septembre 22, 2020, 07:51:55 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: PPP: Le vérificateur général fustige Québec  (Lu 1837 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
PPP: Le vérificateur général fustige Québec
« le: novembre 21, 2009, 01:07:49 am »
Partenariats public-privé

Le vérificateur général fustige Québec

C'est un coup dur pour le gouvernement du Québec: le vérificateur général de la province enfonce un clou de plus dans le cercueil des partenariats public-privé (PPP) dans le rapport qu'il remet à l'Assemblée nationale, ce mercredi.

L'équipe de Renaud Lachance s'est penchée sur les projets de modernisation des centres hospitaliers universitaires (CHU) de Montréal, soit:

  • le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)
  • le Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM)
  • le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

Le vérificateur général, Renaud Lachance, affirme notamment que Québec a calculé de manière « irréaliste » ce qu'il en coûterait pour entretenir les centres hospitaliers universitaires en mode traditionnel, c'est-à-dire en recourant uniquement au secteur public.

Les PPP: pas forcément la moins coûteuse des solutions

Le vérificateur, qui a examiné à la loupe les études menées par PPP Québec, estime que le gouvernement a exagéré « l'indice de vétusté physique » qui affecterait les immeubles.

« PPP Québec estime que le secteur public, s'il choisit le mode traditionnel, laissera la situation se détériorer de façon telle que le déficit cumulé d'entretien et de renouvellement des immeubles du CHUM et du CUSM totaliserait plus de 9,4 milliards de dollars après 30 ans », peut-on lire dans le rapport. Or, pour le vérificateur général, cette analyse mène à un « indice de vétusté irréaliste de 94 % ».

À titre de comparaison, Renaud Lachance cite une vérification datant de l'an 2000 pour laquelle « l'indice de vétusté » atteignait 20 %, pour un maximum de 37 %. Cet indice s'appliquait justement dans le cas d'immeubles du réseau de la santé et des services sociaux, pour trois régions qui regroupaient plus de la moitié du parc immobilier.

« En mode PPP, affirme le vérificateur général, on tient cependant pour acquis que le gouvernement accepte, compte tenu de ses obligations contractuelles, de payer au partenaire privé des sommes suffisantes pour l'entretien et le renouvellement des actifs à l'intérieur des paiements qu'il lui verse. »

Dans le cas des centres hospitaliers universitaires de Montréal, estime encore le vérificateur général, les analyses de Québec « traitent peu des inconvénients que le mode PPP pourrait comporter et des avantages du mode traditionnel ».

Autrement dit, Québec est allé un peu vite en tirant des conclusions qui faisaient pencher la balance en faveur des PPP.

Rappelons qu'en avril dernier, dans un autre rapport pour 2008-2009, Renaud Lachance montrait du doigt le gouvernement Charest en cause pour sa gestion déficiente du projet de construction du futur Centre hospitalier universitaire de l'Université de Montréal (CHUM).



Il y avait aussi des commentaires...



Envoyé par Ko_Dan
19 novembre 2009 à 09 h 46 HNE

@Zorin2 - Petit détail qu'il faut que tu prennes en compte Zorin2...

Au public on (et oui je suis du groupe des "fonfon") a une règle qui nous restreint que le privé n'a pas: Les appel d'offre obligatoire. Certes, c'est une mesure qui fort probablement a beaucoup aider à limité les "enveloppes brunes" et continue probablement de le faire en empêchant les entreprises de graisser la pattes aux haut fonctionnaire pour obtenir les contrats.

Par contre, cela amène sont lot de problèmes. Par exemple, si je veux faire changer la fenêtre, pour reprendre ton exemple, je dois faire un appel d'offre. Si les soumissions que je reçoit, disons de 3 compagnies, sont toute 3 fois le prix que cela coute réellement, et bien je n'est que trois choix: soit je décide de ne pas faire les travaux et donc de ne pas choisir aucune offre (quand c'est possible si le travail n'est pas urgent), soit je recommence un autre appel d'offre en modifiant les tenants de celle-ci suffisamment pour que ce soit considéré comme étant un appel d'offre différent (par exemple en ajoutant la rénovation de toute la pièce) en espérant que les prochaines soumission soit dans les prix plus normal ou encore finalement que je me résigne à payer tout de même pour les travaux si j'y suis obligé selon l'urgence. À défaut de suivre les règles on s'expose à des poursuites.

