février 17, 2020, 12:08:32 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Le point sur l'incarcération de Guylaine Lanctôt  (Lu 4180 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Le point sur l'incarcération de Guylaine Lanctôt
« le: octobre 27, 2009, 12:12:06 am »
Guylaine Lanctôt (ou "Ghis") a choisi de ne pas remplir de déclaration d'impôt et c'est son droit le plus strict.

Cependant, notre gouvernement illégal continue d'opprimer les créatures du Dieu Tout Puissant qui nous a créé pour habiter cette Terre en les contraignant à se plier à des lois aussi illégales qu'illégitimes.

C'est cette loi sauvage qu'un juge a osé appliquer contre Guylaine Lanctôt, l'auteure de l'excellent livre "La mafia médicale".

Bonne lecture...



Arrestation de Guylaine Lanctôt
(Ghis)


par Jean-Paul Massie

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis peut-être un de ceux qui a passé le plus de temps à essayer de trouver des moyens vraiment efficaces pour aider Guylaine Lanctôt (Ghis) à ne pas être incarcérée. Son dossier me tiens vraiment à coeur car je trouve inadmissible qu'une femme de sa trempe se retrouve là où elle est rendue pour un crime qu'elle n'a pas commis et qui n'existe pas.

Au risque de déplaire à plusieurs, je vais vous expliquer certaines notions concernant son message public que beaucoup d'entre vous ne comprennent pas encore, surtout je pense, ceux et celles qui ont suivis ses conférences et ateliers.

Je ne pouvais pas vraiment en parler avant car mes lettres publiques n’auraient pas passées. Auront-elles un impact réel à l’ONU? J’ai des doutes, car Madame la Haut Commissaire Arbour a tout un parcours dans la haute bourgeoisie et la haute magistrature canadienne. Elle a caché au peuple les vérités que je dénonce durant toute sa carrière publique. Par contre, elle n’est pas toute seule à l’ONU. Et il fallait le faire malgré tout ce que Ghis a pu dire pour se nuire à elle même. Pierre Curzi a été pris du dossier, et il me reste toute l'Assemblée Nationale et la Chambre des Communes à alerter car je compte sur la fibre sensible de certains individus qui ont encore du coeur.

Un mois avant qu'elle soit arrêtée, j'ai parlé avec Ghis. Elle m’avait demandé de l'aider pour contacter les médias. Ce que j'ai fait avec empressement car selon ce qu’elle m’avait confié, elle croyait qu’il ne lui restait que quelques heures de liberté.

Sa première intervention à la télé de Radio Canada de Sherbrooke le lendemain fut désastreuse pour elle et pour moi. Loin d'aider à faire la lumière sur le système, elle se plaçait en position d'être moquée. Je l'ai exhorté par une longue lettre, de ne pas mêler ses croyances personnelles et spirituelles avec le dossier des impôts. De ne pas se placer en position d'être ridiculisé publiquement avec sa nouvelle identité et son message spirituel car ce dossier ne lui appartenait pas à elle seule. De ne pas me nuire et nuire à ceux et celles qui ont choisis de vraiment travailler sur le terrain pour faire apporter des corrections véritables au système fiscal actuel. De le traiter de manière uniquement pragmatique, car c'est LA SEULE FAÇON de faire pour être vraiment prix au sérieux en Cour et faire comprendre à la population la vérité.

Elle semblait m'avoir comprise m'avait elle affirmée. Le lendemain au 98.5 FM avec Paul Arcand c'était mieux, mais à Denis Lévesques, elle recommançait à s'enfarger dans les fleurs du tapis volant de la spiritualité.

Elle avait aussi refusée de demander l’aide que je lui avais proposé que mon ami lui offrait très généreusement car son Âme lui disait de faire autrement en paralèle. Aide qui aurait fait en sorte qu’elle soit en compagnie de ses proches présentement et puisse continuer à parler en public.

Ghis nous parle de souveraineté individuelle sans réaliser qu’une femme souveraine qui maîtrise son sujet ne se retrouve pas en prison de la manière dont c’est arrivé pour elle.

Ghis n’a pas comprise le sens des mots honneur et déshonneur dans le contexte juridique. Et c’est justement, et UNIQUEMENT pour cette raison qu’elle est emprisonnée maintenant.

Comment se fait-il que Me Jean Dury, son grand ami criminaliste et ancien disciple de Maître Aurobindo, ne lui ait pas expliqué cette notion tellement importante, surtout lorsqu’elle a décidé de contester la juridiction fiscale de REVENU CANADA? D’autant plus qu’il prétend enseigner au gens à se défendre seul en Cour. À bon entendeur, Jean veux remettre ça encore!

* Elle a refusé de comparaître en Cour. Résultat? DÉSHONNEUR! Ils sont venus la chercher de force lui ôtant tous ses droits à une défense pleine et entière.
* Elle a refusé de s’identifier devant le juge prétextant qu’elle refusait de s’identifier à une corporation créée par l’État. Résultat? DÉSHONNEUR! Son attitude lui a valu le fait qu’elle soit tombé complètement dans la juridiction de la Cour et de l’État et finalement de la prison Tanguay.

ON NE REFUSE JAMAIS UNE OFFRE DE L’ÉTAT OU DE LA COUR!

On l’accepte avec une contre offre que la couronne ne pourra pas accepter et on gagne par défaut. La loi et l'État, sont uniquement du commerce intérieur et international.

Ghis ne sais pas que le sens des expressions,"personne réelle" et "personne fictive", signifient exactement la même chose. Du point de vue de l’État et de la loi, une personne est toujours fictive et demeure sa propriété. Un être humain, un homme, une femme ou un enfant peut être vivant ou mort mais ce n’est pas une fiction de l’État, à moins que celui-ci ou celle-ci se prenne pour une PERSONNE.

Ghis mentionne à la Cour la corporation LANCTÔT GHISLAINE quand son nom s'écrit ainsi LANCTÔT GUYLAINE. Elle parle d'une corporation quand il s'agit dans les faits d'une raison sociale portant le numéro 000 000 000 attribué au nom LANCTÔT GUYLAINE inscrit sur le certificat de naissance du Directeur de l'État Civil du Québec.

Alors quand elle arrive devant un juge avec un discours et une attitude pareille, le juge a l’impression à prime abord qu'elle veux rire de lui mais se rend vite compte qu'elle ne sais pas de quoi elle parle. Il lui offre même une porte de sortie à condition de signer le document qui lui aurait permise d’organiser une vraie défense à l’extérieur des murs et elle refuse encore pour ne pas s'identifier à la corporation. Pourquoi? Elle ne sait pas comment un être humain doit signer en réservant ses droits. Mais de toute manière, elle avait déjà renoncé par ignorance à tous ses droits en entrant bien malgré elle dans la juridiction d'une Cour anticonstitutionnelle et d'une loi inexistante. Résultat? DÉSHONNEUR! Loi de l'Amirauté! Loi Martiale ! Prison ! Casier criminel.

Elle m'avait affirmé qu'elle suivait ce que son Âme lui disait de faire. Mais l'Âme fait aussi parti de la personnalité humaine, et une Âme, ça peut très bien être entêtée parfois. À moins que ce soit moi qui s'entête à vouloir faire quelque chose quelle ne m'a pas demandé.

Étais-ce vraiment nécessaire? Elle seule pourra répondre à cette question à la fin.

Que va elle faire le 28 mai lors de sa prochaine comparution? La même chose? Ce ne sera pas un mois la prochaine fos.

UN ÊTRE HUMAIN N'A PAS À SE SACRIFIER AINSI INUTILEMENT POUR UNE POLITIQUE FISCALE QUI N'A PAS DE FORCE DE LOI !

