février 25, 2021, 12:20:39 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: La belle vie pour des patrons de CEGEP  (Lu 2564 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
La belle vie pour des patrons de CEGEP
« le: février 03, 2011, 12:20:43 am »
La belle vie pour des patrons de CEGEP

Voyages aux quatre coins du monde et séjours dans des auberges de grand luxe, en pleine période de restrictions budgétaires...

Alors qu’ils sont censés se serrer la ceinture pour participer à « l’effort » gouvernemental de réduction des dépenses, des dirigeants de cégeps ne se sont pas gênés pour voyager aux quatre coins du monde ou séjourner dans des auberges de grand luxe, l’an dernier, aux frais des contribuables.

« Missions » en Guadeloupe, au Brésil ou en Europe, « formation » dans un chic hôtel situé en bord de mer ou « réunion » dans une des rares auberges cinq étoiles du Québec, certains directeurs de collèges sont loin d’avoir limité leurs dépenses en 2010. En tout, les patrons de 40 cégeps ont effectué des dépenses de voyage, d’hébergement, de restauration et de « représentation » totalisant au moins 324 000 $, l’an dernier, selon nos calculs.

Une auberge cinq étoiles

En examinant leurs notes de frais, le Journal a constaté que plusieurs d’entre eux sont de véritables globe-trotters, alors que d’autres ont tendance à opter systématiquement pour des hôtels haut de gamme.

C’est le cas du directeur général du Collège Dawson, Richard Filion, qui a jugé bon d’organiser une « session de planification » avec cinq de ses adjoints à la chic Auberge Ripplecove d’Ayer’s Cliff, dans les Cantons-de-l’Est, un des 18 établissements cinq étoiles du Québec.

Interrogé par le Journal, le directeur a d’abord justifié ce choix en affirmant que « c’est le seul endroit qui était disponible à ce moment-là » , avant de se raviser en indiquant que « c’est l’endroit qui nous convenait. » Loin de douter de la pertinence d’organiser une réunion dans un hôtel de luxe, M. Filion a dit croire que les dépenses reliées à cet événement étaient « raisonnables » et que plusieurs contribuables le « comprenaient. » ( voir page 2)

Le Journal a aussi appris qu’une vingtaine de dirigeants du réseau collégial se sont réunis dans ce même hôtel, en janvier 2010, à l’occasion d’un « conseil d’administration » de la Fédération des cégeps.

L’organisme reconnaît que cela s’est produit, mais assure qu’il s’agissait d’un événement « exceptionnel » .

Le Fairmont Algonquin, un hôtel de prestige situé en bord de mer, au Nouveau-Brunswick, et l’Auberge des Gallant, un établissement quatre étoiles de la Montérégie, ont aussi vu défiler plusieurs dirigeants de cégeps, l’an dernier, parfois en plein mois de juillet.

Guadeloupe, Maroc, Brésil

Au moment où le gouvernement impose une réduction des dépenses aux employés de l’État, plusieurs patrons de cégeps ont continué de parcourir le monde à un rythme étourdissant, en 2010. Mais la plupart de ces « missions » , qui s’inscrivent dans « la volonté d’internationalisation des collèges » , tardent à donner des résultats.

C’est le directeur général du Cégep Édouard-Montpetit, Serge Brasset, qui a effectué le plus de voyages à l’étranger, indiquent les documents compilés par le Journal. Il s’est rendu en Inde, en Chine, en Angleterre, au Brésil et en France, principalement à titre de directeur de l’École nationale d’aérotechnique.

D’autres patrons de collèges ont opté pour des destinations plus exotiques.

Le directeur général du Cégep de Rimouski a effectué une mission de recrutement en Guadeloupe, alors que son collègue du Cégep de Saint-Hyacinthe s’est rendu au Maroc, notamment afin d’assister à une réunion.

Avec la collaboration d’Andrée Leblanc et de Serge Laplante, notre recherchiste à l’Assemblée nationale.



