février 19, 2018, 04:41:14 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: L’« affaire Anticosti »  (Lu 677 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6047
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
L’« affaire Anticosti »
« le: octobre 22, 2012, 12:19:52 pm »
Par: David Descôteaux
5 août 2012

Vous en avez sûrement entendu parler. Le gouvernement a laissé des petites entreprises pétrolières s’approprier des permis d’exploration sur l’île d’Anticosti pour presque rien autour de 2008. Quelque temps plus tard, on apprend que l’île cacherait quelque 40 milliards de barils de pétrole…

À 100 $ le baril, ça fait 4000 milliards $, s’empressent de relayer certains. On pourrait payer la dette 15 fois! ajoutent d’autres. On s’indigne gros sur Facebook et Twitter, et dans les chaînes de courriels. On parle du « vol du siècle ».

S’est-on fait avoir? Hydro-Québec a-t-elle vendu au rabais ces permis, sachant qu’il y avait du pétrole et que ces permis valaient beaucoup plus? Franchement, je n’en ai aucune idée. Par contre ce que je sais, c’est que le chiffre de 4000 milliards $, qu’on balance à tout vent sur les réseaux sociaux, est trompeur.

Une fraction dans les poches

Ce n’est pas comme si les pétrolières, dont les québécoises Junex ou Pétrolia, allaient se mettre tout ça dans les poches. Sur les fameux 40 milliards de barils, seuls 5 % à 10 % seraient récupérables. (J’ai parlé au PDG de Pétrolia il y a quelques semaines, et il espère récupérer 5 % de la ressource). Allons-y pour 10 %. Cela donne quatre milliards de barils. Au prix de 100 $, ça donne 400 milliards $. C’est gros, oui. Mais attention! Il faut aussi soustraire les coûts (coûts que le gouvernement aurait aussi à payer s’il développait lui-même la ressource). Quels seront ces coûts? Ou plutôt, quelle sera la marge de profit sur ces activités? Impossible à savoir. Cela peut varier selon l’endroit, le type de pétrole, et une foule de facteurs.

La marge de profit des pétrolières intégrées se situe sous les 10 %. Cela peut être très différent pour une entreprise « junior ». Mais même si cette marge était plus élevée, on se retrouve quand même avec une fraction des hypothétiques 400 milliards $.

Milliards qui seront répartis sur plusieurs années, et en espérant que le prix du baril demeure autour de 100 $. (Rappelons qu’il a chuté autour de 50 $ en 2008 pendant la crise.) Notons que les techniques d’extraction évoluent, ce qui peut éventuellement pousser à la hausse le taux de récupération, et la possibilité de profit.

Donc ce n’est pas rien. C’est énorme. Mais on est très loin de l’image frappante de 4000 milliards $. Et une bonne partie de cet argent peut être récupéré par l’État via des redevances dignes de ce nom, par l’impôt que payeront ces entreprises et leurs employés, ou par une participation directe du gouvernement dans ces compagnies (ce qui est déjà le cas avec Pétrolia, détenue à 13 % par Investissement Québec).

Qu’en pense le marché?

Le chef des finances de Junex Dave Pépin écrivait récemment dans le Huffington Post que la valeur totale de l’entreprise en Bourse est de 55 millions $. Et le marché accorde seulement une valeur nette de 25 millions $ à tous ses permis d’exploration au Québec. Cela démontre une chose : il existe toujours un risque, une incertitude, pour Junex ou Pétrolia dans cette aventure. Rien n’est encore gagné. Les choses changent vite dans l’industrie des ressources, et les investisseurs demeurent craintifs. Ce serait la même chose si l’État québécois était aux commandes.

On peut s’indigner. Et cette « affaire » soulève en effet beaucoup de questions, qui devront être répondues. Mais indignons-nous avec des chiffres un peu plus près de la réalité. Sinon, rien ne vous empêche d’investir votre REER, celui de votre conjoint(e) celui de votre beau-frère et celui de vos parents dans ces entreprises. Si elles ont réussi « le vol du siècle », comme plusieurs croient, vous ferez sûrement la passe…


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

L’« affaire Anticosti »
« le: octobre 22, 2012, 12:19:52 pm »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!