octobre 25, 2020, 11:29:09 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: « Ce n’est pas la fin » — Anne Beaulieu du RMQ  (Lu 532 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
« Ce n’est pas la fin » — Anne Beaulieu du RMQ
« le: novembre 02, 2009, 10:15:19 am »
« Ce n’est pas la fin »

Emporté par la vague Labeaume, le Renouveau municipal de Québec rebondira, a promis la chef déchue, Anne Beaulieu, se refusant à sonner le glas du parti.

Si elle s’attendait à une débandade du RMQ, admettant ces derniers jours la nécessité d’une reconstruction, jamais Anne Beaulieu n’aurait cru devoir annoncer la possible disparition de son parti.

« Ce n’est pas la fin d’Anne Beaulieu, ce n’est pas la fin de plusieurs collègues, nous ne savons pas comment, mais nous rebondirons et nous serons encore là », a lancé Mme Beaulieu d’une voix tremblante, félicitant M. Labeaume pour son éclatante victoire.

« En politique, on travaille sur le terrain (...) La vague est là, nous la constatons. On va réfléchir, on va se réunir (...) La reconstruction sera difficile, mais elle est encore possible. »

La chef a également remercié ses collègues, ses supporters et les citoyens, répétant que l’organisation trouverait moyen de faire valoir son point de vue autrement que par la voie du conseil municipal.

Série de défections

En 2005, le RMQ avait fait élire 24 candidats. L’organisation a été ébranlée, depuis un an et demi, par une série de défections, et également par la refonte de la carte électorale municipale. Il a ensuite fallu composer avec la démission surprise de son chef, Alain Loubier, à quatre mois des élections.

Réunis au Chantauteuil, rue Saint-Jean, les candidats du RMQ et une poignée de militants ont commencé la soirée avec des résultats préliminaires décevants pour deux piliers du parti, Conrad Verret (Champigny) et Jérôme Vaillancourt (Cité universitaire).

Ce n’était que le début d’une lente descente aux enfers qui a donné au rassemblement des airs de soirée funèbre par moments.

Tsunami

Visiblement secoué, Jacques Jolicoeur, conseiller du Vieux-Québec depuis 2002 et pilier du parti, a affirmé qu’il ne souhaitait pas se faire prophète de malheur. « Vox populi, vox dei, la sagesse populaire a parlé, a-t-il laissé tomber. Quand le tsunami passe, madame, ça laisse toujours des vagues derrière. »

D’autres résultats ont ensuite laissé présager une défaite pour Pier re Maheux, qui sollicitait son second mandat dans La Cité Limoilou, et de Jean-Marie Matte, dans Val-Bélair.

Remerciant la population pour la confiance accordée depuis quatre ans, le candidat défait s’est dit soulagé de connaître enfin les résultats, « avec les dernières années mouvementées qu’il a vécues au conseil. Je n’ai pas à être inquiet pour les citoyens de Québec, qui ont fait un choix en toute conscience. Il paraît que c’est excellent, on va pouvoir voir à l’œuvre l’auto-opposition (...) On ne peut que s’incliner et on n’a pas à être amer ».


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

« Ce n’est pas la fin » — Anne Beaulieu du RMQ
« le: novembre 02, 2009, 10:15:19 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!