septembre 22, 2020, 06:22:32 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Vérificateur général du Québec: La justice et la santé à la loupe  (Lu 1483 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Vérificateur général du Québec

La justice et la santé à la loupe

Si la question des contrats octroyés par Transports Québec et celle des partenariats publics-privés ont surtout retenu l'attention dans le rapport déposé mercredi par le vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, celui-ci s'est aussi intéressé aux ministères de la Justice et de la Santé.

Au ministère de la Justice, le vérificateur général s'est penché sur la veille des activités judiciaires, la tarification et le système intégré d'information judiciaire.

Au sujet de la veille des activités judiciaires, Renaud Lachance a constaté que le ministère de la Justice ne procédait pas à l'analyse de ses principales données financières et administratives. De plus, le ministère ne s'est pas doté d'instruments pouvant réaliser une veille efficace du déroulement des activités, notamment ceux relatifs aux coûts.

Le taux d'utilisation des salles varie de 1 % à 63 %, selon le palais de justice concerné. Seulement 1 % des dossiers étaient traités dans 11 des 58 palais de justice. Les dépenses de fonctionnement de ces établissements se sont élevées à près de 1,8 million de dollars, y compris le loyer.

Tarification variable, système intégré coûteux

En ce qui concerne la tarification, le nombre de tarifs appliqués par le ministère de la Justice du Québec est plus élevé qu'en Alberta et en Colombie-Britannique.

Pour les litiges en matière civile non admissibles aux petites créances, le Québec prévoit 90 tarifs, alors que l'Alberta n'en prévoit que trois.

À propos du Système intégré d'information de justice (SIIJ), le total des dépenses associées à ce projet depuis 1999 représente près de 30 millions de dollars sur un budget de plus de 80 millions.

Le vérificateur général conclut que le SIIJ n'a pas été géré avec « un souci d'économie et d'efficience ».

Le vérificateur note que les travaux relatifs à ce projet ont été effectués sans qu'un « processus favorisant une gestion adéquate des risques ne soit instauré ».

Centres jeunesse et répartition régionale

Le vérificateur général s'est penché sur la gestion des centres jeunesse, dont les revenus proviennent à 88 % du ministère de la Santé et des Services sociaux, et la répartition des ressources financières par régions.

Il a été constaté que le partage des ressources consacrées à la santé et aux services sociaux par n'est pas « toujours fait en fonction des besoins uniquement ».

Des progrès ont été réalisés depuis 2005, mais les écarts demeurent toujours.

Pour 2008-2009, le budget des centres jeunesse, par jeune ayant fait l'objet d'interventions, varie de 5929 à 14 453 $.

Le vérificateur général a relevé des écarts entre les centres jeunesse dans « le choix de la ressource d'hébergement ainsi que dans le coût de chaque ressource ».

En ce qui concerne le personnel travaillant auprès de la clientèle externe, le vérificateur constate que « la majorité du temps de travail des intervenants examinés dans deux centres jeunesse sur trois n'est pas consacrée aux services directs à la clientèle ». Et « aucune analyse n'est faite pour maximiser l'efficience de ces employés ».

Renaud Lachance a constaté que la rétribution aux familles d'accueil n'a pas été révisée depuis 1993.

En revanche, la contribution financière exigée des parents est facturée « au bon montant », mais la proportion récupérée varie d'un centre à l'autre.



Et il y avait des commentaires...



Envoyé par tini_ca
18 novembre 2009 à 23 h 53 HNE

Voyez pour nos services publics ne règle jamais leurs problèmes en coûtant si cher.

Avec tout ce que l'on entend, je suis porté à croire qu'il y a présentement agression de la démocratie et des institutions publiques au Québec.



Envoyé par Matouh
18 novembre 2009 à 19 h 09 HNE

On ne peut plus clair!

Charest et ces bandits pris les culottes baissées;

Chers citoyens nous sommes dirigés par la mafia politique a tous les niveaux;on devrait se voter un pouvoir de regard sur le partage de leurs magouilles.....il y aurait consensus a ne pas en douter!!Une autre qui n'étais pas au courant (Boulet) ça semble etre la devise du parti libéral!



Envoyé par haddock
18 novembre 2009 à 17 h 09 HNE

Les nombreux ingénieurs, comptables et avocats qui ont examiné, recommandé de même que leurs patrons qui ont contresigné et approuvé ces contrats avaient-t'ils des codes de déontologie?

