mars 02, 2021, 12:40:51 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Charest dénonce les attaques de Deltell  (Lu 1485 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Charest dénonce les attaques de Deltell
« le: novembre 14, 2010, 03:46:17 pm »
Charest dénonce les attaques de Deltell

Le premier ministre Jean Charest affirme qu'il ne se laissera pas intimider par les propos belliqueux de ses adversaires.

En prononçant le discours de clôture du conseil général du Parti libéral, Jean Charest s'est dit profondément choqué que le chef de l'Action démocratique du Québec, Gérard Deltell, l'ait qualifié, samedi, de « parrain » du Parti libéral du Québec.

Selon lui, la liberté d'expression a des limites. Il a souligné que même si le monde politique permet le choc des idées, il ne faut pas pour autant s'autoriser à salir des réputations sans retenue.

« Ça va trop loin. Beaucoup trop loin. Vous n'êtes pas venus en politique pour ça, je ne suis pas venu en politique pour ça. On a le droit à nos idées, puis on a le droit de les défendre jusqu'au bout, et de ne pas être en accord avec l'autre, sans pour autant être attaqué de la façon dont on a été attaqués dans la dernière semaine, puis en particulier hier », a-t-il déclaré.

Jean Charest demande à Gérard Deltell de retirer ses propos.

La déclaration du chef libéral fait aussi allusion aux propos du Parti québécois qui a accusé, cette semaine, des députés libéraux d'être « complices du crime organisé ». M. Charest a ajouté qu'il ne se laissera pas impressionner par ces attaques et qu'il continuera à faire avancer le Québec.

Inflexible au sujet de la construction

Le premier ministre n'a pas dit un mot sur la requête avortée du délégué montréalais Martin Drapeau sur la nécessité de tenir une enquête publique sur l'industrie de la construction et n'a rien dit non plus du refus des 500 militants présents samedi d'en discuter.

Jean Charest a quand même abordé indirectement la question en rappelant toutes les mesures adoptées par son gouvernement depuis un an ainsi que les lois et les projets de loi à l'étude. Il a répété que 500 personnes, policiers et enquêteurs d'organismes publics, sont mobilisées pour combattre la collusion et la corruption dans l'industrie de la construction.

Le chef libéral avait commencé son discours en s'en prenant au Parti québécois et aux démêlés qui opposent l'ancien chef Jacques Parizeau à Pauline Marois concernant l'article 1 du programme de la formation.

« Jacques Parizeau, ce soir, dans le comté de Crémazie, va faire plier les genoux de Mme Marois et va la commettre à un article 1 où on fera un référendum le plus vite possible! Bien, chers amis, je n'en demandais pas tant pour faire la démonstration aux Québécois de la différence entre les libéraux et les péquistes », s'est-il exclamé.

D'après Marie-Andrée Brassard et Martine Biron



Et il y avait des commentaires...



Envoyé par PtitCastor
14 novembre 2010 à 15 h 13 HNE

Jean Charest à déjà traité mon député, Stéphane Bédard, de tête de slinky. C'était pas bien gentil non plus...

Puis qu'avait-il dit déjà à cette député péquiste à micro fermé. Des mots pires que parrain impossible à écrire sur ce blogue. Le Premier Ministre est le maître des insulteurs. Alors qu'il arrête de jouer la vierge offensée.



Envoyé par Denise L.
14 novembre 2010 à 15 h 04 HNE

"Le dénigrement n'est pas un projet politique" dit M.Charest.

Mais il enchaîne en dénigrant Mme Marois et la supposée sortie de M. Parizeau ce soir.

Eh bien, ce n'était que des rumeurs car M. Parizeau ne prendra pas la parole.

Charest va-t-il s'excuser des moqueries non fondées qu'il vient de dire?

Lorsqu'il traite Mme Marois de tête vide qui n'a rien à dire, la pire de tous les chef péquistes...etc...ce n'est pas du dénigrement?

Ce PM ne dirige plus le Québec mais tient son parti bien en selle.

Ses militants dans les coulisses exprimaient leurs inquiétudes, même Guy Ouellet, ex-chef de police qui désire une commission d'enquête n'a pas appuyé la motion de M. Moreau hier au congrès.

Alors que M. Deltel parle de parrain d'une famille libérale sur laquelle pèsent bien des soupçons, M. Charest n'y peut rien, c'est l'image qu'il projette.

Qu'il pose un geste courageux et fasse le ménage, autrement sa lâcheté entraîne le doute et il se ternit lui-même en méprisant la population et tous les tenants d'une commission qui pourrait mettre à jour la corruption qui nous coûte des milliards.

Mais ceci pourrait nuire à toute la structure financière de son parti en partie supportée par les gros contracteurs, ce que Charest veut éviter.

Charest s"est donné comme objectif pour la prochaine session de refaire son image et celle de son parti, en essayant de faire adopter des lois et tenir certaines promesses et de ne parler que d'économie...encore.

Je doute qu'il y parvienne car il reste les journalistes:

M. Gravel, entre autres, dit qu'il avait des faits pouvant produire de nombreuses émissions.

La poussière ne cessera pas de tomber, c'est certain.



Envoyé par joséphine
14 novembre 2010 à 14 h 34 HNE

Le fédéralisme est mis à mal par les libéraux...

Les libéraux "salissent" de plus en plus la "cause fédéraliste" avec leurs innombrables scandales de "collusion" et de "corruption" qui ne font rien pour aider à défendre la valeur du fédéralisme au Québec...

Car si c'est ça le fédéralisme, vaut peut-être mieux être souverainiste ou autonomiste!!!

Ils n'ont qu'eux à blâmer, les libéraux, qu'ils soient au fédéral (PLC), au provincial (PLQ) ou au municipal (Gérald Tremblay), pour le "salissage" qui se fait actuellement au Québec, de plusieurs de nos institutions...


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca

Charest dénonce les attaques de Deltell
« le: novembre 14, 2010, 03:46:17 pm »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!