septembre 22, 2018, 10:41:06 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Bachand: « C’est difficile de contrôler les dépenses »  (Lu 773 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6048
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Bachand: « C’est difficile de contrôler les dépenses »
« le: février 25, 2010, 01:37:43 am »
« C’est difficile de contrôler les dépenses »

Par Michel Hébert

Freiner la croissance des dépenses sera pénible, mais rater la cible de 3,2 % compromettrait le retour à l’équilibre budgétaire, reconnaît le ministre des Finances, Raymond Bachand.

« C’est difficile, année après année, de contrôler les dépenses », a-t-il dit à sa sortie du caucus des libéraux à l’Assemblée nationale, hier.

Pour revenir à l’équilibre budgétaire et combler d’ici à 2013-2014 un déficit total de 30,5 milliards, le gouvernement s’appuie sur une prévision de croissance des dépenses limitée à 3,2 %, c’est-à-dire une réduction de la croissance équivalant à 9,4 milliards.

Or, traditionnellement, les cibles de croissance sont ratées tous les ans depuis dix ans. À ce sujet, l’ex-ministre Monique Jérôme-Forget s’en servait pour refuser les demandes incessantes de ses collègues, mais elle disait devoir « s’ajuster » en cours d’année.

Ainsi, en 2006-2007, la cible de 3,6 % s’est donc finalement soldée par une croissance réelle de 5,11 %, lit-on dans le rapport du Vérificateur général déposé à l’Assemblée nationale hier.

Ce document n’a pas provoqué un tumulte particulier, notamment à cause du débat provoqué par la sortie de Lucien Bouchard sur l’improbable souveraineté du Québec.

Mais le député péquiste Richard Marceau y a déniché un détail intéressant : au déficit chronique du gouvernement, il faut en ajouter un autre, celui des organismes « extrabudgétaires » qui dépasse 2,4 milliards.

Ces nombreux organismes échappent au contrôle des dépenses. Mais ils sont tributaires de la générosité gouvernementale. Donc, quand des compressions sont ordonnées, leurs revenus sont surpassés par leurs dépenses. Résultat : un trou de 2,4 milliards.

Ces organismes parabudgétaires ont augmenté leurs dépenses de 8,9 % par année depuis 2000. Entre 2003 et 2007, entre le départ de Lucien Bouchard et un appel à la retenue de Monique Jérôme-Forget, les dépenses ont littéralement explosé : la hausse a été de 20,9 % en 2002, de 30,6 % en 2006 et de 11,4 % en 2007. Depuis deux ans, les dépenses ont été réduites de 12,5 %.

Questionné sur ce sujet par le député Marceau à l’Assemblée nationale, le ministre des Finances, Raymond Bachand, n’a pas donné une réponse claire.

Décote

Au Journal, il a dit plus tard que cette comptabilité parallèle était en cours de révision et qu’un millier d’entités ou d’organismes exclus du périmètre comptable sont en train de concilier leurs états financiers avec ceux du gouvernement. Les compressions devront donc s’appliquer là aussi.

« Ce sont des robinets ouverts », a déploré M. Marceau qui craint, comme François Bonnardel, de l’ADQ, une décote des agences de crédit new-yorkaises.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Bachand: « C’est difficile de contrôler les dépenses »
« le: février 25, 2010, 01:37:43 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!