février 19, 2018, 04:45:45 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Attention, poison dans votre assiette!  (Lu 1271 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6047
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Attention, poison dans votre assiette!
« le: mai 29, 2011, 08:17:14 am »
Attention, poison dans votre assiette!

Les consommateurs doivent se réemparer du contenu de leur assiette, favoriser l’agriculture biologique, devenir plus exigeants face à ce qu’ils consomment et faire pression auprès du pouvoir politique.

Tel est le constat de la documentariste française Marie-Monique Robin, auteure du livre et du documentaire Notre poison quotidien, qui font la lumière sur l’utilisation des produits toxiques dans l’industrie alimentaire.

La journaliste, qui avait signé il y a quelques années le documentaire-choc Le monde selon Monsanto, souhaitait cette fois trouver une explication à l’épidémie de cancers, de maladies neurologiques (Parkinson, Alzheimer) ou auto-immunes, de diabète et de dysfonctionnements de la reproduction qu’on observe particulièrement dans les pays « développés ».

S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur le témoignage de représentants des agences de réglementation (comme la Food and Drug Administration des États-Unis), le livre et le film démontrent l’origine environnementale de l’épidémie. Marie-Monique Robin souligne la présence néfaste des quelque 100 000 molécules chimiques qui ont envahi l’environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Toutes sortes de poisons se retrouvent dans l’assiette des consommateurs : résidus de pesticides, additifs, plastiques alimentaires. Notre poison quotidien décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques et montre ses défaillances, à travers des exemples comme les pesticides, l’aspartame et le bisphénol A (BPA).

La journaliste souhaite qu’on puisse éliminer un certain nombre de produits dans notre environnement qui sont vraiment dangereux, notamment ceux qu’on appelle les perturbateurs endocriniens, les hormones de synthèse qu’on retrouve dans les plastiques durs, les plastiques mous, les cosmétiques, les détergents, les poêles antiadhésives.

Elle s’étonne que les pouvoirs publics ne soient pas plus prudents et ne fassent pas de campagnes auprès des femmes enceintes. « Les femmes enceintes sont particulièrement concernées par toutes ces molécules qui agissent en très faibles doses et qui peuvent provoquer des maladies chroniques chez les enfants qui ont été exposés in utero. C’est ce qu’on constate en tout cas dans des études qui ont été faites sur des animaux », explique-t-elle en entrevue téléphonique, à l’occasion d’une visite éclair au Québec.

« Je suis allée à La Nouvelle-Orléans filmer un colloque sur les perturbateurs endocriniens où ils ont développé ce concept assez effrayant de l’origine foetale des maladies de l’adulte. C’est dire qu’il y a des maladies qui sont programmées dans le ventre des mères. C’est très inquiétant et je suis surprise que, face à cette masse d’informations scientifiques, il n’y ait pas plus de décisions qui soient prises au niveau politique. »

Allergies en hausse

Marie-Monique Robin croit que la hausse des allergies alimentaires est en relation directe avec tous les additifs, colorants et produits toxiques qui se retrouvent dans l’alimentation. « C’est complètement évident. Si vous lisez mon chapitre sur les pesticides, vous verrez que plusieurs études montrent que l’une des caractéristiques des pesticides, c’est d’affaiblir le système immunitaire. La recrudescence des allergies est souvent expliquée par cette baisse des défenses immunitaires dont nous sommes tous victimes, à cause de toutes ces molécules chimiques qui nous agressent en permanence et qui se traduisent par des allergies », soutient-elle. « Il y a des gens qui sont hypersensibles aux produits chimiques : c’est l’enfer. »

Marie-Monique Robin fait remarquer que la communauté européenne est en train de faire le ménage et de revoir tous les colorants et additifs utilisés dans l’industrie agroalimentaire. « Quand j’ai rencontré la directrice de l’EFSA, elle était toute contente de me dire que tel colorant, beaucoup utilisé en Grande-Bretagne pour les petites saucisses du petit-déjeuner, était hautement cancérigène et a été interdit.

J’ai dit : “ C’est une bonne nouvelle, mais pendant 30 ans, les pauvres Anglais, ils ont mangé un produit cancérigène tous les matins au petit-déjeuner! »


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Attention, poison dans votre assiette!
« le: mai 29, 2011, 08:17:14 am »

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6047
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Des produits à interdire
« Réponse #1 le: mai 29, 2011, 08:19:24 am »
Des produits à interdire

Marie-Monique Robin observe également de graves problèmes dans l’industrie cosmétique, qui fait grand usage des parabens, qui sont des hormones de synthèse.

« Récemment, en France, il y a eu une proposition de loi qui a été votée en première lecture pour interdire les parabens et les phtalates, qui sont deux molécules très répandues. Les phtalates sont utilisés pour rendre le plastique mou. Les phtalates sont interdits depuis quelques années dans les jouets. Vous, au Canada, avez été les premiers à interdire le bisphénol dans les biberons. J’espère que ça va aller jusqu’au bout en France et que ça passera en deuxième lecture au Sénat pour l’interdiction des parabens parce que ça concerne les déodorants, les parfums », note-t-elle.

Marie-Monique Robin a interviewé le Dr Andreas Kortenkamp, toxicologue de l’Université de Londres, au sujet de ses travaux sur les perturbateurs endocriniens et le cancer du sein. « Il a fait un rapport auprès du Parlement européen et dit que l’épidémie de cancer du sein qu’il y a actuellement est due à ces molécules qu’on retrouve notamment dans les produits de beauté pour les femmes. On les retrouve notamment dans les déodorants, les shampoings, les crèmes, etc. »

Le Dr Richard Béliveau, auteur du best-seller Les aliments contre le cancer, apparaît dans le film. « Il me disait que tellement de molécules ont été balancées dans l’environnement depuis 50 ans que notre organisme ne peut pas gérer ça. Il faudrait des milliers d’années. »

Molécules mortelles

Chacun peut faire des choix. « On peut faire attention à ce qu’on mange, privilégier l’agriculture biologique, autant que faire se peut. Il faut éviter la nourriture transformée, cuisiner des produits frais et faire de l’éducation. Beaucoup de gens sont habitués d’acheter des pizzas surgelées, des plateaux faits, des chips où se trouvent des colorants, du glutamate, des exhausseurs de goût, des conservateurs, etc. C’est une chose qu’on peut faire assez facilement. Ensuite, il faudrait éviter tous les plastiques, faire attention aux produits cosmétiques et s’adresser à nos hommes et nos femmes politiques pour qu’ils se bougent et qu’ils prennent des décisions parce qu’il y a des produits qu’il faut interdire. »

La dose journalière acceptable est au coeur de son enquête. « Je démontre que c’est un outil qui a été bricolé dans un coin et qui ne sert pas à grand chose », dit-elle. « Pour ces molécules comme les perturbateurs endocriniens et les produits cancérigènes, il n’y a pas de solution : il faut les interdire. »

Notre poison quotidien sera diffusé le dimanche 5 juin, à 21 h, sur les ondes de Télé-Québec.

Le livre est disponible en librairie.


Source: Site web du Journal de Québec

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!