septembre 25, 2020, 07:09:33 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Les cachotteries de la SAQ  (Lu 1275 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Les cachotteries de la SAQ
« le: février 02, 2010, 10:18:14 pm »
Les cachotteries de la SAQ

Par Michel Hébert

C’est par un communiqué aussi banal que discret que la Société des alcools du Québec a fait savoir, le vendredi 4 décembre, que ses 7 000 employés profiteront de généreuses augmentations de salaire durant huit ans.

En trois paragraphes, à peine une douzaine de lignes, la SAQ n’en a pas dit beaucoup plus, sinon qu’elle ajoutera 430 postes à ses effectifs réguliers. La SAQ accorde en sus, sans aucune obligation de sa part et deux ans d’avance, les augmentations liées à l’équité salariale et à « l’équité interne »; les augmentations annuelles de 2 % sont ainsi gonflées à plus de 25 %, voire jusqu’à 31 % pour certains « conseillers ».

On comprend pourquoi la SAQ n’a pas voulu se vanter de tout cela sur la place publique. Personne n’a droit à un pareil traitement par les temps qui courent. Personne!

Autre détail significatif : la SAQ a diffusé la nouvelle (bonne pour ses syndiqués CSN) au dernier jour de la session parlementaire de 2009, alors que l’Assemblée nationale ajournait ses travaux. Le débat public était court-circuité, les questions embarrassantes ne pouvaient pas être posées au jovial ministre des Finances, Raymond Bachand, qui souhaite pourtant un « dialogue le plus large possible » sur l’état des finances publiques.

Le geste de la SAQ est peu respectueux des contribuables, mais quand on ne veut pas attirer l’attention, c’est exactement ce qu’il faut faire. C’est finalement mon collègue Rémi Nadeau qui l’a forcée tout de même à passer aux aveux.

Remarquez que ça ne changera rien aux habitudes des bureaucrates. Ceux de la SAQ ne se feront pas de souci à cause de la mauvaise humeur des contribuables. Ils se sont arrogé un pouvoir de dépenser que rien ni personne ne semble vouloir entraver. Sur ce plan, les libéraux sont pareils aux péquistes.

ESQUIVE

Quand on lui signale des abus ou des incongruités dans les dépenses publiques, le ministre Bachand s’esquive et répète que « l’éléphant dans la pièce », c’est la santé. Les économies faisables ailleurs ne seraient que des bouts de chandelle. La SAQ peut donc augmenter sa masse salariale de 25 %, faire bondir le salaire de base de ses plus fins « conseillers » de 44 500 $ à 58 406 $, cela n’a apparemment aucune importance.

Les Québécois, pressés comme des citrons, ne sont pourtant pas si exigeants. Quand ils arrêtent à une succursale du monopole des alcools, après le magasinage du samedi, ils ne réclament pas les conseils d’experts patentés. La SAQ sait fort bien que, pour la très vaste majorité de ses clients, le prix commande le choix, pas la « robe rubis aux parfums de fruits confits »...

Mais peu importe les sentiments du public ou le déficit budgétaire du gouvernement. La SAQ a décidé de partager une plus grande partie de ses profits actuels et futurs avec ses employés. Ce qui veut dire que, pour le même produit, ça vous coûtera plus cher, au profit de celui qui vous le fera payer. Ce qui ne sera plus dans votre poche sera dans la sienne. C’est aussi simple que ça.

Aux relations publiques de la SAQ, Isabelle Merrizzi a évidemment pris la défense de son employeur : « Nous offrons des emplois de qualité aux Québécois. » Un argument flagorneur qui plaira aux employés de la SAQ, mais les contribuables nourriront généralement des sentiments moins joyeux.

Samedi dernier, à une succursale du monopole des alcools, les « conseillers » étaient tous visiblement de bonne humeur, confiants en l’avenir... Nettement plus que les fonctionnaires des ministères et des organismes publics à qui on avait offert 7 % d’augmentation en cinq ans.

Mais les fonctionnaires ont maintenant de quoi se réconforter : la SAQ a fait la démonstration que le cadre financier du gouvernement est flexible. Personne ne croit d’ailleurs plus aux offres de « 7 % tout inclus ».

Et puisqu’il semble croire au principe d’équité « interne » en vigueur à la SAQ, le gouvernement n’a d’autre choix que de l’appliquer... équitablement. Ce qui est bon pour le monopole de l’alcool, comme chez ceux de l’électricité ou de la loterie, devrait l’être pour les autres employés de l’État.

Après tout, le déficit appartient à tout le monde...


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Les cachotteries de la SAQ
« le: février 02, 2010, 10:18:14 pm »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!