février 25, 2021, 08:49:55 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Le loser de l’année  (Lu 1496 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Le loser de l’année
« le: janvier 01, 2010, 03:55:44 pm »
Le loser de l’année

J.JACQUES SAMSON

2009 aura été une année de misère pour Michael Ignatieff.

Il a d’abord voulu se démarquer de Stéphane Dion en annonçant solennellement, l’été dernier, la fin du règne de Stephen Harper pour ensuite s’écraser à deux reprises comme son prédécesseur lorsque arrivait le moment de renverser le gouvernement.

Il a par la suite désavoué son lieutenant québécois, Denis Coderre, qui avait été l’artisan de sa campagne au leadership au Québec en 2006, qui l’avait plus tard fait connaître de l’ensemble de la population, qui avait restructuré une organisation en déroute depuis plusieurs années et qui avait déjà recruté presque tous les candidats en vue des prochaines élections.

Il a choisi d’écouter les stratèges du parti à Toronto, qui court-circuitaient Coderre pour faire monter Martin Cauchon, un lieutenant de Bob Rae. Les deux sont des membres de la filière Desmarais-Chrétien. Ignatieff pave ainsi lui-même la voie à son rival, Bob Rae, qui a déjà tenté à deux reprises sans succès, en 2006 et 2008, de devenir chef.

Ignatieff affirme maintenant dans ses entrevues de fin d’année qu’il n’était pas suffisamment à l’écoute des Canadiens lorsqu’il préparait le renversement de Stephen Harper et le déclenchement d’élections dont les citoyens ne voulaient pas. Il aurait trop écouté des voix partisanes autour de lui, avoue-t-il.

Le pitbull de juin est devenu un doux toutou. Il nous dit même déjà que le premier ministre peut être tranquille : le PLC tiendra des colloques le printemps prochain pour étoffer son programme. Le prochain budget conservateur passera pendant ce temps comme une lettre à la poste. La vérité est que selon les sondages les libéraux ne pourraient faire mieux que de former à leur tour un fragile gouvernement minoritaire s’ils parvenaient à remporter des élections.

Le plus mauvais tour que Stephen Harper pourrait jouer aux libéraux serait de provoquer lui-même un scrutin.

EN SURSIS

Michael Ignatieff n’est même plus assuré de diriger le PLC si les élections sont au contraire repoussées dans le temps. Les libéraux sont extrêmement déçus de son exercice du leadership; il a personnellement chuté dans l’opinion publique après une brève lune de miel; il est déconnecté du Québec depuis qu’il a écarté Denis Coderre et l’a remplacé par l’ex-astronaute Marc Garneau. Ce dernier est très respecté comme scientifique, mais il est le prototype de l’antipoliticien. Ses propres collègues le surnomment Spaceman.

Des stratèges libéraux pourraient bien tirer le tapis sous les pieds de Michael Ignatieff pour miser sur l’expérimenté Bob Rae, ancien premier ministre de l’Ontario, pour mener la prochaine campagne. D’autres au PLC voient déjà le fils de Pierre Elliott Trudeau, Justin, l’étoile montante du parti, habiter à nouveau le 24 Sussex de son enfance. Il est jeune, télégénique, et un vétéran de la Colline parlementaire à Ottawa, Richard Cléroux, faisait remarquer avec à propos, il y a quelques jours, qu’il forme en plus avec sa conjointe, Sophie Grégoire, un ancien mannequin, un couple comme le peuple les aime : John Kennedy et Jackie, Pierre Elliott Trudeau et Margaret, Barack Obama et Michelle. Il aurait pu ajouter Jean Charest et Michèle.

Michel Ignatieff est chef du Parti libéral depuis tout juste un an et ils y sont nombreux à parler déjà d’une deuxième erreur après Stéphane Dion, en 2006, et à rêver à l’après-Ignatieff. Il mérite bien le titre de loser de l’année au Canada.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Le loser de l’année
« le: janvier 01, 2010, 03:55:44 pm »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!