avril 05, 2020, 03:23:09 pm

MBNX Domain Names - Lowest Prices!

Auteur Sujet: Services de garde: Des pressions pour les illégaux  (Lu 1483 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne editeur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6052
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Forum gouvernemental québécois
    • E-mail
Services de garde: Des pressions pour les illégaux
« le: février 13, 2012, 09:51:54 pm »
Des députés font pression sur le ministère de la Famille pour que des garderies illégales ou présentant de grandes lacunes puissent continuer d’accueillir des enfants, selon la députée libérale Francine Charbonneau.

Intervention normale

En pleine commission parlementaire chargée de faire le point sur le controversé octroi des places en services de garde à développer en 2008, ayant fait l’objet d’un rapport accablant du Vérificateur général du Québec, la députée de Mille- Îles a lâché cette surprenante affirmation, hier.

« J’ai des collègues de partout au Québec qui ont fait des pressions auprès du ministère pour maintenir des garderies dites douteuses, pour pas dire illégales, ouvertes, pour donner une chance aux parents et des choses comme ça », a-t-elle déclaré en préambule à une question qu’elle formulait à l’endroit de la sous-ministre de la Famille, Line Bérubé.

« Je vous demanderais de faire attention », a interrompu promptement le président de la commission de l’administration publique et député libéral, Yvon Marcoux, qui a sursauté à l’écoute de ces propos.

Cherchant à savoir comment le ministère guidait ses interventions lorsqu’il est confronté à des cas de garderies présentant « de grandes lacunes », Mme Charbonneau semblait trouver tout à fait normal que des députés interviennent ainsi pour éviter que des parents soient forcés de trouver une alternative pour la garde de leurs enfants.

« Je vous pose la question parce que, on est tous pareil, on a tous un bureau de comté où on reçoit des gens. Il y a quand même des gens qui ont des problématiques et on n’arrive pas à concevoir quelle est la finalité quand on retrouve un service de garde avec de grandes lacunes » , a- t- elle poursuivi.

À sa sortie de la commission, le péquiste Nicolas Girard disait tout ignorer de l’allusion de la députée libérale.

« Je ne suis pas au courant, honnêtement, je n’ai jamais entendu parler de ça », a-t-il brièvement réagi.

Cover up pour Courchesne

Selon le Parti québécois, il ne fait plus de doute que l’ex- ministre de la Famille, Michelle Courchesne, a choisi d’octroyer 18 000 places de services de garde en 2008 tout en sachant que le ministère ne disposait pas de suffisamment de projets de qualité.

« La sous-ministre est venue nous dire en commission qu’elle (Mme Courchesne) avait entre les mains toutes les informations lorsqu’elle a sciemment fait passer le nombre de places à développer de 9 000 à 18 000 », a affirmé M. Girard.

« Opération camouflage »

Les députés de l’opposition péquiste ont par ailleurs accusé le ministère d’effectuer une « opération camouflage » pour protéger la ministre Courchesne, en refusant de rendre publics les rapports d’évaluation des projets soumis en 2008.

« Ce ne sont pas des informations qui sont d’intérêt pour la population », a répondu la sous-ministre Line Bérubé, plaidant plutôt pour la confidentialité « par respect pour les promoteurs ».

Dans son rapport, l’automne dernier, le Vérificateur général avait conclu que 74 pour cent des projets retenus par la ministre Courchesne ne correspondaient pas aux critères de qualité du ministère, et que le processus de sélection avait été marqué par une grande subjectivité.


Source: Site web du Journal de Québec

gouvernement.qc.ca

Services de garde: Des pressions pour les illégaux
« le: février 13, 2012, 09:51:54 pm »

 

MBNX Domain Names - Lowest Prices!