février 19, 2020, 01:36:04 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: La corruption municipale de Montréal, comme en Afrique!  (Lu 478 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
La corruption municipale de Montréal, comme en Afrique!
« le: octobre 24, 2009, 09:14:52 am »
21 oct. 2009, par Michel Hébert.

« C’est comme en Afrique »

  • La corruption qui contamine la politique municipale au Québec est comparable à celle que font « les rois africains », estime le député péquiste de Bourget, Makka Kotto.

    — Le député Makka Kotto

« On dirait de petits rois africains, et je sais de quoi je parle. Ils se comportent comme les maîtres de la cité. C’est comme en Afrique », a déclaré le député péquiste, originaire du Mali.

Sa conjointe, Carole St-Hilaire, est candidate à la mairie de Longueuil, et l’establishment politique a fait savoir à son père, le conseiller Jean St-Hilaire, que sa fille « n’avait pas d’affaire là ».

« C’est l’establishment qui contrôle la ville qui ne la veut pas là », a ajouté M. Kotto.

Hier encore, les partis d’opposition ont vainement tenté d’arracher au gouvernement Charest la tenue d’une enquête publique sur l’industrie de la construction.

« Qu’est-ce que vous avez à cacher? Qui cherchez-vous à protéger? » a lancé le député péquiste de Chambly, Bertrand StArnaud.

Mais la « ligne » de défense du gouvernement n’a pas changé : comme les policiers enquêtent, laissons-les enquêter.

Le député St-Arnaud a démontré le ridicule de la position gouvernementale en signalant une enquête de la Commission municipale, refilée à la SQ et puis à la GRC. Après six ans et demi, il n’en est encore rien sorti.

Les multiples allégations de corruption incitent toutefois le gouvernement à considérer la tenue d’une enquête publique sur l’industrie de la construction, doit-on conclure des propos du leader parlementaire du gouvernement, Jacques Dupuis.

« Pour l’instant »

Mitraillé de questions hier, l’ancien procureur de la Couronne a insisté à plusieurs reprises sur les mots « actuellement » et « pour l’instant » pour souligner que le gouvernement laissait d’abord libre cours aux enquêtes policières.

« Le moyen privilégié pour l’instant est le meilleur parce que nous n’avons jamais dit que nous fermions la porte à une enquête publique. Le meilleur moyen, pour l’instant, c’est le moyen des enquêtes policières. Laissons les policiers travailler, et nous prendrons tous les moyens pour aller au fond des allégations , a répété M. Dupuis.

Après avoir dit, lundi, que son gouvernement n’avait pas l’intention d’instituer une enquête publique, Jean Charest est resté muet, hier. Il ne s’est pas levé une seule fois pour répondre aux questions que le PQ lui adressait, hier.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

La corruption municipale de Montréal, comme en Afrique!
« le: octobre 24, 2009, 09:14:52 am »

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Commentaires sur la corruption municipale de Montréal
« Réponse #1 le: octobre 25, 2009, 11:34:42 am »
Voici une série de commentaires concernant la corruption dans la construction et à Montréal.

Ils ont été pris à la suite de cette nouvelle, dans le site de Radio-Canada.

Bonne lecture...



Envoyé par Jocelyn Ouellet
23 octobre 2009 à 20 h 18 HAE

Bonjour,

J'espère que l'Assemblée Nationale et la Chambre des Communes présenteront une motion de félicitations à Alain Gravel et Radio-Canada pour leur enquête dans le dossier de la construction.

Suite aux magouilles des politiciens avec ces caïds du monde des affaires, il ne reste plus que des journalites de cette trempe pour nous protéger de leur voracité. Aussi considérant l'inégalité des forces en présence, il y aurait lieu de se demander si les journalistes ne devraient pas jouir d'une certaine immunité judiciaire...

Quoi qu'il en coûte pour défendre Alain Gravel et Radio-Canada, il n'y a pas de prix pour éliminer la corruption de notre société!!! Et si c'est le prix à payer pour éloigner ces requins, je suis même prêt à accepter que nos journalistes se trompent parfois...