Ce qui aura un impact indirect réel pour elle, je l'espère, c'est ce qui se passe actuellement dans nos dossiers de cours pilotés par Jacques-Antoine: Normandin.

Toute une expérience!

Je ne suis pas une personne juridique fictive, une raison sociale, ou une entité commerciale créée par l'État.

Jean-Paul: Massie



Note de Nenki: Billet de Jean Dury, le conseiller et avocat de Ghislaine qu'on m'a fait parvenir de son équipe pour fin de diffusion.

"J'ai eu la chance de pouvoir visiter Ghis à la prison Tanguay de Montréal le mardi, 7 avril 2008. Depuis le début des années 80, je travaille dans le domaine des prisons et je dois dire que pour la première fois de ma vie actuelle, j'ai rencontré quelqu'un qui vivait cette expérience avec une approche entièrement spirituelle. Lorsqu'elle était dans le fourgon qui l'amena au lieu de réclusion, elle constata curieusement qu'elle était plus libre que ceux qu'elle regardait à l'extérieur. Elle a agi en son âme et conscience en ne signant pas un document qui l'identifiait à l'entité fictive légale qu'on lui a affublé à sa naissance. Ce refus que les autorités ne peuvent que très difficilement comprendre, l'oblige à rester détenue jusqu'au 28 mai 2008, date à laquelle la corporation morale LANCTÔT, Ghislaine subira un procès.

Les gens à l'extérieur ne savent pas que leur identité naturelle leur a été enlevée à leur naissance afin d'appartenir entièrement au cartel privé des êtres qui contrôlent la Banque centrale du Canada et à leurs complices, les gouvernements de tous les niveaux qui, grâce à plusieurs tactiques, collectent du peuple l'argent nécessaire pour entretenir toutes les guerres actuelles sur terre.

La toute dernière et non la moindre, la guerre au terrorisme, entraînera l'humanité à sa perte, car elle est sans issue possible et imaginable. De plus, elle ne sert qu'aux intérêts du cartel banquier qui, pour l'alimenter, doit créer des sommes astronomiques d'argent à partir d'absolument rien et la prêter aux gouvernements qui eux, en contrepartie, font payer les intérêts de ces faux prêts par nous, le peuple. N'oubliez jamais qu'à notre naissance, nous devenons propriété du gouvernement afin de garantir leurs emprunts.

Regardons maintenant une autre guerre de nos soi-disant dirigeants: la guerre à la pauvreté. Aux nouvelles du jour, ou ce qu'on croit être des nouvelles, on constate qu'il y a présentement flambée des prix des denrées alimentaires. Le président de la Banque mondiale est inquiet. La lutte contre la pauvreté recule de dix ans. Le prix du riz a doublé tout récemment et cela entraîne des tensions énormes dans tous les pays où cette nourriture est essentielle. On invoque plusieurs raisons telles la disparition des terres agricoles, la demande accrue pour les produits animaux, la conversion de millions d'hectares de culture pour produire des hydrocarbures. Cette séance de camouflage a pour but d'omettre la seule et unique raison de la situation actuelle. La pauvreté grandissante provient de la création de l'argent à partir de rien.

N'oublions pas une autre grande guerre, celle de tous les gouvernements de ce monde contre la pollution. Une des causes de celle-ci réside dans notre consommation excessive d'énergie fossile. Nous devons travailler toute notre vie comme des esclaves dans le but de rembourser les intérêts dus sur toutes les sommes empruntées aux banques de ce monde. Or, il se trouve que l'argent pour payer ces intérêts n'a jamais été créé. Voilà le problème fondamental du système bancaire.

Enfin parlons d'une autre guerre entreprise depuis les années 70, celle contre la drogue. À cette époque, il faut savoir qu'on a aboli totalement l'étalon or pour garantir l'émission de la monnaie. Le commerce de la drogue allait devenir ainsi le plus lucratif au monde. Ce sont les gouvernements de la planète qui en ont pris le contrôle en nous faisant croire que le crime organisé était l'ennemi. Ainsi, on a pu développer des budgets énormes pour faire grossir les effectifs policiers afin de nous surveiller encore plus par l'écoute électronique. Le peuple croit à cette guerre, mais ne sais absolument rien de ses coulisses. Qui plus est, le profit engendré par ce commerce sert en grande partie à l'achat d'armements pour alimenter encore plus de guerres. Pour ceux qui doutent, sachez qu'avant l'invasion américaine de l'Afghanistan, ce pays ne produisait que 5% de l'opium mondial. En un temps record, elle en produit maintenant 95%. Tirez vos propres conclusions.

Pourquoi toutes les guerres entreprises par nos gouvernements se traduisent par un échec? Parce que la base même de sa structure est fausse. Toute politique de ce monde qui permet à un gouvernement d'emprunter à intérêt de l'argent créé à partir de rien et qui oblige son peuple à rembourser par les taxes et impôts, sera vouée à un échec complet tôt ou tard. La raison en est fort simple. Le politicien n'a aucun pouvoir malgré les apparences. Tout son travail lui est dicté par son vrai patron: la Banque centrale de son pays. La volonté des propriétaires de la corporation privée appelée la Banque du Canada n'a qu'un but, la domination et le contrôle total de l'être humain.

Il faut comprendre qu'il ne s'agit aucunement d'une conspiration de leur part. Il s'agit plutôt d'une mission qui leur a été dévolue sur terre afin de ramener au bercail, selon eux, le pauvre troupeau égaré. Leur mission issue des sociétés secrètes où règne un ésotérisme très élaboré qui provient de la nuit des temps, leur a été dictée par Dieu lui-même, toujours selon eux. C'est la raison pour laquelle les sacrifices humains engendrés par toutes les guerres récentes font, pour eux, partie intégrante de leur mission divine sur terre. Pas étonnant qu'il y ait de plus en plus de monde qui résiste, ne croyant pas au même Dieu.

Ghis a décidé d'agir en son âme et conscience et est animée d'une grande force intérieure. Cette situation me rappelle celle de Sri Aurobindo, qui a connu un sort semblable, il y a exactement 100 ans, alors qu'il fut emprisonné dans la Prison d'Alipore, en Inde, pour sédition. Il a relaté son expérience plus tard en ces termes:

« Les ateliers de la prison d'un côté, les étables de l'autre, telles étaient les frontières de mon petit royaume. Des ateliers à l'étable, des étables aux ateliers, je récitais tout en marchant les immortels mantra des Upanishads et découvrais dans leur profondeur une source de lumière et de force; ou bien j'observais les allées et venues, les activités des prisonniers,(…) Peu à peu, mon état d'esprit devint tel que la prison cessa d'être une prison. Ce haut mur, ces barreaux de fer, cette paroi blanche, cet arbre aux feuilles bleutées qu'illuminaient les rayons du soleil, tous ces objets ordinaires ne me semblaient plus inanimés ou insensibles, mais au contraire doués de vie, habités par une conscience qui emplissait tout, et j'avais l'impression que toutes ces choses m'aimaient et voulaient m'étreindre. Hommes, vaches, fourmis, oiseaux, passaient, volaient, en somme vivaient le jeu de la nature; mais au dedans, immergée dans une béatitude pleine de paix, se tenait une Âme pure, vaste, détachée. Il me semblait parfois que le Seigneur se tenait debout sous l'arbre et jouait de la flûte, de Sa flûte de Joie, et mon coeur se sentait irrésistiblement attiré par la douceur de ses notes. J'avais toujours le sentiment que quelqu'un m'entourait de ses bras, me pressait contre son sein et, à mesure que cet état d'âme se développait en moi, une paix immense, indicible, une paix immaculée m'envahissait et prenait possession de moi. L'écorce qui recouvrait mon coeur se détacha, laissant couler un flot d'amour vers toutes les créatures. En même temps, bonté, compassion, non-violence, toutes ces qualités sattviques* se mirent à fleurir en moi, dominant ma nature surtout rajasique**. Et plus elles s'épanouissaient, plus ma joie grandissait, et plus cet état de paix inaltérable s'approfondissait. L'inquiétude que pouvait me causer le procès, s'était dissipée dès le début, mais à présent j'éprouvais au contraire le sentiment que c'était Dieu, dans Sa toute-bonté, qui m'avait, pour mon bien, amené en prison. Je serais acquitté, libéré, j'en avais la ferme conviction. Et à partir de ce jour, je ne souffris plus de mon emprisonnement. » (Sri Aurobindo, Jours de prison)

J'ose espérer que, à l'avenir, Ghis ne sera plus soupçonnée par plusieurs du milieu judiciaire de souffrir d'un problème de santé mentale. Il ne faut pas confondre maladie mentale et cheminement spirituel.

