport à 55 pour cent en 1979. Au cours de la même période, les entreprises comptant 500 employés ou plus avaient baissé de 45 pour cent de l'emploi total à 38 pour cent.

Source: Statistique Canada, Division des petites entreprises et des enquêtes spéciales, Variations de l'emploi (1997).



Les petites entreprises sont largement réparties dans toute l'économie québécoise

Les petites entreprises ne sont pas simplement limitées à certains secteurs de l'économie. On en trouve en nombre important dans chaque secteur. Les entreprises comptant moins de cinq employés représentent plus de la moitié de toutes les entreprises dans tous les secteurs principaux de l'économie québecoise et plus des trois quarts de toutes les entreprises dans l'agriculture, les transports, le secteur primaire et le bâtiment, ainsi que dans les secteurs financiers, de l'assurance, de l'immobilier, des services commerciaux et du détail.

Source: Statistique Canada, Division des petites entreprises et des enquêtes spéciales, Variations de l'emploi (1997).



Emplois autonomes de plus en plus nombreux

Au cours des années 90, le travail autonome représentait la totalité de la croissance des emplois nets au Québec, alors que le nombre de salariés diminuait. Pendant cette période, la part des travailleurs autonomes s'est élevée de 13 à 16 pour cent de tous les travailleurs au Québec. En 1997, il y avait près de 513 000 travailleurs autonomes au Québec.

Source: Statistique Canada, Le point sur la population active: Les travailleurs indépendants (1997).



Les jeunes entreprises engagent des jeunes

En 1997, 32 pour cent des travailleurs au sein des entreprises existant depuis moins d'un an se composait de jeunes de moins de 25 ans. Cette part des jeunes employés baisse au fur et à mesure que les entreprises sont plus anciennes et atteint un peu moins de 17 pour cent des travailleurs au sein des entreprises qui ont 11 ans d'ancienneté et plus. En outre, près de la moitié (48 pour cent) des PME qui ont engagé du personnel en 1997 engagaient des jeunes. Sur ces entreprises qui engagaient des jeunes en 1997, 75 pour cent de ceux-ci avaient des emplois permanents.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Perspectives d'embauche: Les attentes des jeunes et des PME en matière d'emploi (1998).



Augmentation des impôts sans égard aux bénéfices

Au cours des 40 dernières années, il y a eu un changement important dans la composition des impôts versés par les entreprises. Les impôts qui sont sans rapport avec les bénéfices de l'entreprise comme l'impôt sur le capital, l'impôt sur la masse salariale et les impôts fonciers représentent une part de plus en plus grande des impôts totaux frappant les entreprises. Par ailleurs, les impôts reliés aux bénéfices comme les impôts sur le bénéfice des entreprises ont baissé petit à petit.

Source: Rapport du Comité technique sur la fiscalités des entreprises - Jack Mintz, président (1998).



Les travailleurs autonomes gagnent moins que les salariés, mais…

Les revenus familiaux des employeurs et des travailleurs autonomes tendent à être moins élevés que ceux des salariés. En 1996, la médiane du revenu familial des employeurs et des travailleurs autonomes était d'environ 48 000 $ contre environ 58 600 $ pour les familles dont le chef était un salarié.

Source: Statistique Canada, Répartition du revenu au Canada selon la taille du revenu, 1996, Catalogue 13-207.



…la satisfaction au travail parmi les employés et les travailleurs autonomes des PME est élevée

Les employés des très petites entreprises et les travailleurs autonomes tendent à avoir le plus de satisfaction dans leur travail. De plus, les employés des très petites entreprises et des petites entreprises sont nettement plus portés à juger leur lieu de travail satisfaisant que ceux des grandes ou très grandes entreprises.

Source: Banque Royal du Canada, Travail 2000: en devenir - Sondage des employés canadiens - Automne, 1996, préparé par le groupe Angus Reid.



La probabilité de devenir travailleur autonome augmente avec l'âge

Le travail autonome en pourcentage de tous les travailleurs a augmenté sensiblement dans tous les groupes d'âge depuis 1976, mais pour ceux qui ont plus de 55 ans, il y a eu une augmentation particulièrement forte. Ceci est dû en partie au nombre croissant de gens qui prennent une retraite anticipée à la suite de la restructuration des entreprises. La possibilité de devenir travailleur autonome augmente vraisemblablement avec l'âge, car il faut du temps pour acquérir l'expérience, les ressources et les qualifications nécessaires pour diriger sa propre entreprise.

Source: Statistique Canada, Le point sur la population active: Les travailleurs indépendants (1997).



Les impôts et la réglementation sont les préoccupations principales des PME

La charge fiscale totale est devenue la principale préoccupation pour 62 pour cent des membres de la FCEI au Québec au cours du premier semestre de 1998. Les préoccupations à l'égard de la réduction de la dette et du déficit ont baissé de 68 en 1996 à 49 pour cent et sont passées de la préoccupation no 1 à la préoccupation no 3 parmi les membres de la FCEI. Depuis 1996, l'assurance-emploi et l'indemnisation des travailleurs représentent des préoccupations de plus en plus importantes.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Les opinions de nos membres no 42-révisé (septembre 1998).



