octobre 21, 2018, 10:10:50 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Budget 2011-2012: L’impôt élevé tue la consommation  (Lu 1308 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6048
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Budget 2011-2012: L’impôt élevé tue la consommation
« le: mars 27, 2011, 01:36:15 am »
L’impôt élevé tue la consommation

Réduire l’impôt sur le revenu tout en augmentant la taxe à la consommation permet de stimuler la croissance. « L’économie globale ne sera que bonifiée », a affirmé Matthieu Arseneau de la Financière Banque Nationale.

« Une baisse de 3 milliards $ des impôts sur le revenu équivaut à une hausse de 2 % de la TVQ, ce qui entraînerait une augmentation de 0.14 % de la croissance par an, a-til estimé. Le gouvernement pourrait alors disposer de 4,9 milliards $ de plus dans un horizon de dix ans. »

« Face à une dette de 184 milliards $, la somme peut paraître modique; mais avec un ensemble de mesures comme celles-ci, le gouvernement pourra gérer plus efficacement ses finances et ainsi résorber son déficit accumulé », a précisé M. Arseneau.

Les taxes à la consommation sont moins dommageables envers l’économie que l’impôt sur le revenu, pense Luc Godbout, professeur à l’Université de Sherbrooke.

« L’impôt sur le revenu n’incite pas les Québécois à travailler davantage et n’encourage pas l’investissement, a-t-il dit. La taxe à la consommation, à l’inverse, pousse les gens à épargner, car ils font plus attention à leurs dépenses. »

« Trop dépendant de l’impôt »

Pour l’instant, le gouvernement québécois assoit près de 17 % de son assiette fiscale sur la taxe à la consommation. L’impôt sur le revenu, lui, représente le tiers des revenus fiscaux.

« Le Québec est trop dépendant de l’impôt sur le revenu. C’est la particularité des provinces canadiennes et des États-Unis », a expliqué M. Godbout. Il y aurait donc de la place pour un réajustement.

Les pays européens, eux, ont déjà compris les bienfaits du transfert de la substitution. « Les pays européens ont poussé leur taux d’imposition de la taxe à la consommation jusqu’à 20 %, voire 25 %, le maximum qui est autorisé par l’Union Européenne » , a expliqué Alain Charlet, membre du Groupe Technique Consultatif de l’OCDE sur les impôts et la consommation. Les pays scandinaves, à ce titre, font figure de modèles.

Peu de marge de manoeuvre

De tels résultats devraient pousser le gouvernement québécois à s’y mettre lui aussi. Mais la marge de manoeuvre n’est pas la même. Avec une taxe à la consommation totale de 13,93 %, la province serait une des plus imposées au pays. Or, elle s’apprête à atteindre 14,98 % en janvier 2012.

« Les États-Unis sont particulièrement réticents envers les taxes à la consommation. Si la taxe devient trop élevée, les Québécois n’hésiteront pas à aller faire leurs courses dans les régions limitrophes », a noté M. Godbout.

Les consommateurs canadiens pourraient fortement réagir à l’augmentation du prix des produits. Une récente étude des professeurs Chandra, Head, et Tappata de l’Université de Colombie-Britannique démontre qu’une appréciation de 10 cents du dollar canadien actuel se traduit par une hausse de 20 % des déplacements vers les États-Unis.

« Que ce soit le taux de change ou la taxe sur la consommation, cela ne change rien du point de vue du consommateur » , a estimé Nicolas Vincent, professeur d’économie à HEC Montréal.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Budget 2011-2012: L’impôt élevé tue la consommation
« le: mars 27, 2011, 01:36:15 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!