mars 28, 2020, 04:35:51 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Aéropro: Fin des opérations  (Lu 1537 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Aéropro: Fin des opérations
« le: août 02, 2010, 09:53:45 am »
Aéropro

Fin des opérations

L'injonction déposée par la compagnie aérienne Aéropro, basée à Québec, qui contestait la révocation de son permis par Transports Canada samedi a été rejetée dimanche par la Cour fédérale.

L'annulation du permis met fin définitivement aux opérations de l'entreprise.

Les avions du transporteur sont cloués au sol, mais les vols prévus cette semaine seront assurés par une autre compagnie aérienne.

Aéropro trouve regrettable cette décision et évalue si des recours administratifs et juridiques sont possibles.

La révocation du permis serait imputable à l'écrasement d'un appareil d'Aéropro, le 23 juin dernier, à Québec, et qui à coûté la vie à sept personnes. L'entreprise a aussi été impliquée dans trois autres incidents, dont l'écrasement d'un CESSNA, en mai dernier, à l'île aux Grues, qui a fait 4 victimes.

Violation aux règles de l'industrie de l'aviation

Par ailleurs, Radio-Canada a appris que les pilotes avaient reçu une note qui aurait pu nuire davantage au transporteur.

Cette note, envoyée à la fin mai par un responsable de l'entretien avisait les pilotes d'une inspection imminente des appareils par Transports Canada. Ce responsable leur disait de ne pas noter à leur carnet de bord des anomalies dans les appareils qui seraient relevées par les inspecteurs de l'organisme fédéral. Il demandait aux pilotes d'appeler la compagnie pour l'en aviser directement, le cas échéant.

En entrevue, les porte-parole de Transports Canada n'ont pas voulu préciser si cette note est un motif à l'origine de la décision d'annuler le permis.

Cependant, Transports Canada a dévoilé avoir noté des manquements à répétition à la réglementation en matière de transport aérien lors de vérifications approfondies des affaires du transporteur et d'entrevues avec le personnel d'Aéropro.

Selon l'expert en aviation, Yvan-Miville Des Chênes, la directive d'Aéropro à ses pilotes est une violation sérieuse aux règles de l'industrie.

Par ailleurs, Aéropro employait une cinquantaine de personnes sur la Côte-Nord et effectuait jusqu'à tout récemment la liaison entre Sept-îles et les Îles-de-la-Madeleine.

Tous les vols prévus cette semaine seront assurés par une autre compagnie aérienne.

En tout, 250 travailleurs sont touchés par l'arrêt des activités d'Aéropro.

La SOPFEU suspend son entente avec Sasair

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) suspend temporairement l'entente qu'elle a avec sa filiale, la compagnie Sasair, parce que c'est Aéropro qui entretenait les avions de Sasair.

La SOPFEU veut s'assurer que ses avions, qui surveillent les forêts québécoises, sont entretenus selon les normes de Transports Canada.

« Compte tenu de la décision de Transports Canada, il a été décidé, dimanche, de ne pas faire voler ces avions-là. Ça ne nuit aucunement à nos opérations, et compte tenu des informations que nous avons eues au cours de la fin de semaine, nous en sommes à évaluer cette situation pour décider de la suite des choses », explique la porte-parole de la SOPFEU, Isabelle Tremblay.



Et il y avait des commentaires...



Envoyé par wtx888
2 août 2010 à 09 h 52 HAE

De l'enflure médiatique estival..

Ce matin dans le soleil il était mis en lumière que les dit manquements étaient principalement dû aux pilote, comme n'ayant pas assez attaché les bagages, etc.. Et non-reliés au programme d'entretiens des appareils contrairement à ce que certains laissaient entendre..

En plus ledit mémo que plusieurs ont tenté de monter en épingle est relié à une école de pilotage...Qui aurait envoyés cette procédure aux pilotes et non envoyé par Aéropro...

Quand on regarde les fait il reste plus grand chose..Rien qui justifie de pénalise tellement de gens et d'emplois pour des éléments de procédures qui ne sont pas difficiles à corriger...

Là avec cette scandalite aigue des médias qui n'ont rien à mettre sous la dent en période estival ça prend des scandales pour faire couler l'encre et vendre de la publicité...

Est-ce que Boeing , airbus et les compagnies aériennes se font fermer quand il arrive un accident?

Si le gouvernement veut faire les choses à sa manière qu'il subventionne des avions neufs à tous les deux ou trois ans...



Envoyé par nirlick61
2 août 2010 à 09 h 16 HAE

@ Mibujo

Je me rappelle très bien de cet excellent reportage. De mémoire je crois qu'il n'ont pas fait allusion au problèmes des pilotes qui ne sont pas payer pour travailler. Ils ne parlent pas non plus des pilotes qui doivent acheter leur emploie en payant la formation sur le type d'appareil qu'ils vont voler. On parle ici de formation qui commence a $ 3000 sur cessna 182 a beaucoup plus sur divers autres type. Le king air qui a crasher a Québec c'est environ $10000. Normalement dans une compagnie sérieuse, c'est la compagnie qui assument les frais de formation de ses pilotes.

Un des premiers emploie au Québec pour les jeunes pilotes c'est les patrouilles de feu. Les jeunes postulant doivent débourser un montant de $3000 pour être "checker" sur cet avion pour avoir leur emploie. Un C 182 est a peine plus gros et différent qu'un C172 ou cette même personne a reçu la majorité de sa formation. Sois dit en passant cet emploie est le tremplin pour bien des jeunes Québécois dans leurs carrières. Certaines écoles de pilotages offre même cet emploie a des européen comme "stage" si ils viennent faire leurs cours chez eux.

