juillet 25, 2021, 04:05:21 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Gaz de schiste: Vers un encadrement de l'industrie  (Lu 2189 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6053
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Gaz de schiste: Vers un encadrement de l'industrie
« le: août 27, 2010, 12:44:38 am »
Gaz de schiste

Vers un encadrement de l'industrie

Québec entend encadrer l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste sur son territoire.

La ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, a réaffirmé jeudi la volonté du gouvernement d'encadrer cette industrie. Il est d'ailleurs probable que Québec fasse une annonce à ce sujet dimanche.

Toutefois, la ministre exclut la tenue d'une commission indépendante même si elle dit comprendre le fait que l'exploitation du gaz de schiste inquiète la population. À cette inquiétude, elle répond que l'intervention du gouvernement permettra de développer ce secteur qui est naissant, tout en respectant les principes du développement durable.

Le gaz de schiste est du gaz naturel emmagasiné dans des roches sédimentaires argileuses.

Elle a rappelé que le gouvernement libéral de Jean Charest a toujours eu un préjugé favorable envers le gaz de schiste. D'ailleurs, dès 2006, cette industrie faisait partie de la stratégie énergétique des libéraux.

Nathalie Normandeau considère que « comme société, on ne peut pas passer à côté du développement d'une filière comme celle-ci ». Toutefois, aucune exploitation ne devrait commencer avant qu'une nouvelle loi sur les hydrocarbures soit adoptée et appliquée.

  • Il faut vraiment structurer cette industrie pour qu'elle soit respectueuse de l'environnement, pour qu'elle se développe dans un contexte socialement responsable.

    — Nathalie Normandeau

À grands pas dans Lotbinière

L'exploration du gaz de schiste avance rapidement dans la région de Lotbinière où Talisman Energie possède cinq puits d'exploration. Elle devrait décider d'exploiter les gisements d'ici environ six mois. Pour l'instant, l'entreprise procède à des tests afin d'évaluer la capacité des puits de gaz.

Sur l'un des sites, des camions d'une capacité 32 000 litres entrent et sortent aux 30 minutes. Pour réaliser ses forages, l'entreprise doit injecter sous haute pression des centaines de milliers de litres d'eau auxquels sont ajoutés des produits chimiques.

Selon Vincent Perron, coordonnateur chez Talisman Energie, la concentration des produits chimiques, « qui ne sont pas nécessairement toxiques pour l'environnement », est faible.

Environ 40 % de l'eau reste dans le puits qui est constitué de « roche très imperméable ». Le reste de l'eau est rechargée dans les camions pour être transportée vers les autres sites de forage de la compagnie et être utilisée à nouveau.



Et il y avait des commentaires...



Envoyé par LAcrobat
26 août 2010 à 22 h 43 HAE

Je conseil fortement de regarder le documentaire de Josh Fox (U.S. 2010 PG-13) intitulé "GASLAND".

Il dépeint à travers des témoignages de gens touché par la réel menace pour l'environnement qu'est cette industrie, cela ruine la qualité de l'eau de l'air et des vies, alarment inquiétant. En souhaitant le poids politique vers une qualité de vie pour tous.



Envoyé par Olivier Ménard
26 août 2010 à 22 h 19 HAE

Hum... Cette histoire rappelle étrangement le scandale du Suroît en 2004... Avec les résultats qu'on connaît aujourd'hui : abandon de la centrale au gaz naturel du Suroît... mais construction de la central au gaz naturel à Bécancour (aujourd'hui improductive et coûteuse) !

Il va falloir redescendre dans les rues pour clamer haut et fort qu'on en a marre de se voir imposer des projets dont on ne veut pas !

En attendant, envoyons nos courriels de protestation à Mme Normandeau.



Envoyé par numero6
26 août 2010 à 21 h 03 HAE

Depuis quelques jours nous connaissons qui gouverne réellement la province.

Arrêtons de demander quoi que ce soit à Mme Normandeau, qui se fiche de nos intérêts.

