mars 28, 2020, 03:59:31 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Une bourse du carbone québécoise  (Lu 1336 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Une bourse du carbone québécoise
« le: décembre 17, 2011, 12:02:24 am »
Une bourse du carbone québécoise

Au lendemain du retrait du Canada du protocole de Kyoto, le gouvernement du Québec a annoncé aux établissements industriels qu’il limitera à 25 000 tonnes leurs émissions annuelles de gaz à effet de serre en 2013.

Le ministre du Développement durable, de l’environnement et des Parcs, Pierre Arcand, a déclaré hier qu’avec ce nouveau règlement, le Québec devenait la première province canadienne à faire l’expérience d’une bourse du carbone.

Le nouveau Règlement concernant le système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre (GES) a pour objectif de restreindre les émissions de CO2 en forçant les entreprises trop polluantes à acheter des crédits d’émission de CO2. Ce système instaure un véritable marché - ou bourse du carbone - où sont échangés des crédits et des droits.

Selon le nouveau règlement, les entreprises qui émettront plus de 25 000 tonnes de gaz par an devront acheter des crédits de carbone auprès du gouvernement ou investir dans des technologies plus vertes. Les limitations de GES entreront officiellement en vigueur le 1er janvier 2013 après une période de rodage d’un an.

« C’est l’objectif le plus ambitieux sur le continent » , s’est réjoui Pierre Arcand, tout en réitérant son désaccord du retrait du Canada de Kyoto.

Ce système de plafonnement est basé sur les règles de la Western Climate Initiative (WCI), un projet auquel participent différentes provinces canadiennes et la Californie. En adhérant officiellement mercredi au règlement de la WCI, le Québec se place officiellement sur la ligne de départ, avec la Californie, dans l’établissement d’un système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de CO2 en Amérique du Nord, et devient la première province canadienne à faire l’expérience d’une bourse du carbone.

Le Conseil du patronat s’inquiète

Le Conseil du patronat a accueilli avec inquiétude l’annonce du ministre Arcand. Il craint que le règlement n’ait un impact négatif sur la compétitivité des entreprises de la Belle Province qui, pour le moment, fait pratiquement cavalier seul dans cette démarche.

« Il semble précipité et risqué de la part du gouvernement d’imposer un tel modèle aux entreprises opérant au Québec alors qu’aucune autre juridiction en Amérique du Nord, sauf la Californie, n’a confirmé son intention d’adhérer à un tel système, surtout dans une période où la province doit maintenir un environnement d’affaires concurrentiel pour attirer davantage d’investissements » , a indiqué le président du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval.

D’autre part, l’association de l’aluminium du Canada a bien reçu l’annonce du ministère de l’environnement et s’est dite « prête à relever le défi ».

Les environnementalistes se réjouissent

À Montréal, le regroupement québécois pour le développement urbain, rural et villageois viable Vivre en ville a salué l’initiative de Québec.

« Il est avantageux que le Québec se place à l’avant-garde des États nord-américains qui s’activent dans la lutte contre les changements climatiques », pouvait-on lire dans un communiqué.

L’organisme Équiterre s’est aussi dit satisfait. « En matière de lutte aux changements climatiques, c’est définitivement le Québec qui donne l’exemple à Ottawa. »


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Une bourse du carbone québécoise
« le: décembre 17, 2011, 12:02:24 am »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!