avril 09, 2020, 04:05:00 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Éducation postsecondaire: Front commun  (Lu 1425 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Éducation postsecondaire: Front commun
« le: septembre 29, 2008, 10:48:38 pm »
Éducation postsecondaire

Front commun

Les fédérations étudiantes de cégep et d'université ainsi que la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) réclament de concert un retour au niveau des transferts fédéraux de 1994 en éducation.

Cette demande signifie un réinvestissement de 3,5 milliards de dollars pour l'enseignement supérieur au Canada, dont 800 millions dans les cégeps et les universités du Québec.

Cet argent permettrait de mettre fin aux « classes de 400 élèves pour un professeur », a soutenu le président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), David Paradis.

  • « On pourrait avoir des laboratoires qui seraient à la fine pointe de la technologie plutôt que datant des années 60. On pourrait avoir des infrastructures qui se tiennent et qui ne s'écroulent pas. On n'aurait pas besoin d'une logique d'autodestruction des universités [...] », a ajouté M. Paradis.

Selon le président de la FEUQ, ne pas investir davantage dans l'enseignement postsecondaire, « c'est s'organiser pour que le Canada se fasse ramasser dans le décor et qu'on se fasse dépasser. Dans une économie mondialisée, ce n'est pas vrai qu'on va se faire donner des cadeaux par les autres pays du monde ».

M. Paradis a déploré au passage le silence du chef libéral au sujet des transferts fédéraux pour l'éducation postsecondaire, affirmant que Stéphane Dion envisage d'intervenir seulement dans la question des frais de recherche universitaire.

Des programmes qui disparaissent

Pour sa part, Xavier Lefebvre Boucher, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), a tiré la sonnette d'alarme, en faisant remarquer que dans certains cégeps, comme c'est le cas en Gaspésie, des programmes commencent à disparaître.

Signe que la menace est sérieuse pour certaines spécialités, Michel Bibeault, de la FTQ, a rappelé que des entreprises sont obligées de faire venir des mineurs de Tunisie, car les cégeps n'en forment pas assez pour les mines en Abitibi.

De son côté, Réjean Parent, le président de la CSQ, qui représente des syndicats d'enseignants, a affirmé que si ces paiements ne sont pas rétablis, « ce sont les jeunes qui vont payer ». Et, selon lui, c'est le privé qui va dicter les voies à suivre dans le milieu universitaire.

« On en mesure déjà les effets. Il y a un très grand redressement qui doit être fait, si on veut faire en sorte de pouvoir affronter les défis de demain », a renchéri la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau.

Les universités aussi

Les universités québécoises ont également interpellé les partis politiques fédéraux en faveur d'un réinvestissement dans le secteur universitaire.

La Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) a formulé un certain nombre de demandes, dont l'augmentation du financement de la recherche universitaire, une augmentation des budgets des conseils subventionnaires et une hausse des transferts fédéraux pour l'enseignement postsecondaire.


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca

Éducation postsecondaire: Front commun
« le: septembre 29, 2008, 10:48:38 pm »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!