Autre "problème", pour ne pas se ramasser avec des entrepreneurs qui font des soumission bien en deça du cout réel des travaux mais qui par la suite n'ont pas les reins assez solide pour terminer le travail, ou encore que l'entreprise soit insuffisamment qualifié pour le travail à faire ou encore que le travail qu'ils font est réputé de trop basse qualité, une présélection des entrepreneur pouvant soumissionné sur les travaux est faites. Cette préqualification est basé sur les antécédent de l'entreprise, sa situation financière et autre détail... Ce qui aide à ne pas avoir de problème d'entrepreneur incompétent ou qui n'ont pas les rein assez solide, mais qui a le fâcheux inconvénient de réduire le nombre de soumissionnaire sur les travaux... Collusion entre les entreprises restante vous dites? En étant restreint en nombre, ils ont le beau jeux...

Plein de mesure pour aider à ne pas avoir d'abus, mais chaque mesure trouve ça parade et au bout du compte c'Est le privé qui fais plus de profit qu'il ne le devrait, et ce peu importe la qualité des devis de soumission... Le problème ne se trouve souvent même pas à ce niveaux le 3/4 du temps!



Envoyé par Bouan404
19 novembre 2009 à 09 h 11 HNE

Le vérificateur général est au-dessus de la mêlée. Son rapport commence a ressembler à du déjà vu " les commandites". Peu importe les formations politiques, il y a toujours des manoeuvres pour se faire élire avec l'argent du peuple qui est de plus en plus pauvre (la masse). Une situation ridicule. On doit payer ces gens afin de trouver des arguments pour se disculper.



Envoyé par greouillle
19 novembre 2009 à 06 h 31 HNE

@ Ferrari - Oui le PQ a fait des erreurs, même si ça fait déjà 7 ans qu’ils ne sont plus au pouvoir. Pour le métro, il est là, il fonctionne et les gens s’en servent.

Le nouveau CHUM est encore en plan et il y a déjà des erreurs de coûts. En fait, il sera terminé en 2018. Si on prolonge la tendance, les erreurs vont être grosse le jour où on va recevoir le premier patient…
Réflexion, même en étant fédéraliste, ça serait de bonne guerre de pouvoir accepter que son premier ministre (Charest) fait des erreurs, parce que c’est pas ça première depuis les 7 dernières années. Est-ce qu'il faut faire une liste?



Envoyé par Paul Bélanger
18 novembre 2009 à 21 h 29 HNE

Ceux qui ont défendu Gérald ''la guimauve'' Tremblay avec cette raison, vont-ils dire la même chose pour Charest : que c'est de l'acharnement.



Envoyé par gnorac
18 novembre 2009 à 19 h 39 HNE

Quand on sait que le VG n'a pas tout examiné, il n'a fait que procéder à quelques biopsies ici et là. Imaginons l'état des lieux non visités.

Une véritable catastrophe pour la situation financière du Québec.

Écoutez-les nous dire, dans les prochaines négociations, qu'ils n'ont pas d'argent pour payer équitablement les employés de l'État.

Le peuple paie pour toutes ces magouilles qui ne servent qu'à engraisser les petits amis du régime en place. Après ça, on se questionne sur le désintéressement de la population à la vie publique.

Quelle désolation !



Envoyé par Ferrari
18 novembre 2009 à 19 h 38 HNE

Le prolongement du Métro vers Laval, a été signé par le P.Q. et le contrat s'est terminé par plusieurs centaines de millions supplémentaires, c'est pas grave le P.Q. ne fait pas d'erreur



Envoyé par Zorin2
18 novembre 2009 à 19 h 37 HNE

@Scaron - Malheureusement le capitalisme est basé sur la libre entreprise et le profit. Ce sont les fondements de notre système que cela vous plaise ou non.

Lors de mes propos j'insiste sur le fait que la base du problème n'est pas l'entreprise mais le laxisme de la fonction publique. Si vous demandez un entrepreneur de changer une fenêtre chez vous et qu'il vous charge 10,000$. Et si en plus vous décidez de le payer avec l'argent des autres qui est le coupable l'entrepreneur ou vous?



Envoyé par jfh666
18 novembre 2009 à 19 h 32 HNE

Juste au cas ou certains l'auraient oublié. Le gars qui a fait du PPP une réalité, a lâché sa job de ministre et est aller au priver dans les mois suivant l'adoption du projet. Ça s'appelle se faire fourge. (j'ai tu le droit de dire ca?)



Envoyé par Tappeu
18 novembre 2009 à 19 h 22 HNE

Désolant de voir la ministre Boulet cet après-midi , une version féminine du Maire Tremblay, je savais pas. Il est temps d'avoir une enquête public!

Le ministre McMillan n'était pas mieux cet après-midi, un autre dans l'eau chaude lui qui n'aime pas L'eau!



Envoyé par scaron
18 novembre 2009 à 18 h 54 HNE

"Il n'y a rien de mal à faire du profit" Ha ha ha ! Voila une belle phrase toute faite qu'on nous assène depuis quelques temps ! Faut vraimenmt être naif pour croire à ça comme si c'était parole d'évangile !

