septembre 25, 2020, 05:46:58 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Québec: 2010 sera difficile  (Lu 1996 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Québec: 2010 sera difficile
« le: janvier 01, 2010, 02:17:43 pm »
2010 sera difficile

À la sortie du dernier conseil des ministres de l’année, la présidente du Conseil du trésor, Monique Gagnon-Tremblay, a prédit une année 2010 « difficile » pour le Québec.

« Effectivement, ça va être une année difficile. C’est pour ça que je préfère la terminer en riant. Ce sera une année charnière. On est rendus là. Il faudra se questionner », a-t-elle lâché aux journalistes, alors que l’ambiance décontractée à l’Assemblée nationale ressemblait à celle d’une fin des classes.

La remarque de Mme Gagnon-Tremblay a peut-être un lien avec la négociation des conventions collectives des employés du public et du parapublic qui viennent à échéance le 31 mars 2010. Pour l’instant, les positions des deux parties sont assez éloignées les unes des autres. Alors que le Front syndical réclame une hausse de 11,25 % sur trois ans, le gouvernement propose, pour le moment, des augmentations de 7 % sur cinq ans.

Plus optimiste que sa collègue, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a clamé « qu’on s’en est très bien tirés, en 2009, au Québec. Ça va mieux qu’ailleurs. On va mieux rebondir de la récession que les autres (en 2010). C’est l’objectif qu’on se donne », a-t-il insisté.

Hydro-Québec

De son côté, la vice-première ministre, Nathalie Normandeau, a exclu toute bonification de l’entente controversée qui prévoit l’acquisition d’Énergie NB par Hydro-Québec pour la somme de 4,75 milliards. « Ce n'est pas dans notre écran radar. Il y a une entente signée et qui a été négociée au préalable », a-t-elle insisté.

Depuis des semaines, l’opposition conservatrice au Nouveau-Brunswick décrie cet accord et promet de se battre pour le faire annuler. « C’est clair qu’il y a un défi à voir la couverture médiatique ( au Nouveau-Brunswick), a admis la ministre Nor mandeau. Mais ce n'est pas nouveau. M. (Shawn) Graham (premier ministre du NouveauBrunswick) en était conscient lorsqu’on a confirmé l'entente de principe. »


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Québec: 2010 sera difficile
« le: janvier 01, 2010, 02:17:43 pm »

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
La CSQ choisit les impôts
« Réponse #1 le: janvier 01, 2010, 02:21:56 pm »
Grâce aux "bons conseils" de la CSQ, les Québécois pourraient être forcés de payer encore plus d'impôts, comme si l'on en payait pas encore assez!

Avec cet article, vous pouvez voir à quel point la CSQ se fout TOTALEMENT des autres et ne voit qu'à son propre intérêt... ça discrédite totalement l'ensemble de leurs actions.



La CSQ choisit les impôts

MONTRÉAL | (Agence QMI) La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) s’oppose farouchement à une hausse des tarifs des services publics, estimant qu’une hausse d’impôt serait plus « équitable » sur le plan social.

Le syndicat, qui représente plus de 170 000 travailleurs, dont 100 000 dans le secteur de l’éducation, a dévoilé hier ses quatre priorités pour l’année 2010.

Le leader syndical s’est montré peu optimiste quant à la possibilité que le gouvernement s’entende avec ses employés d’ici le 31 mars et a fait savoir qu’il s’impliquerait dans les négociations qui devront se faire « autour de la nécessité de pouvoir attirer et retenir du personnel de qualité afin d’offrir à la population les meilleurs services ».

« Il faudra que l’on cesse de parler des travailleuses et des travailleurs du secteur public au Québec comme s’ils étaient des « gras dur », alors qu’ils sont en réalité les salariés de l’État les moins bien traités au Canada. Les privilégiés, ce ne sont pas nos membres, mais bien plutôt ces entrepreneurs de la construction qui engrangent des marges bénéficiaires de 25 % à 30 % des contrats qu’ils obtiennent du gouvernement » , a dénoncé Réjean Parent, président de la CSQ.

La CSQ a d’ailleurs réclamé un débat sur les finances publiques alors qu’elle s’oppose à une hausse des tarifs des services gouvernementaux, préférant plutôt une hausse d’impôt.

« Jean Charest s’entête à ne pas vouloir augmenter les impôts et préfère recourir à des hausses de tarifs de toutes sortes (électricité, péage sur les routes, etc.). Cette approche est inéquitable parce qu’elle fait peser sur les épaules des moins bien nantis un fardeau plus lourd que pour les gens ayant des revenus plus élevés », a déploré M. Parent.

L’éducation au coeur du débat

Réaffirmant sa volonté d’« influencer les choix sociaux et économiques du gouvernement », la CSQ a montré du doigt le premier ministre Charest, qu’elle a accusé d’affaiblir les services publics « au lieu de les améliorer » , réclamant du même coup un « véritable » plan de réussite scolaire.

« La ministre de l’Éducation a récemment dévoilé en grande pompe un plan sur la persévérance scolaire, mais n’a rien fait depuis. Ce plan est un écran de fumée pour laisser croire que le gouvernement agit pour contrer le décrochage scolaire, alors que, dans les faits, ce n’est pas le cas. Les moyens ne sont tout simplement pas là et on ne fait donc qu’accentuer la pression sur un personnel qui est déjà débordé », rapporte M. Parent, qui dévoilera prochainement une liste de mesures pour contrer le décrochage.

Au cours de la dernière année, la CSQ a participé à la syndicalisation de 12 000 responsables de service de garde en milieu familial.


Source: Site web du Journal de Québec

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!