Jean Dury
________________________

* Sattvique: qui découle du sattva, le principe de lumière et d'harmonie

** Rajasique: pleine de rajas, le principe du dynamisme, de la passion.



Lettre que Jean-Paul Massie a envoyé à l'ONU et la grande dame des droits humains Louise Harbour.

La Très Honorable Louise Arbour

Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme

Haut Commissariat aux droits de l’homme
Office des Nations Unies à Genève
1211 Genève 10
Suisse

Objet: DÉPÊCHE D'URGENCE POUR LA HAUT COMMISSAIRE DES NATIONS UNIS AUX DROITS DE L'HOMME - Madame Guylaine Lanctôt PRISONNIÈRE POLITIQUE DE REVENU CANADA, emprisonnée à la prison Tanguay.

Mardi le 8 avril 2008, 21h05

Madame la Haut Commissaire,

J'apprends avec regrets le fait que vous quitterez vos fonctions en juin 2008. Malgré ce fait, je vous soumets les développements du dossier de Madame Guylaine Lanctôt, ex médecin harcelée, intimidée, humiliée et emprisonnée par REVENU CANADA pour ses prises de positions politiques.

Je vous rappelle brièvement les faits en ce qui lui est reproché: C'est seulement de ne pas avoir rempli de déclaration d'impôt depuis 14 ans. Ce qui en fait, ne constitue pas un acte criminel selon l'ancien Ministre des finances Yves Séguin du Gouvernement du Québec, qui a publié cette déclaration dans le Journal de Montréal.

Lundi 7 avril 2008 à 14h00, Madame Guylaine Lanctôt a comparue devant le Juge Pierre Bachand de la Cour du Québec de Granby en chambre pénale et criminelle.

* Madame Lanctôt a été une fois de plus amenée devant le juge encadrée des agents de la Paix, pieds et mains menottés, comme l'on aurait fait à un dangereux criminel.
* Madame Lanctôt N'A PAS ÉTÉ ASSERMENTÉE devant la Cour.
* Madame Lanctôt N'A PAS ÉTÉ IDENTIFIÉE devant la Cour.
* Madame Lanctôt s'est fait INTERDIRE l'utilisation de ses notes constituant sa seule défense.
* Madame Lanctôt s'est fait INTERDIRE le port de ses lunettes pour pouvoir lire ses notes constituant sa seule défense.
* Une dame présente dans la salle d'audience s'est levée pour lui apporter ses notes et ses lunettes, le juge Pierre Bachand a intimé cette dame d'aller se rasseoir sous peine de l'emprisonner. Transcriptions audio en preuve!
* Le Juge Bachand informa Madame Lanctôt que suite à l’évaluation psychiatrique ordonnée le 3 avril dernier, la psychiatre du CHUS la trouva apte à comparaître.
* Le juge a ensuite lu l’acte d’accusation et Madame Lanctôt lui a demandée à qui s’adressait cette accusation, soit à la personne juridique fictive LANCTÔT GUYLAINE, ou à la femme présente devant la Cour.
* Le juge a ignoré la question comme si (PERSONNE) ne lui avait parlé.
* Suite à l’objection de Madame Lanctôt d’enregistrer un plaidoyer, le juge ordonna à la greffière d’inscrire au procès-verbal un plaidoyer de non culpabilité.
* Le juge Bachand, avec l’accord de maître Champoux représentant REVENU CANADA, a fixé alors la date du procès au 28 mai prochain.
* Le juge Bachand l'a remise en liberté sous condition de signer un engagement d’habiter à son adresse, d’aviser la Cour de tout changement d’adresse, de garder la paix et de se présenter le 28 mai 2008 pour le procès.
* Madame Lanctôt a refusée de signer un engagement qui concerne la personne juridique fictive LANCTÔT GUYLAINE créée par le gouvernement pour ne pas entrer en contrat avec la Cour, mais grand malheur pour elle, car elle est complètement sous la juridiction totalement inique et criminelle de cette Cour du Québec qui protège une juridiction fiscale fédérale anticonstitutionnelle sur la terre de l'État du Québec.
* Le juge l’avisa qu’elle devra à défaut de signer l'engagement, demeurer détenue jusqu’à la date du procès fixé au 28 mai 2008.

Considérant le fait que l'AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA, VIOLE SCIEMMENT, l'Acte de l'Amérique du Nord Britannique de 1867, qui INTERDIT, au Gouvernement fédéral, tout prélèvement fiscal direct sur les revenus des citoyens canadiens; le privilège de prélever des impôts directs étant accordées SEULEMENT AUX PROVINCES;

Considérant le fait que depuis 1968, le Gouvernement fédéral n'a plus aucune juridiction sur les citoyens(ne) de l'État du Québec, que l'Assemblée Législative de la province de Québec fut remplacée par l'Assemblée Nationale du Québec constituée en violation de la Constitution de 1867, faisant du Québec, un ÉTAT;

Considérant le fait que le Juge Pierre Bachand A TOTALEMENT DÉSHONORÉ LA COUR ET LA PRATIQUE DE LA JUSTICE en omettant sciemment d'identifier Madame Lanctôt par l'assermentation obligatoire des prévenus(e);

Considérant le fait que le Juge Pierre Bachand S'EST COMPLÈTEMENT DÉSHONORÉ LUI MÊME en menaçant une dame présente à l'audience de l'envoyer en prison pour avoir offert son aide à Madame Lanctôt;

Considérant le fait que le Juge Pierre Bachand a complètement DÉCONSIDÉRÉ TOUT L'APPAREIL JUDICIAIRE, en REFUSANT D'ACCORDER une DÉFENSE PLEINE ET ENTIÈRE, GARANTIE à une femme qui se présente seule devant lui par la Charte canadienne des Droits et Libertés de la Constitution de 1982, garantie par la Déclaration Universelle des droits de l'homme de 1948, et garantie aux membres du Commonwealth, par la Grande Charte Magna Carta de 1215 inaplicable ici au Québec à cause du Code Civil anticonstitutionnel;

Considérant le fait que depuis 1968, le Gouvernement de l'État du Québec permet sciemment contre ses propres citoyens(ne) tout ce mélange de juridictions fiscales illégales et injustes;

Je demande que Madame Guylaine Lanctôt soit libérée sur le champ sans conditions et que des réparations pour dommages causés par intimidation, par humiliation, par torture mentale, par séquestration et par enlèvement, lui soient payés.

Je demande que la Cour du Québec soit mise sous tutelle afin de l'empêcher de nuire à notre peuple. Cette Cour se permet de renverser les décisions de ses propres juges et ne respecte même pas les décisions des juges de Cours supérieures à elle même créant un système vicieux d'anarchie intérieure.