Dans certains cas, OUI il peut y a voir du mal à faire des profits, ça dépend des conséquences que ça a sur les autres. Si, par exemple c'est pour s'enrichir au dépend des démunis ou encore, dans le cas qui nous occupe ici , si c'est pour s'enrichir au dépend des payeurs d'impôts.



Envoyé par petitcastor
18 novembre 2009 à 18 h 41 HNE

Le ministre aux coups de marteau vas t-il ouvrir sa boite d'outils encore une fois; il dois bien y avoir un couteau ou un pipe wrench à pousser à la sureté du québec...??



Envoyé par Zorin2
18 novembre 2009 à 18 h 20 HNE

Il y a des entreprises privés qui donnent en gestion privé (une autre entreprise) une partie de leurs activités et qui y trouvent leur compte. Mais il y pose des balises et les frais sont bien évalués. Un bonne compagnie saura finalement combien de profit son sous-traitant pourra faire et une marge de 10 à 15% est acceptable. Surtout si une partie des risques lui sont transférés.

Il n'y a rien de mal à faire du profit, et ce n'est pas toute les entreprises qui oeuvre pour le gouvernement qui sont malhonnête. Le problème se pose quand les fonctionnaires font des contrats truffées de trous qui ouvrent la porte tout grand aux extras et aux surcharges de toute sorte. Pour les gros contrats, comme on le sait, seulement certaines compagnies font partie des élus. Les dés sont pipés car ils ont les décideurs dans leurs poches avant l'ouverture des soumissions. Ils participent même souvent à l'élaboration des appels d'offres.

Le problème ce n'est pas le privé c'est le gouvernement qui est incompétent et redevable devant personne.

Si vous vous faites construire une maison normalement vous avez un budget disons 200K. On devrait se mettre 10% de contingence disons 20k. Bin tabarnouche il arrive des fois que tu finisses à 25k pour cause d'inexpérience. Les entrepreneurs savent comment aller chercher les extras ils travaillent dans ça à l'année longue. Si tu veux réduire tes risques tu peux payer un superviseur de chantier privé pour 10K. Mais généralement le Québécois moyen veux pas payer le 10k il pense qu'il va faire mieux...mais il se fait baiser à presque toute les fois.

Quand on donne la gestion au gouvernement ce n'est pas 20K de plus que ça va coûter c'est peut-être 600K.

On perds le sens des proportion des fois et on accepte ce qui en d'autre occasion serait considérer comme d'une évidence indiscutable.

Je crois que le privé dans la gestion a sa place mais pas pour le gouvernement il est trop nouille. Donc on a le choix, faire un appel d'offre solide et payer 40% de plus (collusion) ou le donner à notre bon gouvernement et payer 200% de plus.

Arrêter de dire que le gouvernement gère en ne voulant pas faire de profits, ils gaspille notre argent dans des proportions beaucoup plus importante que la plus sale des entreprises privés.



Envoyé par Axerix
18 novembre 2009 à 17 h 57 HNE

Les libéraux vont encore se fouttre des dires du vérificateurs. Ils vont continuer pour toujours



Envoyé par Paul Bélanger
18 novembre 2009 à 17 h 16 HNE

@Élaura - Vous faites comme les libéraux en blâmant leur prédécesseurs et pensant s'en sauver. Trop facile. Ça fait combien de temps que les libéraux sont au pouvoir ? Depuis le 14 avril 2003, soit six ans 1/2. On a vu la valse hésitation des libéraux avec ce projet.

Par contre, oui, c'est madame Marois qui a lancé le projet.

Mais, était-il question de PPP ? Non, absolument pas.



Envoyé par Paul Bélanger
18 novembre 2009 à 17 h 02 HNE

Le privé est là pour une seule chose, le profit. C'est sa raison d'être.

Dans le cas qui nous occupe, les CHUs, il prévoit faire des profits, c'est bien pour ça qu'il soumissionne, le privé. Si le privé fait des profits et qu'en principe c'est supposé coûter moins cher que le public (qui ne prévoit pas en faire de profit), dites-moi où il coupe :

Les salariés, leurs avantages sociaux et l'entretien.



Envoyé par scaron
18 novembre 2009 à 16 h 45 HNE

Contrairement aux gouvernements, le but du privé est de faire des profits. Alors il me semble tout à fait illogique que ça puisse coûter moins cher par l’intermédiaire du privé. Sauf peut-être au début, pour les apparences, pour faire de la pub quoi… ou encore en faisant des tricheries comptables, une méthode si à la mode à Wall Street … et auprès du gouvernement Charest semble-t-il.

