février 25, 2021, 12:21:20 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Réforme scolaire: Garon blâme Marois  (Lu 2128 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Réforme scolaire: Garon blâme Marois
« le: avril 29, 2010, 08:09:24 am »
Garon blâme Marois

L’ex-ministre de l’Éducation Jean Garon blâme la chef du Parti québécois, Pauline Marois, d’avoir détourné de ses objectifs la réforme scolaire qu’il avait enclenchée en 1995 avec les états généraux de l’éducation.

« C’est Pauline qui a confié le job à des fonctionnaires et à des administrateurs de commissions scolaires. Il fallait redéfinir l’école et on a désigné des gens qui ne voulaient pas de changement. Ils voulaient le statu quo », déplore l’ex-député de Lévis.

À la suite de la prise du pouvoir par le Parti québécois à l’automne 1994, le premier ministre Jacques Parizeau avait désigné Jean Garon au ministère de l’Éducation. « Parizeau m’a nommé là parce qu’il voulait qu’un ménage se fasse à l’éducation, comme je l’avais fait en agriculture. »

« Recentrer l’école »

En 1995, Jean Garon a lancé les états généraux de l’éducation, un vaste chantier qui allait interpeler tout le Québec pendant plus d’une année. L’intention était de « recentrer la mission de l’école », comme cela était signalé dans le rapport déposé en 1996.

L’un des objectifs était de ramener le taux de diplomation au secondaire d’environ 70 % à 85 %. Au moment où la commission des états généraux allait rendre son rapport en février 1996, le premier ministre Lucien Bouchard a remplacé Jean Garon par Pauline Marois comme ministre de l’Éducation.

« Les états généraux ont été détournés de leur objectif parce qu’on est revenu à faire les choses comme avant » , insiste Jean Garon. Le chantier devait être suivi par une démarche qui, selon lui, aurait dû engager plus d’enseignants et de parents, ditil. « On a nommé les même gens qui ont fait les mêmes erreurs. »

Réforme

Pauline Marois devait par la suite signer la réforme du régime pédagogique pour les niveaux primaire et secondaire. Quinze années après les états généraux, le taux d’abandon scolaire caracole aux environs de 35 % et le ministère de l’Éducation cherche encore le moyen de juguler l’hémorragie.

Jean Garon soutient que l’école n’est pas adaptée aux besoins de tous les élèves. Une réforme du système scolaire aurait dû implanter une formation particulière aux directions d’écoles, suggère-t-il, et une meilleure qualification des enseignants, notamment en français.

Les enseignants devraient faire partie d’un ordre professionnel, ajoute Jean Garon. Au terme de leurs études universitaires, ils devraient se qualifier auprès de leur ordre professionnel, comme le font les avocats avec le Barreau.

« L’establishment de l’éducation ne m’aimait pas, se souvient Jean Garon, parce que je voulais changer les affaires. »

Au lieu de siéger comme simple député, Jean Garon a préféré quitter l’Assemblée nationale et est parvenu à se faire élire comme maire de Lévis, où il a fait deux mandats.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Réforme scolaire: Garon blâme Marois
« le: avril 29, 2010, 08:09:24 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!