Je vous demanderais aussi de bien vouloir retransmettre ce dossier à votre successeur

Recevez Madame la Haute Commissaire Arbour l'expression sincère de ma profonde gratitude,

Je ne suis pas une personne juridique fictive, une raison sociale, ou une entité commerciale créée par l'État.

Jean-Paul: Massie

Homme composé de sang de chair d'os et d'une Âme créée par Dieu Tout Puissant

Jusqu'à ce la population de l'État du Québec oblige par prise de conscience son propre Gouvernement de l'État du Québec à reconnaître la souveraineté de son peuple sur ce continent, ce courriel demeure en conformité avec le jugement de la Cour Suprême du Canada CSC 14.27704 du 21 février 2002.

http://www.industriequebec.ca/portal/fr/Content.php?id=300

Sujet:
ARRESTATION ET DÉTENTION ARBITRAIRE D'UNE CITOYENNE DU QUÉBEC PAR LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
De:
"Jean-Paul Massie" <[email protected]>
Date:
Tue, 8 Apr 2008 06:19:24 -0400
Pour ::
"T. Hon. Louise Arbour, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme" <[email protected]>
Copie à ::
Denis Lévesque TVA <[email protected]>, "Gilles Proulx / 98.5 FM" <[email protected]>, Le Téléjournal de l'Estrie/Radio-Canada <[email protected]>, "Paul Arcand / 98.5 FM" <[email protected]>, "Richard Olivier/TVA" <[email protected]>

DÉPÊCHE D'URGENCE POUR LE GREFFE DE LA COUR LUNDI LE 7 AVRIL AU PALAIS DE JUSTICE DE GRANDBY CONCERNANT

Madame Guylaine Lanctôt


URGENT COMMUNIQUÉ de Jacques-Antoine :Normandin dossier 455-02-001772-062 pour audition du 8 avril 2008.

AU GREFFIER DE LA COUR DU QUÉBEC PALAIS DE JUSTICE DE GRANBY DISTRICT JUDICIAIRE DE BEDFORD LE 7 AVRIL 2008.

MORATOIRE DEMANDÉ DANS L’AFFAIRE REVENU CANADA c. LANCTOT GUYLAINE pour la comparution à 14 :00 HR. du 7 avril 2008 au Palais de justice de Granby afin d’attendre la conclusion du procès à Cowansville dans le même district judiciaire.

CE MORATOIRE A POUR OBJET D’ÉVITER TOUT CONFLIT D’INTÉRÊT DES JUGES EN MATIÈRE D’IMPÔT SUR LE REVENU.

Nous sommes en droit de prétendre d’une stratégie et d’une collusion systématique en matière fiscale depuis le rejet par le syndic du Barreau de l’État du Québec rejet numéro 152161MAL.

Jacques-Antoine : Normandin a logé au Barreau de l’État du Québec une plainte contre les avocats Paul Veillette, André Larivière du contentieux de Revenu Québec et contre l’avocat Jean Hudon (pour le juge Pierre Lortie) du contentieux de Revenu Canada.

LA CAUSE REVENU QUÉBEC c DUVAL SERA ENTENDU MARDI LE 8 AVRIL À COWANSVILLE EST LA SUIVANTE : REVENU QUÉBEC c CHRISTIAN DUVAL et la partie Mise en Cause Jacques-Joseph-Pierre-Antoine: Normandin sera entendu au palais de justice de Cowansville dans le district de Bedford, Québec à 09h30.

Je demande donc qu’un MORATOIRE SOIT IMPOSÉ dans la cause de REVENU CANADA contre LANCTÔT GUYLAINE, et qu'une ordonnance de libération concernant Madame Guylaine Lanctôt soit effective sur le champ, au moins jusqu'à ce que les résultats de la cause devant l'Honorable Juge François Marchand de la Cour du Québec les 8 et 9 avril 2008 soit connus.

Mardi et mercredi les 8 et 9 avril 2008, devant l'Honorable Juge François Marchand de la Cour du Québec, aura lieu une cause sans précédant dans les annales judiciaires québécoises et canadiennes en matière d'identité et de fiscalité. La cause REVENU QUÉBEC représenté par maître Chantale Roy pour le Barreau de l'État du Québec et représenté par maître Paul Veillette ou son représentant du contentieux de Revenu Québec contre Christian-Maurice-Joseph-Léopold: Duval alias Christian-Maurice: Duval et la partie Mise en Cause Jacques-Joseph-Pierre-Antoine: Normandin alias Jacques-Antoine: Normandin. Cette cause sera entendu au palais de justice de Cowansville dans le district de Bedford, Québec à 09h30 et répondra à l'imbroglio entourant l'arrestation et les mesures de sécurité en matière criminelle utilisée par la Gendarmerie Royale du Canada pour détenir PRISONNIÈRE POLITIQUE madame Guylaine Lantôt (radiée du collège des médecins pour avoir dévoilé les vérités cachés sur notre système de santé publique)


La Très Honorable Louise Arbour
Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme
Haut Commissariat aux droits de l’homme
Office des Nations Unies à Genève
1211 Genève 10
Suisse



Objet: Arrestation arbitraire d'une citoyenne de l'État du Québec par la Gendarmerie Royale du Canada


Lundi 7 avril 2008, 05h45


Madame la Haut Commissaire,

Je m'adresse à vous aujourd'hui dans le but de porter à votre attention un grave cas d'abus contre les droits de l'homme survenu jeudi le 3 avril dans la municipalité de Stuckley Sud, district de Bedford dans les Cantons de l'Est au Québec.

En effet, l'ex médecin connu sous le nom de Guylaine Lanctôt, qui a publié le livre "La Mafia Médicale" en 1994, a été l'objet d'une arrestation et d'une séquestration arbitraire exécutée par la GRC et ordonnée par le procureur général du Canada. Elle a été amenée de force, mais sans aucune résistance de sa part, au palais de justice de Granby, fouillée à nue, et fut amenée devant la Cour menottes aux mains et aux pieds, comme il aurait été fait à une dangereuse criminelle.

Ce qui lui est reproché c'est de ne pas avoir produit de rapport d'impôts au fédéral depuis 14 ans. Il est bien connu que le fait de ne pas produire une déclaration d'impôts ne constitue pas un acte criminel en soit. L'ancien ministre des finances du Gouvernement du Québec Monsieur Yves Séguin, a d'ailleurs déjà signé un article à cet effet dans le Journal de Montréal.

Lorsque Madame Lanctôt a demandée à la Cour à qui s'adressait la sommation à comparaître, soit, à la personne juridique fictive LANCTÔT GUYLAINE, ou à la femme présente devant la Cour, Madame la Juge visiblement embarrassée, a refusée de répondre à la question et a ordonnée sur le champ une évaluation psychiatrique arbitraire.

Le rôle de la Cour est toujours d'aider au meilleur de ses compétences un(e) citoyen(ne) qui se présente sans avocat devant elle. En séquestrant une femme qui n'a même pas été identifiée, la Cour a contrevenue de ce fait aux principes de droit universel les plus élémentaires, qui garantissent aux hommes et aux femmes le droit absolu de s'identifier et le droit absolu à une défense pleine et entière, déconsidérant par le fait même l'appareil judiciaire. (Je vous invite à voir le dossier 200-22-028373-041 où le Très Honorable Juge François Godbout de la Cour du Québec explique en détail quel est le rôle de la Cour en pareil cas.)

Présentement Madame Lanctôt est détenue dans un hôpital où elle a passé cette évaluation devant une psychiatre et elle doit repasser devant la Cour de Granby lundi le 7 avril 2008 à 14h00 pour recevoir sa sentence.