Envoyé par france.ma
23 octobre 2009 à 19 h 28 HAE

Décidément ce bateau est un vaisseau fantôme. Le capitaine est invisible, les passagers sont dessus en même temps qu'ailleurs et quand on leur demande s'ils se sont bien amusés, ils répondent qu'ils ne savent pas de quoi on parle.



Envoyé par jean_Guy
23 octobre 2009 à 19 h 09 HAE

C'est un sérieux avertissement à tous ceux qui osent défier la loi de l'omerta.

En plus des menaces physiques, on risque maintenant des poursuites de plusieurs millions grace à un système de justice vicié qui avantage les riches et les puissants.

Accurso aurait les moyens s'acheter un cabinet d'avocat au grand complet, il a aussi les moyens d'acheter un juge.
j'invite la police et le gouvernement à être aux aguets.



Envoyé par Maurice Jannard
23 octobre 2009 à 19 h 00 HAE

Les journalistes et leurs patrons devront se montrer très courageux dans la dernière semaine qui reste. Charest donne tout son appui à Tremblay. Le cabinet libéral resserre les rangs. Le DGE demande à Benoit Labonté de donner les noms. Labonté n'est qu'un pion mais, atteint il s'en est pris aux vrais coupables: Charest et Tremblay.

L'opération Marteau ne vise qu'à menacer ceux qui sont tentés d'aller livrer leurs secrets aux médias. Même chose pour Accurso: attaquer pour protéger le système corrompu.



Envoyé par Ti-Bass
24 octobre 2009 à 13 h 09 HAE

Bien sûr qu'Accurso, puissant contracteur, est un acteur important dans ces allèguations de collusion! C'est un des grands responsables de la grande différence de prix des chantiers, en comparaison avec d'autres identiques partout ailleurs au Canada. Mais c'est du même coup aussi un très important bailleur de fonds pour les libéraux provinciaux et fédéraux!

Cet homme est tellement puissant qu'il est craint par tous et toutes, même de la haute hiéarchie. Les subséquents gouvernements (libéraux) ont faits de cet homme le barômètre des prix planchers constament à la hausse pour les plus gros chantiers au Québec, sans que quicquonque n'ose lever le petit doigt. Bien au-delà du coût normal de l'inflation.

Nous sommes prit en otage par ces puissants verreux qui vont au cours des prochaines années, empocher le quart des quelques 40 milliards de dollars prévus aux infrastructures par des gonflements artificiels en rapport aux coûts réels de ces dits chantiers majeurs. Puis en retour, ils garantiront ainsi le financement des caisses libérales pour les 10 prochaines années. Bravo monsieur Charest pour votre excellent coup de dé avant votre départ imminent!

Stéphane Bastien, Acton Vale, Québec.



Envoyé par coroico550
23 octobre 2009 à 23 h 22 HAE

en temps de crise economique et de deficit, lors meme que le gouvernement du Quebec s'est vote le droit au deficit, parce qu'il ne sait pas trop comment revenir a l'equilibre budgetaire sans augmenter les impots, ou s'aliener les fonctionaires en coupant dans les depenses, on hesite a essayer d'eclaircir les circonstances qui nous font payer a tous 30% plus chers (a verifier, peut-etre pire) pour les contrats de construction, alors meme qu'on en en deficit en grande partie pour avoir investi massivement dans de l'asphalte comme remede a la crise. Y aurait-il une maladie genitique generalizee au quebec qui fait que nous sommes tous nes avec une poignee dans le dos??



Envoyé par Gilles Mathieu
23 octobre 2009 à 22 h 32 HAE

Je crois que le bonhomme vient de commettre une grave erreur. S'il persiste dans cette direction, l'avocat d'Acurso pourra poser les questions aux intimés. Mais voilà, la partie défenderesse (qui doit défendre ses clients) POSERA DES QUESTIONS POINTUES à Accurso. Le bonhomme aura l'obligation légale de répondre à ces questions. En d'autres termes, il risque fort d'être obligé d'ouvrir son jeu et de divulguer à la cour des secrets qu'il voudrait justement garder secrets. Tout cela empeste la stratégie de l'intimidation. Cessez de parler de nos p'tites affaires, sinon ... semble-t-il nous dire.

Il est impérieux d'avoir une enquête publique.

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!