Une petite recherche sur Google et vous trouverez des commentaires intéressant

http://forum.aeronet-fr.org/viewtopic.php?t=16638

Vous vous rappelez de Jets Go qui a fermer il y a quelques années, les pilotes devait débourser $30 000 pour y avoir un poste. Quand on se présente a une entrevue avec son chéquier ça vous donne une idée de la qualité de l'emploie.

Il faut pas gratter longtemps pour trouver des affaires très louches dans ce domaines.



Envoyé par Pierre1946
2 août 2010 à 06 h 46 HAE

Mise à jour le dimanche 1 août 2010 à 21 h 39

"La révocation du permis serait imputable à l'écrasement d'un appareil d'Aéropro, le 23 juin dernier, à Québec, et qui à coûté la vie à sept personnes. L'entreprise a aussi été impliquée dans trois autres incidents, dont l'écrasement d'un CESSNA, en mai dernier, à l'île aux Grues, qui a fait 4 victimes."

La révocation du permis n'est pas dû à un seul ou à deux accidents. Nous avons appris que la compagnie Aéropro a fait l'objet de plusieurs rapports de manquement de la part du Bureau de la Sécurité dans les Transports depuis 10 ans. C'est le dossier global de cette compagnie qui devient la cause.

Très inquiétant, en visitant le site internet de la dite compagnie on constate qu'elle opère aussi dans des programmes connextes :

- entretien d'aéronefs : ils offrent les services d'entretien d'aéronefs à Saint-Hubert, Québec, Sherbrooke et Sept-Îles. C'est à dire que d'autres compagnies et des pilotes privés se fient à Aéropro.
- gestion d'aéroports : Trois-Rivières, Sherbrooke, Rivière-du-Loup, Gaspé, Bonaventure et Îles-de-la-Madeleine.
- transport médical : c'est le transporteur aérien dédié pour les centres hospitaliers de la Côte-Nord.
- météorologie : la compagnie est mandataire d'Environnement-Canada et de Navcan, pour les programmes d'observations météorologiques à Dorval, Québec, Chibougamau, Gaspé et Sept-Îles.
- feux de forêts : détection des feux dans toute la province pour la SOPFEU.

Quelle est la fiabilité d'Aéropro dans ces domaines connextes ?



Envoyé par gonogo
2 août 2010 à 04 h 36 HAE

@ Frontiair,

Je ne peux que confirmer vos propos. Au Québec, il faut être ultra-compétitifs sur les prix pour obtenir les clients. Les petites compagnies tentent par tous les moyens de gagner l'affreuse guerre de prix...

Et puis trop de pilotes dont le loyer est payé par les parents, souvent de l'Europe ou même de l'Afrique, acceptent de travailler sans être réellement payés. La preuve, les instructeurs de vol (premier boulot de pilote) se font dire: ''t'es chanceux de monter tes heures de vol. Ne demande pas d'être payé plus de l'heure!''. Certains vont même payer leur ''checkride'' ou plutôt la formation sur un type d'avion pour avoir le boulot.

Pour le public général, il faut comprendre que le boulot de pilote est un boulot de passionné. Une guerre de prix à tous les niveaux gruge actuellement la qualité de la formation et des services des cies. de 3ième ordre.



Envoyé par Docteur Pax
2 août 2010 à 02 h 34 HAE

Hé, réveillez-vous! Cessez de rêver en couleur et cessez de vous imaginer que rajouter une autre couche de règlements et donner moins de latitude aux compagnies va changer quelque chose. Et pour ce faire, il va falloir quoi? Mettre un fonctionnaire à plein temps dans la shop comme pour les compagnies de saucisses??? On va ajouter un autre 5-10,000 fonctionnaires dispersés dans tous les petits aéroports du Canada!?

Il n'y a pas grand chose à faire. Ces compagnies n'ont absolument pas de marge de manoeuvre et le fait est qu'elles font faillite à tour de bras. Ce n,est pas pour rien qu'ils offrent des salaires de misère aux pilotes. Et ne vous leurrez pas. Les pilots qui volent sur ces appareils sont les moins expérimentés de l'industrie. Seuls les proprios ont de l'expérience. Les autres sortent de l'école, de St-Hubert et s'ils ont les moindres qualités, ils vont tout faire pour entrer comme numéro 2 dans une plus grosse compagnie qui, elle leur donnera un salaire. Et avec l'espérance d'être commandant de bord sur une turbine et un 737 et éventuellement plus. Les compagnies locales et régionales, c'est le purgatoire pour ne pas dire l'enfer quelques fois. Il n'y a pas une réglementation qui va changer cela. On le sait tous et si vous rêvez à une sécurité comparable aux transporteurs nationaux et internationaux, ne montez qu'à bord de leurs appareils.



Envoyé par Mibujo
1er août 2010 à 23 h 32 HAE

@ nirlick61

"Le travail sans rémunération des jeunes pilotes au Québec serait un sujet intéressant pour un journaliste d'enquête."

Le sujet a déjà été effleuré justement. Allez donc voir, dans les archives, l'émission ENQUÊTE diffusé le 25 mars 2010.

http://www.radio-canada.ca/emissions/enquete/2009-2010/Reportage.asp?idDoc=107203



Envoyé par P. Lagasse
1er août 2010 à 21 h 11 HAE

Cela prouve encore une fois que l'auto-régulation par le marché (base du néo-libéralisme) ne fonctionne pas. Message pour ceux qui croient que le gouvernement devraient arrêter "d'incommoder" les entreprises avec toutes sortes de règlements de sécurité.



Envoyé par photodan
1er août 2010 à 20 h 40 HAE

Avec le bilan de cette compagnie, il faudrait la rebaptiser Aérocrash.


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca

Aéropro: Fin des opérations
« le: août 02, 2010, 09:53:45 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!