Quelqu'un a-t-il ne numéro de téléphone de Franco Fava ?

On aurait peut-être plus de succès en s'adressant à Dieu plutôt qu'à ses anges



Envoyé par Diogène
26 août 2010 à 20 h 54 HAE

J'en appelle au principe de précaution ! Il s'agit bien pour nous au Québec d'une technique nouvelle dont nous connaissons peu les risques.

Il y a certainement des avantages quant aux politiques énergétiques ainsi qu'aux bénéfices pour le trésor de la province, cependant nous ne devons pas nous laisser aveugler par l'appât des gains.

Le principe de précaution devrait s'appliquer ici et nous permettre de connaître les réponses à certaines questions avant de décider.

Est-ce que les compagnies et les ministères concernés connaissent et maîtrisent les risques au maximum ( étant entendu qu'il n'y a pas de risque "zéro" )...

Des scientifiques et des ingénieurs indépendants peuvent-ils nous informer honnêtement, le plus objectivement possible ?

Il est impérieux qu'un moratoire soit fermement demandé à nos responsables politiques et qu'il soit obtenu pour que la population soit mise au courant des avantages et des risques.

Ce moratoire , n'en déplaise à monsieur Cayer et malgré les sommes investies dans l'exploration doit être obtenu de la part du gouvernement au plus vite, toutes affaires cessantes !

Après nous déciderons, en connaissance de cause soit à l'occasion d'une élection ou d'un référendum.

Je sais, beaucoup de gens n'aiment pas ce concept mais si vous me proposez une autre façon de faire qui nous conduirait à une décision éclairée et endossée par une majorité, je suis disposé à vous appuyer.

Le principe de précaution ne veut pas dire immobilisme !



Envoyé par Servum pecus
26 août 2010 à 20 h 21 HAE

Talisman Energie..est-ce vrai qu'ils ont été expulsés de la bourse aux USA?

Pourquoi ont-ils été obligé de vendre leur filiale en Afrique ?

C'est gens sont-ils vraiment recommandables?

Avez-vous des informations sur cette compagnie?



Envoyé par Chantalvie
26 août 2010 à 20 h 05 HAE

Que d'hypocrisie de cette ministre irresponsable. Pas de moratoire, pas de commission indépendante et elle nous assure que son bon gouvernement gérera cette exploitation dans une perspective de développement durable. Désolé mais le passé étant garant de l'avenir j'ai zéro confiance.

Mais en attendant ses voeux pieux TOUTE les basses terres du St-Laurent sont claimés incluant tout le territoire des meilleures terres agricoles du Québec et les bonnes et généreuses entreprises sont passées à la troisième vitesse dans l'exploration. Ce qui veut dire que n'importe quand, n'importe ou ces entreprises peuvent venir piétiner votre terrain et creuser leur trou, s'accaparer de notre ressources en eau pour la pourrir en produit chimique pour explorer le sol. Il n'y a aucune réglementation présentement à ce sujet sauf la loi des mines qui date du Far West et qui est au dessus de toute les lois du Québec.

Nathalie Normandeau est une insulte à notre intelligence. La réglementation sévère doit être faite non pas seulement sur l'exploitation mais sur l'exploration. Et pour faire une règlementation censée d'un gouvernement responsable nous devons être informée par des études indépendantes et non par une brochure de vente des promoteurs privés.



Envoyé par lindahart
26 août 2010 à 20 h 04 HAE

Est-ce que des affirmations gratuites et complètement loufoques qui ne satisferaient pas les inquiétudes d'un débile profond comme "Ces produits chimiques ne sont PAS NÉCESSAIREMENT TOXIQUES" et "L'eau reste dans le puits qui est constitué de ROCHE TRÈS IMPERMÉABLE" sont suffisantes pour que la petite poupoune considère que Talisman Energie comme une exploitation respectueuse de l'environnement et est-ce selon elle, une garantie qu'elle se développera dans un contexte socialement responsable ?

La petite poupoune ne fait que du placotage et on y retrouve l'une des expressions favorites de la langue de bois "un contexte socialement responsable".

