août 17, 2018, 11:09:40 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Air Canada: Dernière tentative contre le transfert à Aveos  (Lu 1172 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6047
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Dernière tentative contre le transfert à Aveos

Les syndiqués qui travaillent à la maintenance des avions d’Air Canada n’abandonnent pas leur combat et continuent à contester leur transfert à la société Aveos.

L’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA) a d’ailleurs organisé une manifestation, hier après-midi, à l’aéroport Montréal-Trudeau. Les syndiqués font une sortie publique parce qu’ils sont convaincus que le transfert des employés des Services techniques Air Canada (ACTS) à Aveos est illégal.

Ils estiment que la Loi sur la participation publique au capital d’Air Canada force la compagnie à conserver des centres de maintenance à Montréal, Winnipeg et Toronto. La vente contreviendrait à cette loi.

Pourtant, le Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) a jugé que la transaction Air Canada-Aveos est conforme aux règles. Sa décision, rendue le 31 janvier, a débouté les syndiqués en validant le marché proposé en octobre 2007.

Depuis, les employés ont multiplié les contacts avec le comité fédéral des Transports. Le syndicat a comparu en comité parlementaire afin de convaincre les élus de réviser la décision du CCRI.

Il est urgent de pousser le gouvernement fédéral à réagir, a indiqué Jean Poirier, vice-président de la section locale 1751 de l’AIMTA. « Dans un mois, il y aura un choix décisif pour les employés, qui est d’aller du côté d’Aveos ou de rester chez Air Canada. Si les employés ont à faire ce choix, c’est parce que notre gouvernement et Air Canada sont hors la loi. »

M. Poirier soutient que les travailleurs risquent de voir Aveos délocaliser leurs emplois vers le Salvador, là où elle est présente par l’entremise de sa filiale Aeroman Taca.

« La loi, a ajouté Jean Poirier, protège les employés de toute tentative de vendre ou de se débarrasser de services d’entretien et de révision générale. C’était le gouvernement Mulroney qui vendait ça aux employés, en 1988. En 2011, la loi est encore en vigueur et le gouvernement ne veut plus l’appliquer. »

4 500 travailleurs

Selon le syndicat, les conséquences seraient graves pour le secteur de l’aérospatiale. Environ 4 500 travailleurs sont affectés à la maintenance au Canada (dont 3 000 à Montréal) et 23 000 emplois indirects sont générés par ces activités.

M. Poirier craint que le choix entre Air Canada et Aveos soit déchirant pour les employés, par crainte de se retrouver sans travail. « Aujourd’hui, on demande à l’employé de faire un choix pour aller vers Aveos. Demain matin, beaucoup d’employés feront un autre choix parce que c’est garanti que leurs emplois s’en vont au Costa Rica ou au Salvador. »

Le syndicat des machinistes refuse de dire quelles procédures juridiques il pourrait entamer afin de défendre les intérêts de ses membres. Pour l’instant, il compte sur le levier politique.

« Le Bloc québécois est derrière nous, les libéraux et le NPD sont derrière nous. Si ça ne marche pas, je vous garantis que ça va se terminer au niveau juridique », a conclu Jean Poirier.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca


 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!