Moi je dis que dans le privé, les gains obtenus par la réduction des dépenses de fonctionnement seront transformés en profits versés aux investisseurs. Et vous savez quoi ? les investisseurs, ils cherchent du 20% de rendement annuel sur leurs placements. Alors le privé, il va devoir couper en titi s’il veut, et faire des profits, et que ça coûte moins cher !



Envoyé par planteverte
18 novembre 2009 à 15 h 42 HNE

Comment s'appelle dèja la dame a la sacoche qui s'est sauvé au Mexique pour ne pas repondre au 4 milliards de pertes de la Caisse de Dépot et de Placement et au magouilles/ fiasco des PPP qui éclateront tot ou tard.. Un indice: c'est une libérale.... [Monique Jérôme-Forget]



Envoyé par Élaura
18 novembre 2009 à 15 h 41 HNE

Je veux simplement rappeler à ceux qui tombent à bras raccourcis sur le gouvernement Charest relativement au CHUM que c'est le gouvernement de Lucien Bouchard avec madame Marois comme ministre de la santé qui a lancé ce projet de CHUM, et d'un CHUM sur un seul site, en décembre 1999. Le même gouvernement a, en mai 2000, créée la SICHUM (Société d'implantation du CHUM).



Envoyé par bledur
18 novembre 2009 à 14 h 56 HNE

Encore une fois, le mythe du rendement privé s'effoire.

Depuis des années des gouvernements se font élire en promettant des abrogations de taxes et appareils gouvernementaux "minces".

L'idée sous-jacente étant que le privé donne un meilleur rendement. Or à chaque jour on voit de nouvelles preuves du contraire.

Le problème c'est que l'entreprise privée ne cherche qu'à se rentabiliser, et non faire fructifier les fonds publics dont il se sert. Il va de soi qu'il gonfle les estimés, se paye d'abord, puis sous-contracte et re-sous-contracte, et re-re-sous-contracte jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien pour faire l'ouvrage.

Les PPP ont été dénoncées partout dans le monde.

Revenons à confier au public ce qui lui revient. Au moins, lui, doit rendre des comptes. Il est imputable. Le privé, lui, peut se cacher dans les magouilles du secret bancaire.

Il est temps de reprendre en main nos institutions.



Envoyé par Gentil
18 novembre 2009 à 14 h 24 HNE

"Le vérificateur général fustige Québec".

Croyez-moi, il n'y a pas que lui qui le fait !



Envoyé par labret4u2
18 novembre 2009 à 14 h 14 HNE

Heureusement que monsieur Lachance et ses collaborateurs ne s'en laissent pas conter. Un de leurs livres de chevet serait-il 'Petit cours d'autodéfense intellectuelle' de Normand Baillargeon ?



Envoyé par plustransparent quemoitumeurs
18 novembre 2009 à 14 h 07 HNE

Le Québec devient de plus en plus la poubelle de l'organisation et il se dit moderne.....
Les éléphants d'Afrique en rogolent



Envoyé par j.c.virgil
18 novembre 2009 à 13 h 59 HNE

@l'antagoniste - Je comprends votre point de vue au provincial même si dans les faits cette situation empêche les Québecois de voter pour d'autres enjeux que la fichue question nationale.

Un exemple il faudrait être aveugle pour reporter un gouvernement Libéral au pouvoir après les fiascos du CHUM ,de la caisse de dépôt et les allégations de favoritismes et de contournement des règlements dans l'attribution des contrats au ministère des transports.

La clientèle captive des Libéraux qui voient des séparatistes sous leurs lits voteront quand-même pour eux.

C'est ce qui est arrivé à la mairie de Montréal où la question nationale n'était même pas un enjeu.

C'est donc comme si on abolissait dans les faits les programmes électoraux des partis en lice. Ils sont superflus puisqu'une seule obsession intéresse l'électorat.

Ça fait une piètre démocratie ne trouvez vous pas?



Envoyé par L'Antagoniste
18 novembre 2009 à 13 h 33 HNE

@ j.c.virgil - Le problème au Québec est que, si on a pas le goût de rouvrir la "question nationale", nous n'avons qu'un choix.



Envoyé par j.c.virgil
18 novembre 2009 à 13 h 05 HNE

Peut-on avoir un meilleur exemple de l'incompétence crasse et de la malhonnêteté intellectuelle de ce gouvernement? On aurait aimé que le VG nous dise combien d'argent a été dépensé jusqu'à maintenant pour le CHUM.

Le pire c'est que Charest irait en élection et il aurait l'appui des anglos des allos et d'une minorité de francos qui votent toujours contre la question nationale même si l'enjeu de l'élection est l'incompétence et la corruption.
On en a eu l'exemple flagrant avec la réélection du maire Tremblay grâce à des majorités dans les secteurs anglophones et allophones de la ville.


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca

PPP: Le vérificateur général fustige Québec
« le: novembre 21, 2009, 01:07:49 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!