Considérant le fait que Madame Lanctôt a révoqué son statu de personne juridique fictive créature de l'État et appartenant à celui-ci, en ayant avisé par lettres le 4 juin 2007, les procureurs généraux du Québec et du Canada, et;

Considérant le fait que Madame Lanctôt n'utilise plus aucun privilèges accordés par l'État aux personnes juridiques et ce, depuis 14 ans;

Considérant le fait que Madame Lanctôt a démissionnée du Collège des médecins du Québec depuis 1994;

Considérant le fait que Madame Lanctôt a révoqué en retournant au ministère, son permis de conduire du Québec, ses cartes d'assurance sociale du Canada et d'assurance maladie du Québec;

Considérant le fait que la Constitution du Canada de 1867 INTERDIT au gouvernement du Canada le droit de prélever des impôts sur le salaire des citoyens(e) canadiens(ne);

Considérant le fait que loi de l'impôt fédérale est complètement illégale et anticonstitutionnelle et VIOLE la Constitution du Canada;

Considérant le fait que loi de l'impôt fédérale est complètement illégale et anticonstitutionnelle et empêche les canadiens(ne) de jouir du fruit de leur travail;

Considérant le fait que la Constitution du Canada accorde seulement aux provinces le droit de prélever des impôts sur le salaire de ses citoyens(ne);

Considérant le fait que l'État du Québec ne fait plus parti de la fédération canadienne et ce, DEPUIS 1968, et;

Considérant de ce fait que le Canada n'a plus de juridiction sur les citoyens(ne) résidant dans l'État du Québec sans Constitution;

Considérant le fait que, par corruption d'identité perpétrée à notre insu dès notre naissance, l'État constitue une raison sociale et une entité commerciale avec notre nom inscrit sur le certificat de naissance de tous les êtres humains naissant sur le sol de l'État du Québec et sur le sol du Canada;

Considérant le fait qu'un emprunt est constitué sur la tête de chaque enfant naissant dans nos deux pays et renouvelé à l'âge mature à tous les quatre ans lors des élections fédérales par obligation en vertu de la loi sur le recensement; prêt accordé par le cartel bancaire BANQUE DU CANADA INC. au Gouvernement du Canada avec promesse que le ou la futur(e) contribuable remboursera le prêt de gré ou de force par ses impôts, lequel constitue en fait la dette canadienne;

Considérant le fait que la fausse loi de l'impôt qui relève de l'Admiralty Law (Loi de l'Amirauté) ou loi maritime, dérobe tous les droits garantis aux hommes et aux femmes de nos deux pays par la Magna Carta et par la Common Law en considérant tous les citoyens(ne) CRIMINELS ET COUPABLES avant jugement;

Considérant le fait que, par la falsification des documents légaux d'origine de tous les Québécois(e) et de tous les Canadiens(ne), un préjudice immense et irréparable est causé à l'homme ou la femme que l'on appelle faussement la "PERSONNE" et le ou la "CONTRIBUABLE";

[la suite plus bas]

gouvernement.qc.ca

Le point sur l'incarcération de Guylaine Lanctôt
« le: octobre 27, 2009, 12:12:06 am »

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Suite du point sur l'incarcération de Guylaine Lanctôt
« Réponse #1 le: octobre 27, 2009, 12:13:23 am »
[suite du message ci-haut]

Considérant le fait que, tous les biens appartenant apparemment à un homme ou une femme qui s'identifie à une fiction, soit, sa PERSONNE, qui est une créature créée par l'État et propriété de celui-ci, appartiennent en vérité à l'État, car il est dit que: "Tout est privilège concédé par l'état: votre voiture, votre maison, votre profession, bref votre vie; et ce que l'état donne, il peut le reprendre si vous n'êtes pas un contribuable docile." Pierre-André Paré, ex-sous-ministre au Ministère du Revenu du Québec, devant une commission de l’assemblée Nationale du Québec, rapporté par Le Devoir, le 6 avril 1996

Considérant qu'un homme et une femme n'ont pas le droit à la propriété, et;

Considérant le fait que, dans le dossier 200-22-028373-041, où le Très Honorable Juge François Godbout de la Cour du Québec, a fait la distinction formelle et évidente entre la personne juridique fictive NORMANDIN JACQUES créée par l'État et l'homme Jacques-Joseph-Pierre-Antoine: Normandin, en vie, en chair, en os, et en Âme créé par Dieu tout Puissant présent devant lui, ce qui constitue dans les faits une jurisprudence québécoise et/ou canadienne ayant force de loi;

Considérant le fait que tous les jugements de Cour entraînant des saisies arbitraires de salaire, de comptes bancaires, de biens personnels et immobiliers, perpétrés en vertu des fausses loi fédérale et québécoise de l'impôt sur le revenu, sont totalement illégaux, immoraux et anticonstitutionnels;

Considérant le fait que tous les jugements de Cour entraînant des arrestations arbitraires, des séquestrations arbitraires, des évaluations psychiatriques arbitraires, et des emprisonnements arbitraires, perpétrés en vertu des fausses loi fédérale et québécoise de l'impôt sur le revenu, lesquels constituent des viols et des crimes contre l'humanité totalement immoraux, illégaux et anticonstitutionnels;

Considérant le fait que tous les avocats fiscalistes membres du Barreau de l'État du Québec et du Barreau Canadien sont complices de REVENU QUÉBEC et de l'AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA par "serment de discrétion" prononcé devant le Barreau, à l'effet qu'il n'y a aucune justice ni aucune loi fiscale de l'impôt constitutionnellement légale;

Considérant le fait que tous les avocats membres du Barreau de l'État du Québec et du Barreau Canadien ne peuvent révéler la vérité concernant l'inexistence de lois fiscales sous peine d"être radiés de leur profession par le Barreau;

Considérant le fait que tous les avocats fiscalistes membres du Barreau de l'État du Québec et du Barreau Canadien trompent sciemment leurs clients harcelés et poursuivis illégalement par REVENU QUÉBEC et ou l'AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA;

Considérant le fait qu'en vertu de leurs "serments de diacrétion" tous les avocats membres du Barreau de l'État du Québec et du Barreau Canadien ne peuvent réellement pas venir en aide aux hommes et aux femmes qui se voient harcelés(e), dépossédés(e), et emprisonnés(e) arbitrairement et illégalement par REVENU QUÉBEC et l'AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA;

En conséquence, devant une telle oligarchie, les citoyens et les citoyennes de nos deux pays, n'ont apparemment d'autre choix, que de se défendre seuls et de s'en remettre à la clémence de la Cour et à l'honnêteté des juges, face à une machine gouvernementale et bancaire sans coeur, sans conscience et sans merci.

Toutefois, comme il a été mentionné plus haut et en pièces jointes, force est de constater que c'est tout l'appareil judiciaire et gouvernemental ainsi que le système bancaire de l'État du Québec et du Canada qu'il faut de toute urgence réformer.

J'en appelle donc à votre profond sens de la Justice et des Droits Humains Madame la Haut Commissaire Louise Arbour, pour intervenir auprès des instances politiques et judiciaires canadiennes en faveur de Madame Guylaine Lanctôt, qui a renoncée consciemment à tout ce que l'État consent à ses sujets, c'est-à-dire aux PERSONNES et; N'A JAMAIS ÉTÉ ET N'EST PAS COUPABLE D'AUCUNE INFRACTION DE QUELQUE NATURE QUE CE SOIT EN VERTU D'UNE POLITIQUE FISCALE INEXISTENTE PAR INTERDICTION FORMELLE ET ABSOLUE DE LA CONSTITUTION DU CANADA. Je vous demande de faire en sorte que l'on ordonne sur le champ, sa libération et la fin des procédures judiciaires illégales engagées par l'AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA contre la personne juridique fictive LANCTÔT GUYLAINE.