Dommage que personne n'ait eu la présence d'esprit de lui demander ce qu'est un "contexte socialement responsable "

Les produits chimiques qui ne sont pas nécessairement toxiques peuvent donc être toxiques et des roches très imperméables, qui me dit qu'elles le sont et même si elles le sont, est-ce une garantie que cette eau ne finira pas par contaminer la nappe phréatique ? Vincent Perron c'est qui ça ? Quelle est sa compétence et sur quoi au juste se fonde-t-il pour déblatérer de pareilles sornettes ?

Quand j'entends ce genre de déclaration farfelue, j'ai froid dans le dos et cela me rappelle les déclarations de BP. Je ne sais pas quand au juste nous allons cesser de nous faire emplir.

Quand va-t-on poser les vraies questions : cette entreprise reçoit-elle ou recevra-t-elle des subventions ? Combien ? Pour combien de temps et à quelles conditions ? Combien d'emplois reliés directement à l'exploitation, pendant combien de temps, les salaires ?

Qui paiera pour le nettoyage ? Combien coûtera-t-il ? La compagnie sera-t-elle obligée de déposer un montant en garantie ?

Dans quel contexte réglementaire s'effectuera l'exploitation ? Si on parle d'un contexte socialement responsable, les citoyens seront-ils entendus ? Combien donne Talisman à la caisse du parti ?



Envoyé par maxmtl
26 août 2010 à 20 h 02 HAE

Madame Normandeau est incompétente. Point barre.

• Les investissements publics dans le secteur des mines métallifères, soit les dépenses fiscales, les dépenses par programmes et les dépenses directes dans l’industrie, sont en hausse depuis les 15 dernières années. Au Canada, les dépenses fédérales ont augmenté de 11,3 % entre 1995 et 2007 ; au Québec, cette hausse a atteint 48 % au cours de la seule période 2001-2007.

• En revanche, les retombées de ce secteur au plan des emplois et de la croissance économique sont en déclin. Au Canada, le nombre d’emplois offerts par l’industrie a chuté de 30 % et son PIB a décru de 7 % entre 1995 et 2007 ; au Québec, ces indicateurs ont respectivement connu une baisse de 8 % et de 23 % au cours de la même période. Au pays, les contributions du secteur à l’ensemble de l’économie en termes d’emplois et de PIB se limitaient en 2007 à 0,14 % et à 0,31 % respectivement ; dans la province, ces proportions étaient de 0,27 % et de 0,24 % la même année.'

http://www.iris-recherche.qc.ca/publications/le_soutien_a_lindustrie_miniere_quels.pdf



Envoyé par heartMonitron
26 août 2010 à 19 h 59 HAE

Voyons donc !

Le gouvernement de M. Charest va faire semblant de vouloir encadrer ses amis de l'industrie. Un show, du théâtre ! Depuis quand M. Charest et ses ministres serrent-ils vraiment la vis à leurs généreux donateurs de l'industrie ? Depuis quand font-ils avancer quoique ce soit. Je vous donne le CHUM en exemple : après dix ans, il n'y a toujours pas eu une seule pelletée de terre.

M. Charest essaie de serrer la vis aux journalistes et à ces innombrables gens qui le désapprouvent en nombre croissant. Gens du parti libéral, trouvez nous un chef de valeur et débarrassez-vous et nous de M. Charest et de sa garde rapprochée.

Sous Jean Lesage, mon père et ma mère avaient leurs cartes du parti libéral et militaient pour que le Québec ait un avenir meilleur. Ils croyaient en Jean Lesage et en René Lévesque. Ils doivent bien aujourd'hui vouloir de déterrer pour aller flanquer ce conservateur à la sauce Mulroney-Karl-Hans-Schreiber à la porte du parti qui est à l'origine de la révolution tranquille. M. Charest et ses ministres soumis sont une honte historique.

Charest va discipliber l'industrie du gaz ! Voyons donc ! ...et ma mère, c'est Blanche-Neige peut-être?