Réduction des taxes sur la masse salariale privilégiée par les PME

Près de la moitié des petites et moyennes entreprises du Québec indiquent que la réduction des taxes sur la masse salariale contribuerait le plus (52 pour cent) à la prospérité de leur entreprise. Environ 40 pour cent ont indiqué que les réductions de la TPS/TVQ (41 pour cent) et des impôts sur le revenu des particuliers (40 pour cent) favoriseraient également leur entreprise.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Les opinions de nos membres no 42-révisé (septembre 1998).



La valeur marchande, les REÉR et l'exonération des gains en capital de 500 000 $ sont importants pour la retraite

La valeur marchande de l'entreprise, les REÉR et l'exonération des gains en capital de 500 000 $ demeurent les moyens les plus importants d'assurer la retraite de la quasi-totalité des propiétaires de PME. Sans accès aux régimes enregistrés de retraite, les chefs de petites entreprises dépendent de leurs propres placements pour leur subsistance au cours de leur retraite; c'est pourquoi l'exonération des gains en capital et la valeur marchande de leur entreprise sont si importants.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Les opinions de nos membres no 41 (janvier 1998).



Facteurs qui encourageraient la croissance de l'emploi

Les décisions d'embauche sont très fortement influencées par les niveaux de vente au sein de l'entreprise. Cependant, plus de 40 pour cent des entreprises disent qu'elles pourraient accroître leur embauche si les impôts sur la masse salariale et autres étaient réduits. Entre 15 et 20 pour cent des entreprises augmenteraient l'embauche si elles avaient des niveaux de dette moins élevés, des niveaux de vente plus stables, un meilleur accès au financement des entreprises ou si la question de l'unité du pays était résolue.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, résultats du sondage Les faits concrets: Le baromètre des PME (octobre 1997).



Augmentation du taux de rejet des prêts aux petites entreprises

Les entreprises au Québec comptant moins de cinq employés ont un pourcentage beaucoup plus élevé de rejet de leurs prêts que les entreprises ayant au moins 50 employés. Si l'on inclut les cas où les sommes de prêt étaient réduites et les cas où les entreprises sont persuadées de ne même pas présenter une demande de prêt, on peut dire que près de 30 pour cent des petites entreprises sont sous-financées.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Besoin criant de crédit chez les PME : Résultats du sondage de la FCEI sur les conditions de crédit dans le secteur des PME (janvier 1998).



Les petites entreprises paient des taux d'intérêt plus élevés pour le crédit bancaire

La médiane des taux d'inérêt payés pour le financement des prêts bancaires par les entreprises comptant moins de cinq employés était de 7,00 pour cent en 1997. C'est 1,75 point de pourcentage plus élevé que la médiane payée par les entreprises comptant plus de 100 employés au cours de la même période.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Résultats du sondage de la FCEI sur les banques (septembre 1997).



Les plus grandes entreprises sont plus susceptibles d'exporter

Les petites entreprises tendent à vendre leurs produits à l'échelon local, mais à mesure que l'entreprise grandit, elle a une tendance beaucoup plus grande à expédier vers les autres provinces, vers les États-Unis ou vers les autres pays étrangers. Plus de 36 pour cent des entreprises comptant plus de 50 employés exportent leurs produits vers les États-Unis ou dans les autres pays étrangers. En fait, 11 pour cent de entreprises comptant moins de cinq employés exportent également leurs produits vers ces marchés. Cependant, la diversification du marché ne prend pas nécessairement de l'expansion à mesure que l'entreprise est plus ancienne.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Résultats de sondage sur le développement des entreprises et les marchés (juin 1997).



Emploi d'Internet par les petites entreprises

L'emploi d'Internet par les PME varie d'une province à l'autre. Au Québec, un tiers seulement des chefs de petites entreprises ayant fait l'objet du sondage utilisent Internet. Comme le français n'est pas encore très utilisé sur le réseau Internet, la connectivité entre les entreprises québécoises continuera vraisemblablement d'être à la traîne par rapport à la moyenne nationale. La Nouvelle-Écosse est en tête avec 54 pour cent d'abonnés à Internet, tandis que 18 pour cent comptent le faire l'an prochain. La Colombie-Britannique, l'Alberta, l'Ontario et le Manitoba sont également en tête de la moyenne nationale.

Source: Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Les opinions de nos membres no 42-révisé (septembre 1998).
« Modifié: octobre 10, 2009, 01:40:01 pm par editeur »

gouvernement.qc.ca

FCEI (1998) - Regard sur la PME - Québec
« le: octobre 10, 2009, 01:32:29 pm »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!