Finalement, je voudrais vous demander s'il serait possible de demander à ce groupe de travail de l'ONU de venir enquêter dans mon pays le Québec? Car en vertu de cette imposture fiscale, Madame Guylaine Lanctôt est loin d'être le seul être humain qui est détenu arbitrairement et illégalement au Québec ainsi qu'au Canada.
Le Groupe de travail sur la détention arbitraire conclut sa mission en Mauritanie -1 mars 2008

Que le Dieu d'Amour et de Miséricorde infini vous protège et vous guide dans votre travail Madame la Haut Commissaire.

Recevez l'expression de ma très profonde considération Madame Arbour,


Je ne suis pas une personne juridique fictive, une raison sociale, ou une entité commerciale créée par l'État.

Jean-Paul: Massie
Homme composé de sang de chair d'os et d'une Âme créée par Dieu Tout Puissant

Jusqu'à ce la population de l'État du Québec oblige par prise de conscience son propre Gouvernement de l'État du Québec à reconnaître la souveraineté de son peuple sur ce continent, ce courriel demeure en conformité avec le jugement de la Cour Suprême du Canada
CSC 14.27704 du 21 février 2002.

http://www.industriequebec.ca/portal/fr/Content.php?id=300

 

 

Sujet:
Complément d'informations concernant le dossier REVENU CANADA c Madame Guylaine Lanctôt de l'État du Québec.
De:
"Jean-Paul Massie" <[email protected]>
Date:
Tue, 8 Apr 2008 05:17:44 -0400
Pour ::
"T. Hon. Louise Arbour, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme" <[email protected]>
Copie à ::
"ONU" <[email protected]>, Comité de la défense des droits de l'homme <[email protected]>

La Très Honorable Louise Arbour
Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme
Haut Commissariat aux droits de l’homme
Office des Nations Unies à Genève
1211 Genève 10
Suisse


Objet: Complément d'informations concernant le dossier l'AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA c Madame Guylaine Lanctôt de l'État du Québec.


Lundi 7 avril 2008, 05h17

Madame la Haut Commissaire,

Je m'adresse encore à vous ce matin dans le but de porter à votre attention d'autres éléments de preuves qui démontrent clairement la collusion de l'AGENCE DES DOUANES ET DU REVENU DU CANADA avec les grosses corporations bancaires constituant la BANQUE DU CANADA INC. qui ont réussi en 1917, par l'imposition d'une politique fiscale inique et anticonstitutionnelle, à mettre les peuples Québécois et Canadien en esclavage à vie envers le cartel bancaire international et l'État.

En vertu de la politique fédérale de l'impôt qui contrevient totalement à l'Acte de l'Amérique du Nord de 1867, Madame Guylaine Lanctôt de l'État du Québec fut arrêtée illégalement jeudi le 3 avril dernier, séquestrée de force par deux agents de la Gendarmerie Royale du Canada, fouillée à nue, menottée, et amenée devant la juge et les procureurs de REVENU CANADA qui l'ont sciemment privée de ses droits garanties par la Constitution de 1867. Elle fut contrainte de subir une évaluation psychiatrique arbitraire dans un hôpital, et elle doit comparaître aujourd'hui, lundi le 7 avril à 14h00 devant la Cour de Granby, pour recevoir une sentence ARBITRAIRE.

CELA CONSTITUE EN VÉRITÉ UN TRÈS GRAVE CAS D’ABUS CONTRE LES DROITS D’UNE FEMME DANS UN PAYS SOIS DISANT DÉMOCRATIQUE.

Au nom de Madame Guylaine Lanctôt, je tiens à vous remercier Madame la Haut Commissaire Arbour de prendre connaissance de ce dossier important, et d'intervenir le plus rapidement possible pour venir en aide à une dame originaire du même coin de pays que vous et qui a vraiment besoin qu'une vraie Justice ainsi que des réparations lui soient rendue.


Canada Bank - Money Created by Thin Air

Canada's Federal Income Tax is unconstitutional

“Once a nation parts with the control of its currency and credit, it matters not who makes the nations laws. Usury, once in control, will wreck any nation. Until the control of the issue of currency and credit is restored to government and recognized as its most sacred responsibility, all talk of sovereignty of parliament and of democracy is idle and futile.”

Prime Minister William Lyon Mackenzie King, talking about the BANK OF CANADA in1935

Here is the beginning of the physical proof that CANADA BANK is a total private corporation. See the attached file "Bell Local Directory - Business pages - page 29, Canada Bank.jpg. If Central Bank is a public institution own by federal government, it MUST BE NOT LISTED IN BUSINES PAGES but ONLY in the government blue pages of the Bell Canada directory.

51% second class non voting actions ( B ) are detains by Minister of Finance of the Government of Canada !

49% first class actions ( A ) are detains by the CANADA BANK cartel !

Minister of Finance has only a consultative right on the council board of CANADA BANK !

GOVERNMENT OF CANADA HAS NO WORD TO SAY ABOUT CANADA BANK GOVERNOR MONEY POLICIES !

* CANADA BANK INC. MAKES ITS PRIVATE OWNERS (THE INTERNATIONAL BANKERS CARTELS) WHEALTYER BY COLLECTING THE INCOME TAX ON THE LABOUR OF CANADIAN PEOPLE !
* TO CREATE INFLATION OR DEFLATION, CANADA BANK INC. HAVE ALWAYS PLAYED WITH THE VALUE OF OUR CURRENCY NOT BASED ON GOLD BUT THIN AIR !
* FOR DECADES, THIS MONOPOLY GAME HAS CAUSE TREMENDOUS PAIN AND SUFFERING TO THE PEOPLE OF CANADA !
* IT IS TOTALLY FALSE TO SAY THAT, BY THE END OF WORLD WAR ONE IN 1918, PRICES OF CANADIAN GOODS HAVE BEEN RAISED BY 50%, 75%, 100%, 500% OR 1000% !
* CANADA BANK INK. PRINTED 45 BILLIONS DOLLARS, NOT ENOUGH TO REIMBURSE THE PRINCIPAL THAT IS 600 BILLIONS DOLLARS DEBT.
* WITH THE AMOUNT OF MONEY STILL IN COMPUTERS, THERE IS 1000 BILLIONS DOLLARS IN CANADA.
* IT IS TOTALLY FALSE TO SAY THAT CANADIAN PEOPLE WILL BE ABLE TO REIMBURSE A 600 BILLIONS DOLLARS DEBT THAT DOES NOT EXIST !
* IT'S A FRAUD COMMITTED ON CANADIAN PEOPLE !
* GIVE BACK THE POWER TO THE CANADIAN GOVERNMENT TO PRINT A PERMANENT STABLE MONEY !
* IT IS HIS ABSOLUTE RIGHT GARANTEED BY CONSTITUTION OF 1867 !

The only way to achieve this goal, it is by a personal awareness of the situation and by an organised national civil pressure on the ELECTED representatives. Federal government must take control of the currency and credit, and print the Canadian money as it was before the CANADA BANK act was adopted in 1934.

*
CONSTITUTION OF 1867 GIVES ONLY TO PROVINCES THE RIGHT TO ESTABLISH INCOME TAX LAWS !
*
FEDERAL INCOME TAX ON MEN AND WOMEN LABOUR IS TOTALLY ILLEGAL !

Whit the retreat of Province of Quebec of the Canadian Federation in 1968, Quebec is no longer a Canadian province but a legal State that is not suppose to be submit to Canadian laws.

