février 25, 2021, 12:14:28 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Élèves handicapés ou en difficulté: Surmonter les problèmes de l'intégration  (Lu 1558 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Élèves handicapés ou en difficulté

Surmonter les problèmes de l'intégration

La ministre de l'Éducation du Québec, Line Beauchamp, a ouvert les discussions du forum sur l'intégration des élèves handicapés ou en difficulté d'apprentissage par un constat d'échec.

Devant une centaine de représentants du milieu de l'éducation réunis à Québec, elle a affirmé qu'en 10 ans, leur intégration dans des classes régulières n'avait pas donné les résultats escomptés.

Quelque 163 000 élèves au Québec sont en difficulté ou handicapés. Il s'agit d'un élève sur cinq dans les classes de secondaire, et seulement 25 % d'entre eux arrivent à décrocher leur diplôme, même si Québec injecte davantage de ressources en adaptation scolaire.

« L'intégration de ces enfants en difficulté représente un taux de succès en ce moment - si on définit le succès par la diplomation ou la qualification - d'un sur quatre. Comme ministre de l'Éducation, je me dois d'envoyer un signal que, oui, s'il y a des choses à bouger, si je dois déranger, je vais le faire », a-t-elle lancé.

La présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec est du même avis. « Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Vous savez, quand on parle de ne pas porter atteinte aux droits des autres élèves dans la classe, quand on parle de contraintes excessives, on n'a pas de balises autour de ça », affirme Josée Bouchard.

  • Il y a un bon vieux principe : 10 % des élèves en difficulté dans une classe, le haut va tirer le bas. Rendu à 30 % d'élèves en difficulté dans une classe, le bas va tirer le haut. C'est un peu ça le problème de l'éducation depuis une décennie.

    — Réjean Parent, président de la Centrale des syndicats du Québec

Selon Line Beauchamp, la dichotomie classe régulière/classe spéciale est une erreur. Elle privilégie l'option des classes répit, qui consistent à retirer certains enfants des classes régulières pendant quelques heures de sorte à leur donner un enseignement spécialisé.

Les intervenants qui travaillent sur le terrain ont présenté plusieurs pistes de solution :

  • bien diagnostiquer les problèmes de chacun des élèves;
  • donner les ressources nécessaires aux enseignants;
  • tenir compte des régions qui sont touchées en portant attention notamment au taux de pauvreté ou au taux d'immigration.

Selon Réjean Parent, de la CSQ, les corrections apportées au modèle d'intégration québécois devraient être accompagnées de 700 millions de dollars de plus dans le réseau de l'éducation pour atteindre le niveau de financement de la moyenne canadienne.

Le modèle d'intégration québécois dénoncé

Des enseignants et des membres du Ralliement engagé envers les jeunes exclus du système scolaire ont profité de l'événement pour faire valoir leur point de vue dans le cadre de manifestations.

Les enseignants présents sur place ont affirmé ne pas être contre l'intégration, mais veulent qu'elle soit limitée et mieux encadrée. Le ralliement veut pour sa part l'inclusion d'un maximum d'enfants dans les classes régulières et revendique davantage de moyens pour que les enseignants soient en mesure de les accueillir.

Line Beauchamp se donne jusqu'en juin pour revoir le modèle d'intégration québécois et établir de nouvelles orientations. Il s'agissait du premier de quatre forums prioritaires organisés par la ministre de l'Éducation qui auront lieu d'ici le printemps 2011.


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca


 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!