Quelques-uns des directeurs globe-trotters:

  • Richard Filion, Dawson
    Inde et Boston, pour établir des partenariats.
    6 418 $
  • Serge Brasset, Édouard-Montpetit et École d’aérotechnique
    Inde, Chine, Brésil, France et Angleterre, surtout pour conclure des partenariats.
    22041 $
  • Jean-Pierre Villeneuve, Rimouski
    Oú et quol? Guadeloupe, pour recruter des étudiants.
    4 439 $
  • Marie-France Bélanger, Sherbrooke
    Brésil, pour conclure des ententes avec des établissements.
    3629 $
  • Michel Gravel, Jonquière
    Brésil, pour conclure des ententes de partenariat.
    3 629 $
  • Roger Sylvestre, St-Hyacinthe
    Maroc, pour assister à une assemblée obligatoire du programme Vatel et pour du « partage d’expertise. »
    2 200 $
  • Murielle Lanciault, Vieux-Montréal
    Brésil, pour « renforcer et développer des partenariats ».
    3 800 $
  • Bernard Lachance, Lanaudière
    Brésil, pour « conclure des ententes de collaboration ».
    2 108 $
  • Claude Harvey, La Pocatière
    France, pour représenter les cégeps lors d’une formation sur l’internationalisation de l’éducation.
    3 587 $



Un 5 étoiles très fréquenté

En plus de l’équipe de direction du Collège Dawson, 25 cadres de cégeps se sont réunis à la chic Auberge Ripplecove, en janvier 2010, pour une « réunion du conseil d’administration de la Fédération des cégeps. »

La tenue de cet événement a coûté au moins 5 600 $, une somme qui a vraisemblablement été épongée par les contribuables. Les cadres qui y ont participé ont réclamé le remboursement de leurs frais de séjour en plus de réclamer leurs frais de déplacement.

« C’est tout à fait exceptionnel que la Fédération tienne un C. A. ailleurs que dans les grands centres urbains » , plaide la porte-parole de l’organisme, Caroline Tessier.



« Vous êtes fatigant »

Le directeur du Collège Dawson, Richard Filion, n’a pas apprécié d’être interrogé au sujet de la réunion qu’il a organisée pour six cadres à l’Auberge Ripplecove, en bordure du lac Massawippi.

Pressé de questions à ce sujet, M. Filion a dit trouver l’auteur de ces lignes « fatigant » et lui a demandé s’il avait « la tête dure. » Le Journal tentait de comprendre pourquoi le D. G. n’avait pas plutôt tenu cette réunion au cégep.

Les coûts exacts de ce séjour sont inconnus, mais M. Filion a laissé entendre qu’ils pourraient atteindre 1 700 $, en plus des repas.



Une auberge après l’autre

À peine revenu de l’Auberge Ripplecove, en août dernier, Richard Filion s’est retrouvé dans un autre hôtel situé dans un cadre champêtre, cette fois, en compagnie de ses collègues directeurs d’autres cégeps anglophones.

Cette réunion du « English Steering Committee » s’est tenue à l’Auberge des Gallant, en Montérégie.

Chacun des participants a réclamé quelques centaines de dollars aux contribuables pour séjourner dans cet établissement quatre étoiles. Le directeur du Cégep Vanier a ainsi obtenu un remboursement de 331 $, alors que son collègue du Champlain Regional College s’est fait rembourser 382 $.



Formation en bord de mer

En étant membres de l’Association des collèges communautaires du Canada (ACCC), les directeurs de cégeps se font inviter à plusieurs événements, partout au pays, et, chaque fois, ce sont les contribuables qui cueillent la facture. En juillet dernier, « sept ou huit » dirigeants de collèges ont participé à « l’Académie des directeurs » , organisée par l’ACCC, à l’hôtel

Fairmont Algonquin, un établissement de renom situé dans la baie de Fundy, au Nouveau-Brunswick. Le président de l’ACCC, James Knight, plaide que l’hôtel est sans doute le moins luxueux de la chaîne Fairmont, et que ses membres ont fait une « bonne affaire » , en y allant.

Le séjour a tout de même coûté 1 600 $ au directeur général du Cegep de Drummondville, d’après sa note de frais. Le directeur du Cégep Édouard-Montpetit s’est quant à lui fait rembourser 576 $, uniquement en frais de déplacement pour s’y rendre.



Réunion en face des chutes

Un mois plus tôt, les membres de l’ACCC ont été conviés au congrès de l’organisme, qui avait lieu à Niagara Falls.

Plusieurs cadres de collèges y sont allés, y compris la directrice du Cégep de Baie-Comeau, Danielle Delorme, qui s’est fait rembourser 1 604,65 $ pour se rendre sur place et séjourner au Sheraton on the Falls, indique son compte de dépenses.

L’établissement offre une vue imprenable sur les chutes Niagara.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

La belle vie pour des patrons de CEGEP
« le: février 03, 2011, 12:20:43 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!