M. Bernard Landry dirait sûrement' "Quousque tandem abuteris CHAREST patientia nostra" ..."Jusqu'à quand abusras-tu CHAREST de notre patience?"

M. Charest, c'est encore et toujours de la frime, SVP, Partez !



Envoyé par raymond23
26 août 2010 à 19 h 23 HAE

Que cela doit être payant pour la caisse de John James. "Une commission indépendante"? Bien voyons donc, les libéraux sont capables d'être indépendant tous seuls.



Envoyé par yves17
26 août 2010 à 19 h 23 HAE

http://video.pbs.org/video/1452296560/

Encadrer comme eux???



Envoyé par joemtl79
26 août 2010 à 19 h 11 HAE

Quelle honte. Quel petit pays de colonisés sommes-nous.

"Pas nécessairement toxique pour l'environnement"!!! comme c'est rassurant!

J'ai rarement eu aussi honte d'être Québécois. Si, en fait, après l'annonce de l'aval inconditionnel du gouvernement Charest au projet Rabaska. Quelle honte de nous faire gouverner ainsi. Ils nous disent d'avoir la foi en eux et de les croire, et bien, ceci n'est plus possible, car il n'y a plus aucune raison d'avoir confiance en ce gouvernement.

Quand nous lèverons-nous donc et dirons-nous que tout ceci est inacceptable? La centrale du Suroît n'était rien comparé à ce qui nous attend avec cette industrie qu'on laisse au mains de compagnies, encore une fois, étrangères. Venez exploiter nos ressources et détruire la nature du Québec, en autant que vous nous donniez quelques petits dollars au passage.

Hier la ministre disait en entrevue à Maisonneuve en direct qu'une grande majorité de Québécois était en accord avec cette exploitation. Quelle désinformation! D'où tire-t-elle cette information? la population n'a aucunement été consultée!

À écouter la tribune téléphonique à ce sujet la semaine dernière, on constate bien certainement plus l'inverse! Quand arrêterons-nous de faire rire de nous??



Envoyé par Labelle affaire
26 août 2010 à 19 h 06 HAE

L'exploration et l'exploitation du gaz de schiste sont aussi polluantes que le pétrole des sables bitumineux. Une fois le gaz naturel liquéfié et récupéré, il est moins polluant que le pétrole et que le charbon. Et il n'y a rien de durable dans l'exploitation des hydrocarbures qu'il s'agisse de la filière gaz de schiste ou du pétrole.

Les petits copains du parti libéral (dont un ancien sous-ministre de l'environnement et ex-président d'Hydro-Québec, un ancien ministre des ressources naturelles) sont en train de prendre les bouchées doubles pour la grande débarque électorale qui s'en vient.

Il leur faut finir de vider et de saccager le Québec de toutes ses ressources et les donner aux zamis.

Pendant ce temps, la ministre irresponsable laisse filer des réserves d'électricité, dort sur la switch pour ce qui concerne les énergies véritablement durables et non polluantes alors que nous pourrions très rapidement devenir les chefs de file.

C'est pas parce que les autres sautent à l'eau qu'il faut aller se noyer avec eux. Et puis, comme tout le monde se met à faire du gaz de schiste - et bientôt du pétrole de schiste comme l'ont annoncé la semaine dernière certaines pétrolières - il n'y aura plus rien à vendre.

Nous les aurons subventionnés ad nauseam et nous serons pris à payer les pots cassés en santé, en environnement, en chômage (parce que les jobs promises, elles sont dans le camionnage et n'ont rien de vert ou de durable), en ressources naturelles.

Les produits chimiques, quoiqu'en dise Vincent Perron sont des produits chimiques et 0,05% d'un million de litres, ça fait toujours bien quelques dizaines de milliers de litres de produits chimiques qui se promènent soit en camion, soit sous terre.

Réveillons-nous!


Source: Site web de Radio-Canada

gouvernement.qc.ca

Gaz de schiste: Vers un encadrement de l'industrie
« le: août 27, 2010, 12:44:38 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!