On les fait taire, les muselle, ou on les achète aussi?



Envoyé par pagerry3
18 novembre 2009 à 16 h 43 HNE

PARTIE B (suite de la PARTIE A)

Le gang de Jean Charest favorise L’EXERCICE DU BLANCHIMENT DE LA CRASSEUSE ET DÉGOÛTANTE CORRUPTION QUE PILOTENT LES CRAVATÉS ET LES AILÉS DES LABOS LIBÉRAUX DONT LES ACCROS PACHAS ET TOXICOS GOUJATS SONT AU-DESSUS DE TOUTES LES LOIS.

Et, forts de leur majoritarisme perversement délinquant et abusif, comme en fera d’ailleurs et tout autant Régis Labeaume, avec ses 25 conseillers sur 27, dans la VIEILLE CAPITALE, devenue DÉLINQUANTE CAPITEUSE, ils avalisent à l’unisson et systémisent structurellement et inexorablement la désinstitutionalisation de l’intégrité et de la probité, de l’honnêteté et de l’honorabilité, au profit de l’institutionnalisation du lobby payant et du patronage responsable du blanchiment le plus pervers de la corruption la plus crottée, remisée sous les couvercles de l'immunité et de l'impunité, ces salopes couvertures du banditisme sélectif dont trop de politiciens n’ont que trop abusé, jusqu’à ce jour.

Il s’agit bel et bien de la sale corruption et des pires abus des pouvoirs concoctés qui motivent les «fous d’Allah» et les poussent à s’inscrire au martyrologue des kamikazes, dans nombre de sociétés que dénoncent les sépulcres blanchis.

Mais, c’est aussi le genre de saloparderies dont tout honnête citoyen craint les maffieuses semonces d’une Omerta revancharde qui a accès à tous les corridors et à toutes les munitions du pouvoir extrême et terrorisant.



Envoyé par pagerry3
18 novembre 2009 à 16 h 42 HNE

(PARTIE A)
Le 8 décembre 2008 a marqué le début de l’ère du mensonge et de la perversion politique, sous la gouverne majoritaire des libéraux du transfuge Jean Charest.

La ministre Julie Boulet ment à plein gosier, pour couvrir ses ignorances, ses insouciances, ses négligences, ses tolérances, ses complaisances, ses incompétences dont les coûts se chiffrent par millions, comme Henri-Paul Rousseau et les autres pantins de la CDPQ l’ont fait et continuent de le faire impunément, dans le dossier des 41 Milliards détournés et/ou liquéfiés, le plus crasseux des scandales de notre histoire; comme Philippe Couillard a menti, entre autre, au chapitre du conflit d’intérêt le plus crapuleusement abusif de l’histoire politique récente du Québec; comme l'ex-ministre Monique Jérôme-Forget a menti, aux chapitres, entre autres, des déboires de la CDPQ et du déficit du Québec, avant de fuir par la porte d’en arrière, se pressant d’aller laver son inconscience, dans le Sud; comme l'ex-ministre libéral Gérald Tremblay a menti et ment toujours, au sujet de la corridorisation de la corruption patronnée par le royaume de la construction dont le bureau-chef était à «son» Hôtel de Ville de Montréal; comme le ministre Yves Bolduc ment à plein nez, au sujet de l’angélisme qui caractérise la SANTÉ PRIVÉE et du machiavélisme qui règne dans la SANTÉ PUBLIQUE; tout comme leur chef de l'État Major Libéral devenu le fief du mensonge et de la fourberie de la CDPQ, des FIERS, de RABASKA et de TOUT LE RESTE.

TOUT N’EST QUE MENSONGES.

Le PM du PLQ ET SA CLIQUE le font avec l’aisance de l’arrogance, avec la complaisance de l’insolence et la méprise de la défiance qui choquent, qui renversent, qui bouleversent, qui exacerbent les citoyens otages et oppressés, qui crottent et tuent toute honnêteté, toute respectabilité, toute honorabilité, toute confiance et toute crédibilité dans la gouvernance de la Nation.

Ça donne la nausée. Ça fait vomir. La tension civile ne fait que grimper.



Envoyé par Mariusx
18 novembre 2009 à 14 h 24 HNE

On comprend encore mieux pourquoi Charest & Cie, ne veulent pas enquête publique!!


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca


 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!