mars 28, 2020, 02:53:14 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: L’opposition met en lumière les « contradictions » du gouvernement  (Lu 1168 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Nomination des juges

L’opposition met en lumière les « contradictions » du gouvernement

Se réfugiant derrière la commission Bastarache, le gouvernement a systématiquement refusé, hier, de répondre aux questions des députés péquistes et adéquistes de l’opposition, qui l’accusaient de mentir et de se contredire au sujet du processus de nomination des juges.

« Nous ne ferons pas une commission parallèle. Nous avons décidé de mettre sur pied la commission Bastarache afin qu’elle puisse répondre à toutes ces questions. Alors, on pourra revoir le processus de nomination, et nous pourrons répondre aux questions à ce moment-là » , a signalé la ministre de la Justice, Kathleen Weil, lors de la période des questions.

L’opposition a tenté de faire admettre au gouvernement que la communication au premier ministre des noms des avocats figurant sur la courte liste de sélection faussait toute la démarche. « Le problème, c’est que la ministre ( de la Justice) a admis l’ingérence de son patron (Jean Charest), corroborant ainsi les dires de Me Marc Bellemare. Pourtant, s’il est quelque chose de fondamental dans notre système démocratique, c’est bien le respect de la fonction et de l’indépendance de la ministre de la Justice, car c’est elle qui est à son tour garante de l’indépendance de l’institution judiciaire » , a déploré la péquiste Véronique Hivon.

« Bang! » dit Deltell

Particulièrement en verve, le chef adéquiste Gérard Deltell a de nouveau exigé l’élargissement du mandat de la commission Bastarache. « Vendredi, sur les ondes de TVA, la ministre de la Justice y va d’une déclaration qui repose sur le gros bon sens, c’est-à-dire qu’elle est prête à élargir le mandat de la commission Bastarache. Enfin quelqu’un, dans ce gouvernement, a une décision logique, réfléchie, qui repose sur le gros bon sens. Mais, malheureusement, c’était trop beau pour être vrai. Quelques heures plus tard, le chef du Parti libéral est arrivé avec un gourdin et, bang! a fait taire la ministre de la Justice » , a-t-il imagé.

Aux yeux de la chef du PQ, Pauline Marois, l’élargissement des prérogatives du juge Michel Bastarache est également indispensable. « Ce que la population réclame, c’est une enquête sur la construction, le financement du Parti libéral du Québec et l’influence des donateurs du Parti libéral sur les décisions du gouvernement » , a-t-elle asséné.

Sur les ondes de TVA, deux juristes − dont le réputé constitutionnaliste Henri Brun − ont cependant fait remarquer qu’il était normal que le premier ministre soit tenu au courant par sa ministre de la Justice de la liste de noms des avocats présélectionnés, aspirant à la magistrature.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca


 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!