CANADIAN INCOME TAX IS A FRAUD COMMITTED ON THE PEOPLE OF THE STATE OF QUEBEC !

People of the State of Quebec must quickly recognise this fact and ask politely to Canada to get out of Quebec !

Canada's Federal Income Tax is unconstitutional.

The constitution gives the Federal Government the right to issue its own currency

Here are excerpts from a paper that was delivered in October, 1991, by Mr. Murray Gauvreau, of Alberta, at a seminar of the Canadian League of Rights, in Calgary, which was published in the July, 1992 issue of "The Canadian Intelligence Service" (55 - 8th Ave. S.E., High River , Alberta T1V 1E8):

by Murray Gauvreau

I would like to talk with you today about money, interest, debt, and taxation. Thank you for your interest and for coming to hear me speak. I'm sure that all of you are interested in Imcome Tax, and the GST. I will no doubt give you some enlightening facts. In order to fully understand the problem that we face today in Canada, we will briefly discuss some important aspects of our history.

In addition, I will try to give you an understanding of how the many taxes we now pay have come about. I will also propose some solutions to our dilemma. But please keep this in mind: our problem is perceived to be vast and complex, and it is intended by those in power that you feel exactly that way, so that you will feel helpless to do anything about it. But after today you will know for certain that our problem is not complex at all, and neither is its solution.

1867 - the B.N.A. Act

As a result of having taken advantage of the many career advancement courses offered by the life insurance industry, I became aware that the banks have exclusive right to issue currency in Canada, as determined by the Federal Bank Act. But I didn't see them printing money, so I decided to find out exactly how they do issue currency. My search led me back into the early history of our nation, and into the history of our Province...

So let's go back a ways, to the year 1867, and look into the pages of the Canadian Constitution, commonly known as the British North America (B.N.A.) Act. Therein lies the real solution to the ailments, both social and economic, that our country suffers from today. It is the same document today that it was when it was written so long ago.

The B.N.A. Act was written in order to establish the legal basis for this country. All laws enacted in Canada, whether by municipal, provincial, or federal government, must comply with the terms of the B.N.A. Act. If they do not, they are then unconstitutional, or in legal terms "ultra vires," and can be disallowed as law. The document belongs to the people of Canada, and not to the parliamentarians or the courts, or to the Prime Minister and the Premiers... It belongs to the people.

The Canadian Constitution was not changed or altered when it was brought home by Mr. Trudeau, as some suggest. However, there was a very important addition made to it at that time. That addition was the Canadian Bill of Human Rights. Today the Canadian Constitution, as we know it, is comprised of the original B.N.A. Act, and the Human Rights Act, together...

Direct taxation belongs to provinces

There are two specific sections of the B.N.A. Act that deal with the delegation of authority between the Federal and Provincial Governments. Sections 91 and 92 deal with authority for various types of taxation, who has authority to levy which taxes, and various other areas of jurisdiction.

The Act is very specific in its direction. The right to tax income, known as "direct" tax, was delegated to the provinces; and it was clearly indicated that any monies so raised must be raised provincially, and used for provincial purposes. The Federal Government was denied the right to levy income tax.

But the Supreme Court of Canada goes further. It states that no level or government is allowed to transfer its authority to another level of government, and if transfer were attempted by one level, it could not legally be accepted by another.

On October 3, 1950, the Supreme Court of Canada handed down a decision in the case involving the Lord Nelson Hotel of Halifax, Nova Scotia, against the Attorneys-General of Nova Scotia and Canada. The case involved the transfer of powers from the Provincial to the Federal Government, and was directly related to the income Tax Act. In a seven-judge unanimous decision, the highest court in our land ruled that power transfers cannot legally take place. The Federal Government was given until 1962 to remove itself from all such power-transfer agreements, including the Income tax business, and scrap the Income Tax Act...

Clearly, the Federal Government has no constitutional right to engage in the Income Tax business, or any other type of direct taxation, whether on behalf of itself or on behalf of the provinces. Therefore, the Income Tax Act is, in itself, unconstitutional, and need not to be obeyed...

The Federal Government can create its own currency

It is interesting to note that the same sections of the B.N.A. Act that disallow the Federal Government the right to collect income tax, did however provide for a means whereby the Federal Government could raise capital. Sectons 91 (14, 15,16, 28, 29, and 20) give the Federal Government the authority, and the responsibility, for the control and issue of our currency, based upon the resources and wealth of the nation. They were given an unlimited supply of debt-free money with which to operate the contry. All they had to do was print it. And they did just that for the first 46 years of our country.

Government gives banks credit monopoly

Then, some 46 years after Confederation, in 1913, our parliamentarians were poorly advised in committing a grave injustice to future generations of Canadians by passing an amendment to the B.N.A. Act (without referendum!) commonly known as the Bank Act. By this act, the Federal Government gave to the banking system the sole right to create the financial credit (in reality, the "money") of our nation. And for the last 79 years, the private banking system has been exercising this monopolistic prerogative of creating and controlling the Canadian people's financial credit.

Well, banks don't work for free... they charge "interest." They even charge interest to the Government. And interest can never be repaid; it just keeps adding up, and up, and up, until today our national debt alone is approaching $600 billion.

Shipwrecked on an island

(Editor's note: At this point of his speech, Mr. Gauvreau explains in detail the same story related by Louis Even in "The Money Myth Exploded," formerly called "Salvation Islan":)

Let's assume that those of us here this afternoon are shipwreck survivors, and that we are stranded on a deserted island. Our only means of survival are to help each other by each doing those things that are necessary for the betterment of our new community, until we can be rescued. One of us becomes a farmer, one a fisherman, one a carpenter, and so on.

Each of us has his own role to play for the survival of the community. No one has any money, and at least for the time being, there is no need for money, All are contributing equally, and all are on the same economic level. We are satisfactorily exchanging our goods and services by barter. But gradually, as the community evolves, it becomes apparent that money will be necessary. Bob already has a house, and the carpenter doesn't need another hundred pounds of fish. But we do need to associate, cooperate, and continue to contribute to the community. There needs to be an acceptable and equitable means of exchanging our goods and services...

Then one day, as the community is sitting on the beach, talking about their problem, we notice another raft approaching the island. All are happy to see a new face, and we greet the new arrival warmly. As we continue to talk, someone in the community tells the vew arrival about our dilemma, about how we started the community, developed it, built it through cooperation, and advanced to the point where we now need some form of exchange to help make the community grow and flourish. The new arrival's eyes light up. "I have the answer to your problem," says the new arrival. "I'm a banker. I'll set to work right now to print you some money."

The next morning, the whole community meets in front of the banker's new house. As the banker distributes the money, he reminds us that the money belong to him, and that we do not "own" it, but that we can only "borrow" it, and that we must pay a small fee for the privilege of borriwing it. We can pay that at the end of the year. And he requests that each person sign the agreement to pay 5%, which is certainly not excessive interest.

The debt cannot be paid back

The first year goes by. The community functions and prospers during the year; then at the end of the year we return to the banker, to pay him back what we had borrowed. But we find, to our dismay, that we cannot repay the loan, because we do not have enough money. We find that we now owe all that we had borrowed, plus 5%, which is the interest. The $1,000 that we had borrowed has now become $1,050. Since there is obviously no way to pay back the $50, which is the interest, the banker suggests that we leave the loan on the books as a $1,000, leaving a lesser amount of $950 for each of us to operate on for the next year. Seeing no other real answer, the community agrees to the new terms, and attempts to operate with less money for another year.

