avril 06, 2020, 09:22:58 am

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Montréal: Wagons du métro - où s’en va la locomotive?  (Lu 1143 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Montréal: Wagons du métro - où s’en va la locomotive?
« le: février 03, 2010, 02:01:29 am »
Où s’en va la locomotive?

Par Claude Garcia

Il est difficile d’imaginer un processus plus tortueux que celui que le gouvernement du Québec a emprunté pour le renouvellement des voitures du métro de Montréal.

En regardant la chronologie des événements depuis le 12 juillet 2005, lorsque le ministre Béchard a souhaité confier le contrat à Bombardier, jusqu'à l'annonce de vendredi d'aller de nouvel en appel d'offres, on peut se demander où s'en va la locomotive.

« On veut simplement respecter nos ententes internationales et se mettre à l’abri si quelqu’un soutient que le contrat ne correspond pas tout à fait à l’appel d’offres qu’on a fait il y a presque deux ans », a dit à TVA le ministre des Finances Raymond Bachand.

Quel processus tortueux ! Près de 50 mois après avoir donné l’autorisation à la STM de lancer un premier appel d’offres pour renouveler une partie de sa flotte de wagons de métro, on n’est guère plus avancé. L’équipementier chinois Zhuzhou Electric Locomotive a indiqué clairement son intérêt. L’allemand Siemens et l’espagnol CAF pourraient aussi se montrer intéressées à ce plantureux contrat. Si la STM refuse de donner suite à leur éventuelle proposition, on se retrouvera vraisemblablement de nouveau devant les tribunaux. Si, par contre, on retourne en appel d’offres, le renouvellement de la flotte de wagons ne commencera pas avant 2011. Ça ressemble de plus en plus à la saga du CHUM.

Procéder à un nouvel appel d’offres maintenant est loin d’être équitable pour Bombardier et Alstom. Beaucoup sont au courant de leur soumission conjointe. Leurs concurrents vont tout faire pour connaître les éléments-clé de celle-ci. Indemniserons-nous Bombardier et Alstom pour tous les frais qu’ils auront engagés de bonne foi dans ces négociations qui ont duré 13 mois ? Le consortium résistera-t-il à ce nouvel appel d’offres ?

Comment peut-on affirmer que le contrat que l’on s’apprête à octroyer au consortium Bombardier-Alstom correspond à l’appel d’offres fait il y a près de deux ans ? On a triplé le nombre de voitures que l’on souhaite maintenant obtenir. Comme il est plus facile de rentabiliser l’infrastructure requise pour satisfaire aux exigences de contenu canadien avec un contrat de cette envergure, le nombre de soumissions aurait vraisemblablement été plus élevé si l’appel d’offres avait porté sur un contrat d’acquisition de plus de 1 000 voitures plutôt que les 336 de l’appel d’offres du 31 juillet 2008.

Comment peut-on être certain d’obtenir le meilleur prix avec un processus aussi alambiqué ? Comme Québécois, je souhaite que Bombardier obtienne ce contrat. Mais le contribuable que je suis désire que l’entreprise qui satisfait aux exigences opérationnelles du donneur d’ouvrage au meilleur prix soit gagnante. Le respect de ces règles dans tous les pays est aussi dans l’intérêt de Bombardier. Sa division du Transport s’est vu octroyer 5 milliards $ de nouvelles commandes au cours de l’année financière en cours, année financière qui se termine à la fin de janvier, et son carnet de commandes dépasse les 29 milliards $. Aucun de ces contrats ne provient du Québec.

On a manqué de discipline dans ce dossier. Les tergiversations interminables que l’on observe ici se retrouvent aussi dans le dossier des centres hospitaliers universitaires. Tous ces dossiers ont une chose en commun.

Il aura fallu plus de temps pour accorder le contrat que le temps requis pour réaliser l’ouvrage !


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Montréal: Wagons du métro - où s’en va la locomotive?
« le: février 03, 2010, 02:01:29 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!