At the end of the second year, the community faces a similar, but greater, problem. In buying down the loan, we find that our operating capital has now been cut by 10%, to $900. We realize that if the plan is allowed to continue, the banker will own the island, in its entirety, having contributed nothing but the paper and ink (bookkeeping) that was used to monetize the community's real credit in the first place. Some of the islanders protest.

But the banker has now had a couple of years to prepare for this day. To counter the objection that is inevitable, he has taken evasive steps. He has used the time to develop credibility in the community to educate us as to how valuable his service is, and what a fine contribution he has made to the community. He established colleges and universities majoring in economics, and teaches our children and our educators all about his money system. He ensures that few, if any, in the community are aware that there is another way; and he encourages the community to discount as ridiculous any suggestion that there could be a better way to finance a community...

The solution: Social Credit

Then one day, one of the islanders decides to take a walk along the beach and deliberate upon what has happened to the community. As he strolls along, head down, thinking, he notices what appears to be the corner of a book sticking out from the sand. He kneels, and picks up the book and brushes it off. The title, though tarnished from time, wind, and tide, is still readable - "The Meaning of Social Credit." The islanders had never heard of this before, but he has not had a book to read for a long time, so he sits down on the beach to read it. A nd as he reads, he becomes more and more interested and excited. He realizes that this book holds the real answers to his island's financial problem. The book describes how a community can function very well by simply creating a Balance Sheet, a system of debits and credits...

He runs back to relate the exiting news of his discovery to the rest of the community. As he gathers the islanders to discuss his find, the banker watches with concern. Is his jug up? Has he been found out? Is the community finally ready to take back its property, and reconstruct it, and once again have prosperity and cooperation?

Friends, only you can answer these questions, because the island I talk about is your country, and the community I refer to is all of us.

The story paints a rather dismal picture of the banking system in our country. Please understand, the average bank manager, teller or loans officer, has absolutely no knowledge of what you have just learned. They are merely pawns in a much larger game. But rest assured, those in the upper levels of management in the finance industry are absolutely certain of what they are doing, and how it affects the citizens of this country... Any system that enslaves and controls a population in the way that our finance system does, cannot possibly be from the Lord. So there is only one other place it could come from...

Banks do not lend out depositors' money

Does anybody here know where the banks get the money that they lend out? Actually, most people assume that they lend out depositors' money. But the Bank Act specifies that the bank must retain the depositor's money on account, and must pay him interest on it.

So, where else might the bank get the money?

The Bank Act also specifies that the bank may create, out of nothing, new credit ("money") through loans, but that it must have a relationship to the deposits. Originally, the banks were allowed to lend out six times their deposits, but today banks are allowed to issue new credit up to 26 times their deposits. That means that if I deposit my $1,000 in a Canadian bank, then that bank can issue loans to the tune of $26,000... Go to the bank, get a loan, and ask for the loan proceeds in cash. No matter the size of the loan, you cannot get it in cash - it must be deposited to your account, and cheques written in order to access the money. No tangible money is ever created; only debits and credits (figures) are created...

Today in Canada, the only source of money, whether private, corporate, or governmental need, is a loan from a bank. But you can never borrow your way out of debt. You can only borrow your way into bankruptcy, at which time you turn your back on your assets and your hard work, and give up possession of it to those to whom you owe money, but who gave absolutely no vested interest in your property...

1917: the Federal Income Tax

Now that we understand that the national debt can never be fully repaid using the current system of finance, the question arises: How, then, does it get paid? In 1917, after finding out that the debt was beginning to build, the Federal Government usurped the powers of the provincial governments and, under the guise of the War Debt, instituted the War Debt Income Tax Act. The Act was unconstitutional then, and it is still unconstitutional today. When it was enacted, it was on a voluntary basis, at a rate of 10%, and applied only to those earning $10,000 or more per year. In 1917, the average yearly salary was about $250.

The Income Tax Act could have more appropriately been named the Bank Interest Debt Income Tax Act; but then, people would have fought to the death to keep it out of effect. Since that time, the Federal Government has seen fit to increase the tax rate as high as 65% on high-income individuals, and has also seen fit to remove the lower limits to the point that, as you know, everyone is required to pay...

And now we have had the GST, which in my opinion is equaly as unconstitutional, rammed down our throats by a group of MPs that brashly and boldly declare that they are smarter than we are, and they know best...

Facing up to reality

Our Federal Government has gone so far away from the Constitution, in nearly every area of jurisdiction, that it now conspires to change it altogether. But that is not the solution. Getting back to the way it was written is the solution...

Each one of us selects his mode and method of doing battles with oppressive government. Some of us do it by speaking out... some of us join non-party political groups, some of us pray, and most of us do nothing. We have a condition called the "ostrich syndrome." If we ignore it and don't look at it, it might go away! But remember this: if your head is in the sand, your butt is an open target!

The Hart System: tax avoidance Federal Income Tax is illegal

I handle my fight personally using a system called the Hart System of Effective Tax Avoidance. Gerry Hart passed avay recently in Winnipeg, but not before becoming Canada's undisputed champion No. 1 tax fighter. Mr. Hart for many years opted to take an aggressive and active position against oppressive government, and he has not paid income tax in nearly 50 years. During that time, he has been imposed upon, charged, harassed, his privacy invaded, and his person subjected to illegal search. But he has never given an inch. He has been to the Manitoba Court of Appeal 22 times, but has never lost.

In 1950 Gerry Hart received a copy of a Vancouver newspaper article which reported on a recent ruling made by the Supreme Court of Canada. He then requested a copy of the ruling itself, from the Supreme Court Chancery in Ottawa. He also requested a copy of the B.N.A. Act, because the ruling quoted various sections of that document. He found, just as the newspaper had reported, that Section 91 and 92 of the B.N.A. Act do not allow for the Federal Government to be in the Income Tax business.

The two documents - the Supreme Court ruling and the B.N.A. Act - have been the basis of his battle, and the only two cocuments he has needed. He has never had the benefit of legal counsel, and has chosen to appear in court by himself. His only evidence has been those two documents. Charges against him have been thrown out of court 22 times. The last time, some twelve or so years ago, Revenue Canada was told that if it ever brought Gerry Hart back into court, that Revenue Canada itself would be charged with contempt of court.

Gerry Hart has never been convicted under the Income Tax Act. As he says, "Income Tax is illegal. Therefore the collection of it is also illegal. Since Revenue Canada has no legal method of collecting income tax, they must resort to illegal means." Those illegal means include harassment, intimidation, illegal search, illegal seizure, violation of privacy, extortion, coercion, and complete ignorance and contempt for the human rights of Canadian citizens...

We have various books and booklets available to help to educate on how to prepare to stop paying these illegal taxes. If our "Tax Kit" can help you to avoid several thousands of dollars of tax, it is certainly worth its small investment. Be sure to protect yourself from Revenue Canada before you get involved in this tax fight. Read the books, and find out how...

If you still have questions after you have read the books, then call me. I'll try to help you. I have not paid income tax since 1978, and I have used Gerry Hart's System of Effective Tax Avoidance. I know it works; I'm living proof.

Ladies and Gentlemen: I've talked for a long time. But I cannot overstress the lateness of the hour. We all know what needs to be done, so let's get busy and get to it!

Murray Gauvreau

Until State of Quebec recognise his sovereignty, this email still in conformity with the Supreme Court of Canada judgement CSC 14.27704 dated on 2002/02/21 http://www.industriequebec.ca/portal/fr/Content.php?id=300

Isn't a JURISDIC FICTICIOUS PERSON, a SOCIAL REASON or a COMMERCIAL ENTITY created by Government.

Jean-Paul: Massie

Living Man made of blood flesh and bones and with a Soul created by Almighty God that is not to sell.

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!